Clarisse - Vendée Globe 2020



ENTREPRENDRE

DE LA PRÉPA HEC
À LA START-UP
TOUR DU MONDE

L’HISTOIRE D’UN
NOUVEAU DÉFI

APPRENTISSAGE

2020, RÉCIT D’UN
COMPTE À REBOURS
TRAVAIL D’ÉQUIPE

ZOOM SUR LES
MÉTIERS DU TEAM

vendéeglobe
2020

ACTIVITÉS

À BORD

TEST

QUELLE CLARISSE
ÊTES-VOUS ?



SOMMAIRE

CLARISSE
ÉDITO

04 · « Cher Vendée Globe »

CLARISSE, LE GOÛT DU LARGE

08 · De la prépa HEC à la start-up
10 · Femme de mer à l’assaut de l’océan
12 · Souvenirs du large
14 · Top 10 des infos insolites que vous ne savez
- peut-être pas - sur Clarisse

UN APPRENTISSAGE ACCÉLÉRÉ

18 · L’histoire d’un nouveau défi
23 · À la découverte du Team Banque Populaire
27 · L’ Atlantique pour terrain de jeu
30 · Zoom sur les métiers du Team
32 · 2020, récit d’un compte à rebours

PORTFOLIO

35 · Instants volés... d’une avant-première

DESTINATION VENDÉE GLOBE

46 · Un rêve qui paraissait fou
48 · Décryptage des passages clés
50 · Le Mono Banque Populaire X
52 · La vie à bord

2

I

CLARISSE



CARNET
D’ACTIVITÉS

TEST
QUELLE CLARISSE

ÊTES-VOUS ?

POSTER
VENDÉE GLOBE
À L’INTÉRIEUR

BANQUE POPULAIRE, SPONSOR FIDÈLE ET ENGAGÉ

56 · Un acteur majeur de la voile depuis 31 ans
58 · Sabine Calba : « un rapport de confiance
incontournable avec Clarisse »

30 RAISONS D’ÊTRE À 100% DERRIÈRE CLARISSE
60 · 61

CARNET D’ACTIVITÉS

64 · Test : quelle Clarisse êtes-vous ?
66 · Tuto : apprendre à faire un noeud de chaise
67 · Recette : les moules marinières
68 · Mots croisés « Spécial Vendée Globe »
69 · Origami : crabe

Retrouvez toutes nos photos & vidéos sur

www.voilebanquepopulaire.fr
CLARISSE

I

3



EDITO

ARMEL LE CLÉAC’H

Cher Vendée Globe

D

imanche 8 novembre prochain, à 13 h 02, ils seront tous là pour toi.
Des centaines de milliers de curieux qui devraient être massés sur les
rives des Sables-d’Olonne ou réunis devant leur petit écran. Des milliers
d’enfants, les yeux rêveurs et envieux avec une fraicheur identique à
celle de tes grands débuts, en 1989, quand Lamazou, Peyron, Poupon
et les autres ont fait office de pionniers. Et puis il y a tous ceux qui ont
contribué à ton succès et ta bonne tenue, ces dizaines de passionnés
qui ont poncé, posé de la résine et oublié de compter leurs heures
à l’ombre des chantiers. Pour toi, des marins vont tenter ce que
beaucoup pensaient impossible, utopique ou défiant la raison quelques
décennies plus tôt : parcourir le globe sans assistance et sans escale.
4

I

CLARISSE



UNE HISTOIRE CHARGÉE D’INCERTITUDES

C’est le début d’un voyage qu’une
poignée d’hommes et de femmes
s’apprêtent à vivre. Ils s’engagent
à traverser les océans, à accepter
que le large soit le spectacle de
moments incroyables autant que
difficiles, à glisser, à douter et à
avancer encore. Ils s’apprêtent
à s’aventurer là où la mer est
brute, intacte et impitoyable, dans
ces mers du sud où les marins
se hasardent peu et l’horizon se
confond avec le fracas des vagues.
Aidé par les caprices d’Éole,
tu t’amuses à faire fructifier un
scénario que personne ne connaît,
une histoire chargée d’incertitudes
comme on n’en fait plus sur la terre
ferme. Mais tous ceux qui ont déjà

ceux qui ont travaillé sans relâche
pour être prêt le jour de ton départ.
Sur une course comme celle-là,
une personne tient à elle seule une
destinée collective. La grandeur du
challenge t’offre ensuite le luxe de
façonner des skippers, de renforcer
leur expérience, leur ténacité et leur
bravoure. Une fois de retour sur
terre, dans la chaleur d’une arrivée
saluée par une armée joyeuse et
colorée de badauds en ciré, tu auras
aussi changé des personnalités.
Nous, les marins, nous aurons acquis
un lien indéfectible avec la nature
et sa palette de couleurs, jouant
avec tout ce que le ciel compte de
nuances. Nous aurons aussi pris du
recul sur les petits riens qui font la

“ LE VENDÉE GLOBE N’A
RIEN D’UN COMBAT ET D’EN
AVOIR CONSCIENCE EST
PRIMORDIAL ”
eu la chance d’y participer savent
qu’on ne t’affronte pas. Le Vendée
Globe n’a rien d’un combat et en
avoir conscience est primordial.
Son essence même oblige à
l’humilité et à la mesure car rien
n’est plus inconnu qu’un lendemain
de dépression dans un no man’s
land d’océan déchaîné.

AU BOUT DU MONDE,
AU BOUT DE NOUS-MÊME

Toi, course de légende et agrégateur
d’émotions, tu promets à des
skippers de se retrouver face à euxmêmes, de se surpasser et de faire
corps avec leur monture, qui fatigue
comme l’organisme et qu’il faut tant
savoir ménager. Tu t’attaches aussi à
mettre en lumière un savoir-faire, à
valoriser les compétences de tous

vie sur terre. Nous aurons toujours
ancré au plus profond de notre être
cette fierté d’être allés au bout du
monde, au bout de nous-même et
d’en être revenus dans un tourbillon
d’émotions.

Le jeudi 19 janvier
2017, le skipper de
Banque Populaire
VIII s’est adjugé la
victoire de la 8ème
édition du Vendée
Globe.
Il boucle ce tour du monde
en 74 jours, 03 heures, 35
minutes et 46 secondes.
Il établit un nouveau record.

C’est donc ce que tu promets
à Clarisse et à tous les autres,
avec pour seule exigence que le
plaisir soit leur moteur dans la
compétition, la contemplation et
l’abnégation. Bientôt, ils pourront
savourer et se réjouir : rares sont les
hommes et femmes à avoir relevé
ce défi de géant.

