210326_Mgr FP-En quête d’Espérance prenons soin les uns des autres

Vendredi 26 mars 2021, 12 heures

Communiqué
En quête d’Espérance,
prenons soin les uns des autres.
Les jours que nous traversons sont difficiles pour beaucoup d’entre nous. Nous savons les
conditions de restrictions qui se poursuivent, liées à la pandémie, et empêchent de
nombreuses activités de commerce, de restauration, comme également les activités liées
à la culture.
A cela, viennent s’ajouter de graves inquiétudes concernant l’emploi à l’usine BOSCH
d’Onet-le-Château et pour les salariés de la SAM à Viviez. De leurs côtés les éleveurs font
entendre leurs inquiétudes et leur colère face aux prévisions annoncées à l’occasion de
la prochaine réforme de la PAC. Et bien d’autres lieux d’activités pourraient être évoqués !
Nous sommes nombreux à être concernés, directement ou en proximité, par un enfant,
un parent, un voisin, un proche, travaillant dans l’un ou l’autre de ces domaines.
Considérant tous ceux et celles qui sont impactés, nous sommes tous concernés.
De manière grave, c’est le devenir de l’emploi pour beaucoup qui est en jeu. Les uns et
les autres expriment leur inquiétude, leur amertume, leur colère, et souvent un grand
sentiment d’injustice. Comment regarder l’avenir avec confiance pour soi-même et pour
les siens ? Comment croire en la parole de l’autre ? Sur quoi s’appuyer ?
Après avoir échangé avec quelques personnes impactées par ces événements, je veux
partager ceci :
• Ces situations nous concernent tous. Elles interrogent sur la valeur donnée aux
paroles, sur le respect des personnes et de leur dignité, sur ce qui finalement est
Diocèse de Rodez et Vabres
Évêché – 13 avenue Victor Hugo – BP 821 – 12000 RODEZ - 05 65 68 06 28 – contact@rodez.catholique.fr
www.rodez.catholique.fr

privilégié dans notre façon de vivre en société. Comment pourrait-on justifier que
l’homme soit la valeur d’ajustement ?
• Ces situations sont difficiles. Elles dépassent les citoyens que nous sommes. Nous
n’avons pas ou bien peu d’éléments pour interagir. Mais il nous appartient de
demeurer dans l’attention et la vigilance ; de nous interroger sur la logique de nos
propres choix de consommation ; de signifier la proximité et le soutien qu’il est
toujours possible de manifester à des personnes en proximité ; de nous interroger
sur les solidarités qui peuvent se déployer, manifestant la valeur et le précieux de
toute personne humaine et s’attachant à servir le bien commun. Pour leur part, il
appartient aux décideurs, aux responsables économiques et politiques, par une
recherche de solutions justes et respectueuses pour chacun, de demeurer attentifs
à celles et ceux qui risquent d’être les plus fragilisés.
• La réalité des situations que nous vivons en cette période nous manifeste de plus
en plus que ‘tout est lié’. Si, au cours de la pandémie, nous avons souvent entendu
ou exprimé l’invitation à ‘prendre soin de soi’, l’appel aujourd’hui devient
véritablement celui de ‘prendre soin les uns des autres.’
Pour cela nous pouvons aller puiser dans notre humanité commune et l’appel à respecter
la dignité de toute personne. Les croyants l’enracinent dans un amour reçu et qui
concerne chacun. En ces jours proches de Pâques, nous ne pouvons croire que la mort ait
le dernier mot. Il nous appartient d’en manifester l’Espérance.

+ François Fonlupt



Fleepit Digital © 2020