Armel Le Cléac'h

CLARISSE

I

5



6

I

CLARISSE



CLARISSE,
LE GOÛT DU
LARGE

CLARISSE

I

7



DE LA PRÉPA HEC

À LA START-UP

U

Jersey et la Bretagne. « On passait les vacances
dehors, avec ma sœur et mes frères. Surf, voile, pêche,
jeux de plage… On était constamment recouverts
de sable et de sel. L’enfance ne m’a pas appris la
voile mais le plaisir du grand air ». De retour à
Paris, Clarisse enchaîne les activités extra-scolaires.
Tennis, dessin et athlétisme. Les compétitions sont
l’occasion de se dépasser, sans que le résultat ne
soit une obsession. « Cela permettait surtout de se
fixer des challenges personnels. »

n après-midi d’été au large des
côtes bretonnes. Clarisse, 12 ans,
est à bord d’un petit catamaran de
plage avec deux cousins. Ce sont
les 4 heures de Carnac, un parcours
côtier qui égaie les journées à la
plage. La grande aventure à portée
LA FIBRE ENTREPRENEURIALE
de milles. Elle se souvient : « Il y
Le goût du challenge est aussi à l’œuvre sur les
bancs de l’école. Un Bac S obtenu dans un lycée de
avait un brouillard intense, le petit
Rueil-Malmaison avant d’entamer une
équipage a démâté et tout était
« prépa » à Saint-Geneviève à Versailles. Les études
exacerbé, comme une impression
se poursuivent à la grande école HEC. Clarisse
trouve des « respirations » en s’engageant dans des
d’avoir vécu un tour du monde
associations. Il y a les matchs de rugby et
avant l’heure ! »
« Rêve d’enfance » qui accompagne des jeunes
 LE PLAISIR DU GRAND AIR

Ainsi se dessine son enfance, au sein d’une fratrie
heureuse de quatre enfants, avec le quotidien à
l’école à Saint-Cloud, les sorties en forêt et les
vacances chez les grands-parents, entre Toulon,

8

I

CLARISSE

en rémission de cancer dans des croisières. Au
cours d’une d’elles, la jeune étudiante rencontre
un skipper, Tanguy Le Turquais. Il ne se quitteront
plus. Mais à HEC, aux côtés d’élèves ayant une idée
précise de leur avenir, Clarisse détonne car elle
tâtonne, ne sachant pas de quoi sa vie sera faite. Il y



CLARISSE, LE GOÛT DU LARGE

a une certitude néanmoins : « parmi les possibilités
qui s’offraient à moi, je savais que je pouvais chercher
un boulot mais aussi en créer un ». Cette fibre
entrepreneuriale, c’est son père qui l’a cultivée, lui
qui a fondé de nombreuses entreprises. Clarisse
décide ainsi de fonder, avec Jérémie, son frère,
Kazaden.com, qui permet de réserver des séjours
outdoor. « C’était passionnant de partir d’une
feuille blanche ». C’est elle qui s’attache à chercher
des investisseurs, à présenter le projet, à convaincre.
Néanmoins, à s’investir sans compter et à enchaîner
les semaines de travail, Clarisse entrevoit ses
failles : « devoir convaincre sans avoir de certitudes
sur soi, c’est dur ». L’échappatoire se trouve sur
la côte, chaque week-end, où elle rejoint Tanguy
pour décompresser. La Bretagne pour oublier le
tourbillon et pour se reconnecter aussi. « J’avais
besoin d’authenticité, d’honnêteté, de me retrouver ».
Elle décide alors de tourner la page et quitter Paris
afin de s’installer avec son compagnon. Certes,
les semaines qui suivent sont délicates, il faut se
reconstruire, changer de quotidien, reprendre
confiance. Une épreuve difficile mais finalement
salutaire : « j’ai appris de mes failles, de l’importance
de faire des choix ». Depuis la côte, elle entrevoit
alors un autre challenge offert par l’eldorado de
son enfance : la mer.

KESAKO KAZADEN ?
« Avec Clarisse, nous partageons le goût pour les grands espaces et les aventures, en mer et à la montagne. La start-up Kazaden
est née de cette aspiration-là, avec la volonté de proposer des séjours touristiques « outdoor » entre alpinisme, croisière, surf trip
ou encore stage de yoga. En plus de son caractère dynamique, souriante, Clarisse a aussi un côté posé, réfléchi, ce qui est très
agréable au quotidien dans une entreprise. Et puis on a pu percevoir ses talents en communication : c’est notamment elle qui
s’occupait de la newsletter qu’on envoyait aux clients. »
JÉRÉMIE CRÉMER
Son frère, cofondateur de Kazaden
CLARISSE

I

9



CLARISSE, LE GOÛT DU LARGE

FEMME DE MER

À L’ASSAUT DE L’OCÉAN

L

a mer, le bruit des vagues et les fraîches températures de l’hiver.
En janvier 2015, quand Clarisse pose ses affaires en Bretagne, l’air
des embruns est omniprésent. Cet environnement, qu’elle appelait
avant « sas de décompression » ou « lieu ressource », est devenu
son quotidien. Et la mer n’est jamais loin d’autant que Tanguy Le
Turquais, lui, est un habitué des pontons. Le skipper a participé à
deux Mini-Transat, entre 2013 et 2015. À ses arrivées aux Antilles,
Clarisse est là. Pour goûter à l’émotion d’une transatlantique, pour
vivre un moment fort et découvrir un monde, aussi. « Il y avait une
forme d’enchantement et d’émerveillement, se souvient la jeune femme.
Pour beaucoup, c’est l’une des plus belles aventures de marins ». Et
puis il y a l’état d’esprit, les échanges entre concurrents, les sourires
qui s’échangent et les astuces qui se partagent : « On sentait une
connexion entre tous les participants, un lien fort. »

10

I

CLARISSE



Ils ont dit...



JAMAIS SANS MON TANGUY

LE TEMPS DES PREMIÈRES

Clarisse étant habituée à se surpasser
dans les compétitions sportives de
son enfance puis à s’investir sans
compter dans l’entreprenariat, elle
décide à son tour de relever le défi
de la Mini-Transat : « Parfois, à l’issue
d’une séance de sport exigeante, on a
l’impression d’être dans un état second
pendant quelques secondes. Mais à bord,
on est dans le même état pendant trois
semaines ! » Alors, la navigatrice se lance
dans l’aventure, met au point un bateau,
surprend par une vidéo décalée afin de
trouver des partenaires et se prépare
avec détermination. C’est le temps
des premières : première navigation
en solitaire, première longue course,
première nuit en mer.
Et puis il y a le premier grand départ,
celui de la Mini-Transat, en octobre
2017. Les jours qui suivent, au large, ont
valeur de révélation : « C’est un de mes
rares souvenirs à bord où je ne pensais
même pas à la ligne d’arrivée. J’étais
simplement heureuse d’être en mer ».
Clarisse arrête d’écouter le classement
de la course chaque jour et profite
de ses instants de liberté. À l’arrivée,
la surprise est totale : elle figure sur le
podium (respectivement 3ème et 2ème de
chaque étape). « Psychologiquement, je
m’étais préparée pour être dernière alors
je n’en croyais pas mes yeux ! » Une âme
de navigatrice vient d’émerger au cœur
de l’Atlantique.

L’ENVIE CONSTANTE DE PROGRESSER

Quatre mois après cette première
transatlantique, nouvelle aventure, en
double cette fois : Clarisse accompagne

Tanguy Le Turquais à la Transat AG2R. Un
couple sur terre doit s’accorder en mer.
Pourtant, s’ils parviennent à rallier Saint
Barthélemy, ils ne peuvent se battre
pour les places d’honneur, la faute à une
avarie au large du Portugal. Clarisse s’en
amuse : « c’était une super expérience
même si on a compris que nous n’étions
pas performants ensemble en course à
cause de nos tempéraments. »
Il n’empêche, le couple regagne la terre
sans pression et se projette déjà. Pour
Clarisse, ce sera une saison en Figaro,
l’occasion de faire le plein d’expérience,
malgré la difficulté. « La période hivernale
était particulièrement délicate. Quand tu
passes 4 jours par semaine sur l’eau dans
le froid, que tu te prends des claques parce
qu’il y a de nombreux champions, ce n’est
vraiment pas facile à vivre. »
Mais comme toujours, Clarisse
s’accroche et ne lâche rien. « L’esprit de
compétition doit nourrir l’envie constante
de progresser et de tout donner »,
confie-t-elle. Dans une édition 2019
marquée par le retour de nombreux
anciens vainqueurs - dont Armel Le
Cléac’h - Clarisse est loin de faire de
la figuration. 28ème au classement
général, elle fait preuve de pugnacité,
d’engagement et d’une capacité certaine
à résister à la fatigue inhérente à la
répétition des efforts. « Je suis cramée
de chez cramée ! » lâche-t-elle à l’arrivée.
Derrière son sourire du moment, il y a
aussi la promesse d’un futur heureux :
le Team Banque Populaire l’attend déjà
pour un nouveau challenge.

« Clarisse a toujours 1000
projets à l’heure. En 9 ans
ensemble, je l’ai vue créer
son entreprise, se lancer dans
un projet Mini, s’aligner au
Vendée Globe… En mer, elle a
l’intelligence de ne pas être une
tête brûlée, de savoir préserver
son bateau pour aller au bout.
Je suis épaté par sa progression.
Nous sommes fusionnels et
j’essaie de la réconforter, de la
rassurer et de lui permettre de
garder confiance. »
TANGUY LE TURQUAIS
Son mari.

••••••••••••••••



DECRYPTAGE DE SES DEBUTS

« Nous avons commencé à
travailler ensemble en 2016
alors qu’elle ne connaissait
pas la course au large.
Clarisse est très organisée, très
structurée ce qui lui permet
de comprendre rapidement le
fonctionnement d’un bateau.
Elle fait facilement le lien
entre son côté cartésien et
ses sensations à bord, ce qui
lui permet de progresser très
vite. Et puis en mer, elle sait
faire preuve d’une combativité
hors-norme. »
TANGUY LEGLANTIN
Son 1er entraîneur de course
au large.

CLARISSE

I

11



CLARISSE, LE GOÛT DU LARGE

SOUVENIRS

DU LARGE

D

e ses souvenirs de jeunesse à sa participation à la Solitaire du
Figaro l’an dernier, Clarisse a multiplié les expériences en mer et
donc les situations parfois cocasses ou savoureuses. Elle raconte.

UNE AVENTURE FAMILIALE
12 ANS - LES 4 HEURES DE CARNAC

« C’est l’un de mes souvenirs marquants
de mes vacances en famille à la mer.
Nous avions participé avec mes cousins et
cousines aux 4 heures de Carnac. Il y avait
un brouillard important, nous ne savions
même plus où on était. Nous avons fini
par démâter et je me souviens que le mât
était tombé sur ma cousine. C’était une
expérience complétement dingue : j’avais
l’impression d’avoir participé au Vendée
Globe ! »

expérience en solitaire. Et c’est l’une des
seules fois de ma vie où je ne pensais
pas à la ligne d’arrivée. J’étais tellement
heureuse d’être en mer, plus rien d’autre
ne comptait ! C’est assurément l’un de
mes plus beaux moments passés au
large. J’avais même arrêté de suivre les
classements. Et quand j’ai franchi la ligne
et découvert que j’étais 3e de la 1ère
étape et 2e de la seconde, ça a été une
joie immense. Je n’en revenais pas ! »

JE ME SUIS MIS À ENTENDRE UNE VOIX
27 ANS - LA MINI-TRANSAT

ET UNE ÉQUIPIÈRE EST TOMBÉE À L’EAU !
16 ANS - TROPHÉE DES LYCÉES

« Avec cinq copines de lycée, nous voulions
participer au Trophée des lycées, à bord de
First Class 8, des bateaux de neuf mètres
de long. Pour peaufiner notre préparation,
nous avons fait deux stages dont un au
Havre. On était encore en rodage et ça
s’est vu : les filières qui entourent le bateau
ont cassé et une de mes copines est
tombée à l’eau ! Mais heureusement, elle
a vite été récupérée par les organisateurs
en zodiac. Et cet épisode a finalement
contribué à la cohésion de l’équipe. »

JUSTE HEUREUSE D’ÊTRE EN MER
27 ANS - LA MINI-TRANSAT

« Il s’agissait de ma première grande
12

I

CLARISSE

« Une nuit, je me suis mise à entendre
une voix qui appelait au secours à bâbord.
Armée de ma lampe frontale, je suis partie
scruter l’eau à la recherche du naufragé
avant de me rendre compte que quelque
chose ne tournait pas rond et que le bruit
n’était rien d’autre que du vent. Mais le
pire, c’est que cinq minutes plus tard, j’ai
eu exactement la même hallucination, et
je ne me suis pas rendu compte que je
répétais la même scène ! »

JE NE PEUX PAS, JE SUIS EN PYJAMA
27 ANS - LA TRANSAT AG2R

« Quatre mois après la Mini-Transat,
Tanguy (Le Turquais, son mari) m’a proposé
de participer avec lui à la Transat AG2R.
C’était une super occasion de découvrir
le Figaro. On a tenu le coup en début de



Bio express

course mais on a été victimes d’une avarie
au large du Portugal. En fin de course, on
n’avait plus rien à jouer et on a un peu
lâché prise. Un jour, Tanguy me réveille pour
que j’ajuste les voiles. Je lui ai répondu : «
je ne peux pas, je suis en pyjama ». C’est
le genre de phrase qu’on ne devrait pas
prononcer en course (rires). »

DES ROUSTES TOUS LES JOURS
29 ANS - LA SOLITAIRE DU FIGARO

« Je n’ai jamais été douée pour les
entraînements. En Figaro, tu peux sortir sur
l’eau 4 à 5 fois par semaine. Ce sont des
journées dures, très physiques, d’autant
que le froid est prégnant pendant l’hiver.
Et en plus, tu t’entraînes contre des grands
champions donc tu te prends des roustes
tous les jours. En rentrant à la maison
le soir, ce n’est pas évident de garder le
moral, d’autant que tu sais que ça va
recommencer le lendemain. Mais cela fait
partie du chemin pour progresser ! »

DES SITUATIONS COCASSES
30 ANS - VENDÉE·ARCTIQUE·LES SABLES

« Il y a toujours des situations cocasses
quand on est seule sur un bateau, qui
prêtent à sourire. Lors de ma première
course en solitaire sur le Mono Banque
Populaire X, la Vendée Arctique Les Sables,
j’ai eu un souci avec des pistaches. J’avais
gardé toutes les coquilles dans la main et
elles sont toutes tombées dans le bateau.
Je les ramasse, je vais vers la poubelle et
je les refais tomber à nouveau. C’était la
poisse ! »

Date de naissance :
30 décembre 1989 (30 ans)
Lieu de résidence :
Locmiquélic (56)
Lieu de naissance :
Paris
Date d’arrivée dans l’équipe Banque
Populaire :
1er juillet 2019
Vendée Globe :
1ère participation

PALMARÈS

2020
·12ème de la Vendée-Arctique-Les
Sables d’Olonne
2019
·6ème de la Transat Jacques Vabre avec
Armel Le Cléac’h (Banque Populaire)
·3ème de la Rolex Fastnet Race avec
Armel Le Cléac’h (Banque Populaire)
·29ème de la Solitaire Urgo Le Figaro
(Everial)
2018
·14ème de la Transat AG2R avec Tanguy
Le Turquais (Everial)
2017
·2ème du Championnat de France
Espoir Course au Large
·2ème à la Mini Transat 6.50 (en série
avec Everial)
·1ère à la Mini Fastnet
2016
·7ème du Championnat de France
Espoir

CLARISSE

I

13



TOP 10 DES INFOS INSOLITES

QUE VOUS NE SAVEZ
- PEUT-ÊTRE PAS -

SUR CLARISSE

I

l est impossible de réduire un marin uniquement à son goût pour la mer. À 30 ans,
Clarisse, curieuse et éclectique, compte sur ses proches et cultive de nombreuses
passions qui l’aideront à surmonter les coups durs pendant son tour du monde.

Leurs regards se sont croisés en Corse. Lui
était skipper, elle accompagnait des enfants en
rémission de cancer avec l’association « Rêve
d’enfance ». Quelques années plus tard, Clarisse
a rejoint Tanguy Le Turquais en Bretagne et
a découvert avec lui la passion pour le large.
Fusionnels et complices, ils contribuent chacun
aux réussites de l’autre. Et Tanguy n’a de cesse
d’encourager et de soutenir Clarisse pour son
Vendée Globe.

14

I

CLARISSE

•••••••••••••••••••

1

TANGUY, UN CHÉRI QUI LUI VEUT DU BIEN

2

MARTINE FAIT DU BATEAU

Dans la famille Crémer, il y a aussi Martine,
la mère. Avec Clarisse, petite dernière de la
famille, elles ont développé un lien fort et une
grande proximité. Martine est de toutes les
aventures de sa fille à l’image de la Transat
Jacques Vabre l’an dernier où elle était présente
au Havre puis à Salvador de Bahia. Pendant les
courses, la navigatrice échange régulièrement
par message avec sa mère.



CLARISSE, LE GOÛT DU LARGE

En 2017, à l’heure de disputer la Mini-Transat,
elle comptait déjà 17 000 abonnés sur
Facebook « Clarisse sur l’Atlantique ». La
navigatrice s’était notamment distinguée par
une vidéo au ton décalé afin de convaincre un
sponsor, ‘Michel et Augustin’, de la soutenir.
Dans des clips tournés pendant ses journées au
large, elle sait aussi faire rire et sourire comme
ce karaoké improvisé sur le pont, en décembre
dernier, lors de son convoyage retour depuis
le Brésil.

4

DÉJÀ LAURÉATE D’UN TITRE PRESTIGIEUX

En janvier 2017, alors en pleine préparation
pour la Mini-Transat, Clarisse est désignée «
Seamaster of the year » (« Matelot de l’année
»). Décerné par le magazine allemand « Yacht
» et le plus grand salon nautique d’Europe
« Boost Düsseldorf », il s’agit d’un titre
prestigieux remporté notamment par d’anciens
vainqueurs de la Coupe de l’America ou encore
par Loïck Peyron. Le jury a vu en Clarisse « une
ambassadrice de la voile en Europe » tout en
ajoutant : « s’il y avait deux ou trois Clarisse
par pays pratiquant la voile, ce sport serait
largement plus populaire ! »

5

LA GUERRE AUX SUREMBALLAGES

Sensible au développement durable, Clarisse
s’est attachée à réduire au maximum son impact
sur l’environnement, en faisant notamment
la guerre aux suremballages. Alors qu’il est
d’usage d’avoir un sac de nourriture journalier
pendant le Vendée Globe, elle préfère disposer
d’un seul sac par semaine pour l’ensemble de
son alimentation. Par ailleurs, les bouteilles
plastiques ont été bannies, tout comme les sacs
biodégradables destinés à faire ses besoins.

6

JAMAIS LOIN DE SES ANIMAUX

Il faut voir Clarisse venir au hangar et arpenter
les pontons pour savoir qu’il est toujours à
ses côtés. Girouette, son berger australien,
l’accompagne partout depuis qu’il l’a rejoint
il y a plus d’un an. Par ailleurs, pour éviter de
passer la tondeuse dans le jardin, la trentenaire
a eu une idée : adopter deux moutons appelés
« Galette » et « Saucisse », en référence à
son goût pour le fameux plat breton. Il y a
aussi Cédric, son éléphant en peluche qui la
suit partout, une référence au prénom de son
préparateur lors de la Solitaire du Figaro 2019.

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

3

LA PETITE REINE DU « BUZZ »

7

« SILENCE, ÇA POUSSE ! »

On peut apprécier le large autant que la terre.
Clarisse le prouve : la trentenaire est également
une passionnée de jardinage. Une passion, au
point d’acheter régulièrement des plantes et
d’être une fidèle de l’émission « Silence, ça
pousse ! » sur France 5 ! Récemment, elle a
également aménagé un potager dans son jardin
qu’elle s’attache à entretenir dès qu’elle en a
l’occasion.

8

LA « CHAMPIONNE DES PETITS PLATS »

La navigatrice cultive aussi une passion pour la
cuisine. « C’est une championne des petits
plats », confie Tanguy Le Turquais qui assure
qu’elle « cuisine tout de A à Z ». Sa spécialité
? Des gâteaux à la brioche perdue. Son péché
mignon ? Du chocolat, indispensable pour finir
chacun de ses repas. À bord, Clarisse ne peut
pas partir sans un stock de thé – le goût de ses
vacances en famille à Jersey –, des Palmito (des
feuilletés sucrés en forme de cœur) et du pâté
Hénaff, un petit air de Bretagne emmené au
bout du monde.

9
10

PETIT GUIDE D’HYGIÈNE FÉMININE

Forte de son expérience en mer, Clarisse a
trouvé des techniques afin d’être le plus à l’aise
possible à bord. Depuis son retour de la MiniTransat où elle avait dû se couper les cheveux
qui formaient un épais chignon, elle utilise de
l’huile d’argan afin de protéger sa coiffure.

CLARISSE ET SES TOILETTES TRÈS CONFORTABLES

Alors qu’il ne faut négliger aucun détail à bord,
l’équipe s’est attachée à doter le bateau de
Clarisse, Banque Populaire X, de toilettes à la
fois modernes, confortables et pratiques. Elles
ont été conçues en carbone par Florent Vilboux,
responsable accastillage/composite du Team
Banque Populaire. Et s’il s’agissait des toilettes
les plus agréables de la flotte ?

CLARISSE

I

15



16

I

CLARISSE



UN APPRENTISSAGE
ACCÉLÉRÉ

CLARISSE

I

17



L’ H I S TO I R E

D’UN NOUVEAU DÉFI

À

l’hiver 2018, alors que la
Route du Rhum a emporté le
Maxi Banque Populaire IX, la
banque de la voile ne renonce
pas et la construction d’un nouvel
Ultim est alors annoncée. Dans le
même temps, Banque Populaire
décide d’accompagner une jeune
navigatrice sur une épreuve
mythique : le Vendée Globe. Ce
projet est placé sous le signe de
la pédagogie, de l’apprentissage et
de la transmission.
Ensuite, tout fait sens. Un coup
de cœur, un coup de fil et un défi
de géant. Le profil de Clarisse
résonne comme une évidence.
Elle a 30 ans, elle est diplômée
d’HEC et elle a créé sa start-up
avant de changer de vie pour
le large. Elle est talentueuse et
prometteuse sur l’eau, elle est
solaire. Clarisse Crémer est
invitée à bord de cette folle
aventure à 22 mois du départ. Pas
de foil, pas d’objectif de victoire
mais une équipe expérimentée
au service d’un rêve. Récit d’une
rencontre inattendue entre
Clarisse et Ronan Lucas, directeur
du Team.

18

I

CLARISSE



UN APPRENTISSAGE ACCÉLÉRÉ

CLARISSE

I

19



Moment de complicité entre
Clarisse Crémer et Ronan Lucas
à la Base des sous-marins de Lorient.
20

I

CLARISSE



UN APPRENTISSAGE ACCÉLÉRÉ

“ C’EST UN SYMBOLE TRÈS
FORT DE FAIRE CONFIANCE À
LA JEUNESSE ”
RONAN, COMMENT AVEZ-VOUS EU L’IDÉE DE PROPOSER
CETTE AVENTURE À CLARISSE ?

RONAN LUCAS : J’ai découvert Clarisse alors qu’elle
cherchait un sponsor pour la mini transat
avec son entrain et son enthousiasme. J’avais
été séduit par sa démarche, son originalité et
j’ai commencé à suivre son parcours. En plus
d’être une bonne communicante, c’est une
sacrée compétitrice et j’ai été bluffé par ses
résultats sportifs. J’étais persuadé qu’ensemble,
nous pourrions nous lancer dans un projet
sérieux, atypique avec le Vendée Globe en
ligne de mire.

ET VOUS ÊTES ENTRÉS EN CONTACT JUSTE APRÈS LA ROUTE
DU RHUM…

CLARISSE CRÉMER : J’étais loin d’imaginer qu’il me
proposerait de participer au Vendée Globe.
C’est comme si on offrait une piscine de
bonbons à un enfant de 5 ans ! (rires) J’étais
complétement abasourdie.
R.L. : Je me souviens très bien de ce coup de
téléphone parce que chez Banque Populaire,
tout le monde était enthousiaste à l’idée de
se lancer dans l’aventure avec toi. Sauf que
nous ne t’avions pas encore sollicitée et qu’il
fallait avant tout que tu sois d’accord.
C.C : Il m’a fallu un temps de réflexion parce
je voulais faire le bon choix en toute liberté.
Mais je n’ai pas hésité longtemps !

VOUS SENTIEZ-VOUS TOTALEMENT LÉGITIME POUR CE DÉFI ?

C.C. : Se lancer dans un projet Vendée Globe
oblige à un sacré effort d’imagination. Il y a
eu des critiques et je les comprends : je me
retrouve propulsée dans ce qui se fait de
mieux en matière de course au large.
R.L. : Nous ne souhaitions pas un projet
« gagnant » mais nous avions à cœur
d’accompagner une jeune navigatrice, de lui
offrir toute l’expertise et les connaissances du
Team Banque Populaire. Et tu t’es imposée
comme une évidence par ton talent sur l’eau,
ton parcours. C’est un symbole très fort de
faire confiance à la jeunesse.

C.C. : C’est flatteur ! (rires) L’histoire du Vendée
Globe a montré qu’il y avait de nombreux
cas similaires au mien parmi les concurrents.
Pour faire taire les critiques, je dois surtout
m’attacher à faire du mieux possible.

COMMENT S’EST DÉROULÉE L’INTÉGRATION DANS L’ÉQUIPE ?
C.C. : Je ne vais pas le cacher, j’étais assez
intimidée. Il s’agit d’une équipe très soudée,
avec des personnalités qui travaillent
ensemble depuis des années. J’étais aussi
émerveillée de découvrir comment chacun
travaillait, la précision et le sérieux qui les
animent au quotidien.
R.L. : Et pourtant, tu t’es intégrée de façon très
naturelle ! Toute l’équipe a été touchée par
ton approche, le profond respect dont tu fais
preuve pour chaque personne, pour chaque
métier et l’intérêt que tu portes à tous les
aspects du projet. Ton dynamisme et ton
empathie ont offert un vent de fraicheur à
toute l’équipe.

TRÈS SIMPLEMENT, QUEL EST VOTRE OBJECTIF AU VENDÉE
GLOBE ?

C.C. : Accepter le challenge de Banque
Populaire, c’est parier sur ma capacité à
apprendre et à rassembler toute mon énergie
et toutes les compétences de l’équipe pour
le réussir. Je me sens capable de tout donner,
d’avoir la niaque et de faire face aux difficultés
pour passer trois mois en mer et franchir la
ligne d’arrivée aux Sables-d’Olonne.
R.L. : Comme tous les Vendée Globe auxquels
a participé Banque Populaire, l’objectif est
de finir la course. Nous avons tous tellement
envie de vivre pleinement cette aventure et
qu’elle aille au bout, que l’on puisse revivre les
émotions et les joies d’une arrivée. Ce serait
une sacrée récompense.

CLARISSE

I

21



22

I

CLARISSE



UN APPRENTISSAGE ACCÉLÉRÉ

À LA DÉCOUVERTE

DU TEAM
BANQUE
POPULAIRE

L

a marche était haute, la responsabilité
importante et le défi conséquent.
Arrivée chez Banque Populaire, Clarisse
a ensuite découvert progressivement les
personnalités qui composent l’équipe,
leurs modes de fonctionnement et son
nouveau bateau. Une phase vécue avec
curiosité et entrain qui a suscité une
vague de fraicheur et d’enthousiasme
auprès du Team.

À Lorient, tous les amateurs de voile connaissent
le Team Banque Populaire, le hangar au fond de
la base de sous-marins face aux pontons, ses 31
ans d’engagements dans la voile, ses plus grandes
victoires et son professionnalisme. Clarisse aussi n’y
est pas étrangère. Après avoir accepté de relever
le défi, il fallait se fondre au sein d’un collectif bien
huilé et apprendre à en connaître chaque corps
de métier. La navigatrice se dit alors impatiente de
« comprendre cette grande machine ».

“ LA PATRONNE,

C’EST ELLE ! ”

« Elle était intimidée de voir autant de gens travailler
pour elle et son bateau », raconte Clément
Duraffourg, en charge de l’analyse des données au
sein du bureau d’études. « Mais nous étions tous
ravis de travailler avec une nouvelle personnalité et on
s’est tous attachés à la mettre en confiance ».
Clarisse multiplie les venues sur le chantier de
Banque Populaire X. Elle s’y rend souvent, parfois
avec des amis, discute avec chacun, observe,
questionne. Ici, elle n’est pas une inconnue. « Nous
avions suivi ses précédents résultats et, rapidement,
on a découvert une personnalité pleine d’énergie,
avenante, curieuse. Il n’y a pas mieux pour faciliter
une intégration dans une équipe », souligne Gautier
Levisse, le responsable du bureau d’études.
« Nous sommes une équipe où chacun se connaît

CLARISSE

I

23



UN APPRENTISSAGE ACCÉLÉRÉ

depuis plusieurs années donc c’était à nous de la
mettre à l’aise, abonde Erwan Steff, en charge de la
logistique. Mais il ne faut pas oublier que la patronne,
c’est elle. C’est son bateau, son Vendée Globe et
toutes ses interrogations sont légitimes. Le fait qu’elle
soit à l’écoute est agréable pour nous tous car d’une
certaine manière, cela nous valorise ».

LES PREMIÈRES NAVIGATIONS,
DES MOMENTS FONDATEURS

Dans le même temps, l’équipe s’affaire à préparer
le Mono Banque Populaire X. Il a été livré à
l’issue de la Route du Rhum qu’il a remportée
avec Paul Meihat à la barre. Arrivé au chantier
en janvier 2019, un mat neuf et un nouveau plan
de voilure ont été installés. « On s’est focalisé
essentiellement sur la fiabilisation », précise Yann
Courtois, responsable du gréement. En charge du
composite, Florent Vilboux travaille sur l’ergonomie
et le confort, notamment en ajoutant des rampes
de matossage pour faciliter le déplacement des
voiles. Yannick Guernec, lui, a complétement revu
les aspects électroniques. Par ailleurs, un nouveau
pilotage automatique, plus fin, plus intuitif, a été mis
en place.
Ensuite, il a fallu se jeter à l’eau. « Je sortais de la
Solitaire du Figaro, j’étais rincée mais j’avais tellement
envie de découvrir le bateau ! » se souvient Clarisse.
Première navigation mardi 2 juillet 2019. À bord,
l’équipe autour d’elle est réduite. Souvent, il y a
Pierre-Emmanuel Hérissé, dit « PE », le responsable
technique, et Ronan Lucas, le patron du Team.

“ J’ÉTAIS RINCÉE MAIS
J’AVAIS TELLEMENT
ENVIE DE DÉCOUVRIR
LE BATEAU ! ”
« Les premières navigations, ce sont des moments
fondateurs, assure ce dernier. Et on a tous été touchés
par le plaisir que Clarisse prenait. »
Au cours de cette phase de découverte, une
feuille de route est dressée, grâce aux analyses
de données effectuées par Clément Duraffourg.

24

I

CLARISSE

Ensuite, « on s’est mis au travail » résume PE : « nous
nous sommes focalisés sur le b.a-ba, la conduite générale
du bateau, les manœuvres à disséquer. » Clarisse
écoute, essaie et gagne progressivement en confiance.
« C’est forcément impressionnant, d’autant que les
sensations sont légèrement décuplées par rapport aux
autres supports avec lesquels j’ai navigué, assure-t-elle.
Mais progressivement, on parvient à trouver sa place à
bord. »
Un apprentissage accéléré qui s’est poursuivi avec un
renfort de poids afin de participer à la Transat Jacques
Vabre en double : celui du dernier vainqueur du
Vendée Globe, Armel Le Cléac’h.



C HAPI T RE

1

·

CLARISSE, LE GOÛT DU LARGE

CLARISSE

I

25



Armel Le Cléac’h et Clarisse Crémer,
l’alchimie parfaite entre l’expérience et la jeunesse lors de la Transat Jacques-Vabre.
26

I

CLARISSE



UN APPRENTISSAGE ACCÉLÉRÉ

L’ AT L A N T I Q U E

POUR
TERRAIN DE
JEU

D

e juillet à décembre 2019, Clarisse a
multiplié les sorties en mer, bénéficié des
précieux conseils d’Armel Le Cléac’h,
participé à la Transat Jacques Vabre et
ramené seule l’IMOCA à Lorient. Récit
de six mois aux allures de montée en
puissance.

Ils étaient tous là. Les membres de sa famille,
les amis proches et l’ensemble du Team Banque
Populaire. C’était un soir de décembre et les
fraiches températures n’avaient pas entamé leur
enthousiasme et pour cause : Clarisse venait
de mettre un terme à son convoyage depuis le
Brésil. Dix-huit jours, seule sur l’océan, une grande
première pour elle à bord de Banque Populaire X.
« Cela ressemblait presque à une arrivée de course.
Il ne manquait que le champagne ! » s’amuse Erwan
Steff, en charge de la logistique. « On a senti qu’elle
était fière et nous l’étions tous pour l’ensemble du
travail accompli », poursuit Florent Vilboux (qui
travaille sur l’accastillage et le composite). « Il y a eu
un déclic, je me sens plus apaisée, plus déterminée
aussi », rayonne Clarisse. Ressentir ces sentimentslà, apprécier de retrouver les siens et savourer un
repas bien mérité avec tous ceux qui sont venus la
retrouver, ça se mérite. Retour quelques mois en
arrière.

QUAND ARMEL TRANSMET SON EXPÉRIENCE

Au cœur de l’été 2019, alors que les navigations
s’enchaînent, Clarisse bénéficie d’un soutien de
poids : Armel Le Cléac’h. Le tenant du titre du
dernier Vendée Globe partage sa connaissance
de l’IMOCA, son expérience et son talent
pour accompagner la navigatrice. « J’étais très
impressionnée, c’est une chance de pouvoir apprendre
à ses côtés », explique-t-elle. « La cohésion d’équipe
a toujours fait partie de nos forces chez Banque
Populaire », précise Armel. Au fil des heures passées
au large, Clarisse s’imprègne des automatismes
du skipper, de sa façon d’anticiper les manœuvres
et les variations de la météo. « J’apprends aussi
beaucoup de cette aventure sur ma capacité à
transmettre », apprécie Armel. Cette complicité
naissante, ils la mettent à profit à l’été 2019 durant
la fameuse Fastnet Race.

CLARISSE

I

27



UN APPRENTISSAGE ACCÉLÉRÉ

Pour leur première course en double,
ils terminent 3e. Clarisse savoure : «
je n’aurais jamais imaginé monter sur le
podium ». « On ne savait pas trop où nous
situer par rapport à la flotte, c’est très
réjouissant ! », ajoute son co-skipper.

jours laisse rapidement la place à une
forme de sérénité, une confiance
décuplée à bord. Elle aide Kevin Escoffier
en lui fournissant du matériel en pleine
mer puis pousse la chansonnette dans
une vidéo devenue virale.

“ ÇA NE POUVAIT PAS
MIEUX SE PASSER ”
Forte de cette expérience, l’équipe
revient à Lorient. Même routine, même
entraînement, même énergie déployée.
Clarisse fait preuve d’une détermination
qui détonne et Armel apprécie la « belle
alchimie » créée entre eux deux. Ensuite,
direction Le Havre en octobre avec
un convoyage musclé – entre 30 et 35
nœuds de vent – et un grand départ,
celui de la Transat Jacques Vabre.
La navigatrice découvre l’effervescence
d’une course de prestige, les
sollicitations, la difficulté à faire le vide,
l’envie d’en découdre… Les premiers
jours en mer, le duo s’accroche dans
le sillage des foilers avant d’assurer au
passage du Pot au noir. Ils franchissent la
ligne d’arrivée à la 6e place, un dimanche
soir dans la baie de Salvador de Bahia.
« Premier bateau à dérives, premier
duo mixte : on a coché toutes les cases
», savoure Armel. « Ça ne pouvait pas
mieux se passer pour une première transat
en IMOCA », sourit Clarisse.

UNE PROGRESSION DÉTONANTE

Dans la douceur brésilienne, la
Francilienne sait qu’une autre mission
l’attend désormais : ramener le bateau
en solitaire jusqu’à Lorient. « Les
sentiments se mêlent entre l’envie de se
jeter dans le grand bain et l’appréhension
de ne pas être à la hauteur », confie-telle alors. Mais Clarisse sait se surpasser
et saisir les opportunités pour donner
le meilleur. L’appréhension des premiers

28

I

CLARISSE

« Je me suis rendue compte que j’étais
capable de mener le bateau », explique-telle simplement.
À terre, le Team est très attentif à sa
progression sur l’Atlantique. « Son niveau
de performance durant le convoyage est
très proche de celui en double avec Armel »,
apprécie Clément Duraffourg, qui analyse
les données. À l’arrivée, l’heure est donc à
l’émotion et au plaisir. « On ne mesure pas
à quel point elle a rapidement progressé,
analyse Ronan Lucas, le patron du Team.
En moins de trois mois, elle est passée de
skipper confirmé à navigatrice prête pour
un tour du monde. » À quelques jours de
Noël, Clarisse ne pouvait pas imaginer de
plus beaux cadeaux.



C HAPI T RE

1

·

CLARISSE, LE GOÛT DU LARGE

CLARISSE

I

29



ZOOM SUR

L

LES MÉTIERS DU TEAM

a course au large, c’est avant tout une aventure collective. Clarisse le sait mieux
que quiconque, elle qui échange au quotidien avec les membres du Team Banque
Populaire dans le but de donner le meilleur. Une équipe dévouée qui n’a pas compté
ses heures pour qu’elle puisse bénéficier d’un bateau prêt pour un tour du monde.
Présentation de sa « garde-rapprochée ».

LE POLE TECHNIQUE
LE COMPOSITE

Florent Vilboux · Frédéric Le Draoullec ·
Emeric Lynch
« Nous préparons des pièces composites pour
l’IMOCA, raconte Florent Vilboux. Nous avons
d’abord contrôlé toute la structure avant de
réaliser des pièces dans le but de rendre la
vie à bord plus agréable, à l’instar de la partie
cuisine. »
L’ÉLECTRONIQUE

Yannick Guernec
« Je suis en charge de tout ce qui a attrait à
l’électronique, l’informatique, l’énergie et les
télécoms à bord, confie Yannick. Au début,
nous avons tout démonté et remplacé toute
la partie informatique pour davantage qu’elle
parte dans les meilleures conditions de sécurité
possible. Ensuite, je m’adapte et j’ajuste chacun
des aspects après les retours de Clarisse afin
d’améliorer leur confort d’utilisation. »

LE POLE MANAGEMENT ET ADMINISTRATIF

Ronan Lucas · Pierre-Emmanuel Hérissé ·
Noémie Furet · Erwan Steff
Alors que Ronan Lucas, le directeur du Team
Banque Populaire, s’occupe des grandes
orientations et décisions de l’équipe, PierreEmmanuel Hérissé, directeur technique,
a un rôle de coordinateur et a beaucoup
navigué avec Clarisse. De son côté, Noémie
Furet est responsable administrative et
Erwan Steff s’attache à assurer l’ensemble de
l’avitaillement et de la logistique, soit « tout
ce dont elle a besoin à bord, notamment en
matière de nourriture ».

LA MÉCANIQUE ET L’ HYDRAULIQUE

François Barbazanges
« Nous avons démonté et remonté entièrement
le bateau, comme un grand puzzle. L’idée, c’était
qu’il soit un peu plus simple à manœuvrer et
facile à entretenir. Désormais, je m’attache
surtout à expliquer à Clarisse les différents
systèmes pour la fabrication de l’eau potable et
à détailler avec elle la marche à suivre en cas de
panne afin de savoir comment réagir. »
LE GRÉEMENT

Yann Courtois
Il est responsable de tout ce qui lié au mât,
aux voiles et aux bouts. « Je contribue à la
mise en route et surtout aux optimisations
du bateau une fois qu’il navigue. On s’attache
surtout à ce que l’IMOCA soit à sa main et qu’il
soit le plus confortable possible. »
30

I

CLARISSE

MAIS AUSSI

Lilian Mercier
Il aide les techniciens dans les différents corps
de métier : ergonomie à bord, avitaillement et
sellerie. Il sait se montrer utile en ne refusant
jamais de donner un coup de main.



UN APPRENTISSAGE ACCÉLÉRÉ

LE BUREAU D’ETUDES · L’INGENIERIE

Gautier Levisse · Clément Duraffourg
· Nicolas Ferellec · Maël Devoldere ·
Edouard Touchard · Pierre-Yves Moreau
« Nous sommes essentiellement mobilisés sur
la construction de l’Ultime dont la mise à l’eau
est prévu l’an prochain, explique Gautier Levisse.
Mais nous avons vérifié toute la structure
de l’IMOCA et nous restons mobilisés pour
refaire des pièces ». De son coté, Clément
Durrafourg s’occupe de l’acquisition et de
l’analyse de données à chaque navigation. «
Je me focalise sur les datas liées aux aspects
techniques afin de distinguer des pistes
d’optimisation ». Cela a notamment été le cas
avec le pilote automatique qui a été installé
sur Banque Populaire X.

Mais aussi
••••••••••••••••••••••••••••••••••

Au-delà de son apprentissage aux côtés du
Team Banque Populaire, Clarisse est également
accompagnée par d’autres professionnels sur les
aspects qui ne concernent pas le nautisme. Elle peut
ainsi compter sur une nutritionniste, une coach
sportive, une professeure de yoga et une équipe de
communication qui gère les relations presse, les
réseaux sociaux et la production de contenus.

CLARISSE

I

31



2020

RÉCIT D’UN
COMPTE À REBOURS

C

e devait être une année haute en couleur. Une mise à l’eau en mars puis deux
transatlantiques, des entraînements intensifs avant une parenthèse au Japon afin
de soutenir l’équipe de France de voile olympique à Tokyo. Ensuite, il fallait déjà se
projeter sur le départ des Sables-d’Olonne, un moment unique avec des millions
de visiteurs. Mais ça, c’était avant. La propagation du virus a bousculé l’organisation
huilée de la saison. Il a fallu s’adapter et Clarisse s’y est attelée sans jamais perdre son
enthousiasme.

32

I

CLARISSE



UN APPRENTISSAGE ACCÉLÉRÉ

Clarisse a travaillé. « Nous avons surtout
insisté sur les zones que je ne connais pas,
 LE BATEAU À MA MAIN
comme les mers du sud et le Pacifique
À l’issue d’une fin d’année
». Clarisse n’en a pas perdu sa bonne
particulièrement riche, marquée par la
humeur : elle a également tourné une
Transat Jacques-Vabre et le convoyage
retour, Banque Populaire X a retrouvé le vidéo dans son jardin où elle winchait
chantier à Lorient. « Il était important de sur un vélo renversé avec Tanguy qui lui
faire un check-up complet, de s’assurer que envoyait des seaux d’eau. Un petit air du
rien n’était endommagé », assure Clarisse. large finalement en plein confinement.
De multiples aménagements ont
MAI
également été réalisés à bord comme
la colonne de winch dont le sens a été
ENFIN, LE RETOUR EN MER
Après huit semaines de confinement,
changé. « Toute l’équipe s’est attachée à
mettre le bateau à ma main, poursuit-elle. enfin, Clarisse a pu retrouver son
IMOCA et les navigations au large. « J’ai
J’ai aussi passé beaucoup de temps avec
eu besoin d’un petit temps d’adaptation,
eux afin de savoir comment réparer le
confie-t-elle. Physiquement, les journées
bateau en cas de problèmes pendant le
étaient diamétralement opposées entre la
tour du monde. Ils m’ont transformée en
période bloquée à la maison et la mer où
McGyver des mers ! »
il faut tout donner. » Mais les habitudes
MARS · AVRIL
reviennent vite. « J’ai rapidement retrouvé
mes repères et on a pu tout de suite se
UN CONFINEMENT STUDIEUX
remettre au travail ». Pour conforter
Clarisse aurait dû enchaîner ensuite
sa confiance à bord, la navigatrice a
les sorties en mer et préparer deux
enchainé les navigations de 24 heures à
Transats (The Transat et la New York 48 heures en « faux solo ».
Vendée) pour le début de l’été. Mais la
propagation du Covid-19 a bouleversé
son planning, l’obligeant à rester chez
FIN JUIN
elle. Pour autant, pas question de se
L’ADRÉNALINE DE LA COURSE
relâcher. La navigatrice explique : « ça
Ambiance particulière, fin juin, sur les
a été un confinement studieux. J’ai pris
pontons de Lorient. Clarisse s’apprête à
le temps d’étudier certains aspects : la
préparation physique et l’étude des fichiers disputer sa première course en solitaire
en IMOCA et celle-ci, totalement
météo ». C’est avec Christian Dumard,
inédite, a été mise sur pied en quelques
Jean-Yves Bernot et Marcel Van Triest,
habitués du Team Banque Populaire, que semaines : la Vendée-Arctique-Les
JANVIER · FÉVRIER

Sables d’Olonne. Crise sanitaire
oblige, le contexte est particulier
avec un dépistage à deux reprises, et
confinement la semaine précédant la
course. Mais derrière le masque, la
navigatrice se veut combative. « J’étais
stressée au départ, concentrée sur chaque
manœuvre. Mais progressivement, les
incertitudes et les inquiétudes se sont
transformées en plaisir. » Et cela se voit
: Clarisse reste constamment dans le «
top 10 » et s’affirme comme l’une des
plus rapides chez les bateaux à dérive.
Elle franchit la ligne au 12e rang, le
sourire aux lèvres.
SEPTEMBRE · OCTOBRE

LA DERNIÈRE LIGNE DROITE

C’est le début d’un tourbillon qui ne
s’achèvera que le 8 novembre prochain.
Clarisse doit s’astreindre à un calendrier
particulièrement dense : elle enchaîne les
stages à Port-la-Forêt aux côtés d’autres
skippers IMOCA, s’attache à préparer
l’avitaillement, peaufine sa formation
météo et poursuit sa préparation
physique. Clarisse décrypte cette «
dernière ligne droite » : « un tel rythme est
particulièrement exigeant mentalement
et physiquement mais c’est une nécessité
pour être prête ! » Dans les jours qui
précèdent le départ, la navigatrice va
progressivement se « mettre dans une
bulle » avant de s’élancer enfin dans la
grande aventure.

CLARISSE

I

33



34

I

CLARISSE



Instants volés...

d'une avant-première
Portfolio par Vincent

Curutchet

CLARISSE

I

35



36

I

CLARISSE



CLARISSE

I

37



38

I

CLARISSE



CLARISSE

I

39



40

I

CLARISSE



CLARISSE

I

41



42

I

CLARISSE



CLARISSE

I

43



44

I

CLARISSE



DESTINATION
VENDÉE GLOBE

L

e Vendée Globe est un monument, une course à part, un instant
où le temps se fige et les belles histoires se forgent. Entre le départ
ému depuis le chenal qui transcende les émotions et l’arrivée
forcément magique, il y a des semaines de mer, de lutte contre les
éléments, le temps qui passe et la solitude qui s’installe. Présentation
d’une des dernières grandes aventures modernes.

CLARISSE

I

45



DESTINATION VENDÉE GLOBE

UN RÊVE

QUI PARAISSAIT FOU
À CHACUN SON EVEREST

le chenal en stadium à ciel ouvert. Ce sont
eux qui ont dit « au revoir » une dernière
fois à ces pionniers. Ce sont eux qui ont
transformé une aventure en événement. Au
fil des éditions, les moyens de communication
ont changé, la façon de suivre la course aussi.
Et pourtant, les sentiments s’entremêlent avec
une intensité identique car des femmes et
des hommes ont découvert des ressources
insoupçonnées pour tenir, malgré les avaries,
les conditions extrêmes et la fatalité.

C’est là qu’est apparu comme une boutade,
un rêve qui paraissait fou : boucler un
tour du monde en solitaire et sans escale.
Jeantot, marin de renom et caractère à ne
laisser personne indifférent sur les pontons,
s’employa comme jamais pour convaincre de
la pertinence de cette course.

C’est ce qui fait d’eux des êtres à part,
capables de se recoudre la langue (Bertrand
de Broc en 1992), de résister 5 jours dans un
bateau renversé (Tony Bullimore en 1996) ou
de se nourrir d’algues une longue partie du
parcours (Yves Parlier, en 2001).

La course au large a le sien et ça fait 31 ans
que ça dure. L’idée avait émergé pendant
un autre tour du monde, le BOC Challenge
(1982-1983) où les marins faisaient des
escales autour du monde. Dans ces bistrots
où l’on profitait des joies de la terre avant
de regagner le large, les marins refaisaient
le monde et le leur en particulier. Il y avait
notamment Guy Bernardin, Bertie Reed et
Philippe Jeantot.

UNE AVENTURE DEVENUE ÉVÉNEMENT

La nouveauté fait peur, effraie et crispe,
en voile autant qu’ailleurs. Et pourtant : en
novembre 1989, il y avait 13 bateaux alignés
sur le ponton des Sables-d’Olonne. Certes,
une seule tente faisait office de salle de presse
mais les curieux étaient déjà là. Et on ne les
comptait plus. Ce sont eux qui ont transformé



À l’arrivée, ils sont héros, rescapés et tenant
d’une histoire à nul autre pareil. Il y a quatre
ans, Armel Le Cléac’h l’avait démontré de la
plus belle des manières en laissant échapper
de chaudes larmes. Même un roc ne peut
résister à l’intensité du plus prestigieux des
tours du monde.

Mon premier Vendée Globe
« Quand j’ai participé à la 1ère édition, c’était une découverte totale, un saut vers l’inconnu. Des
observateurs pensaient qu’on allait rentrer complètement fous. Or, nous étions conscients de la
chance incroyable de participer à une telle aventure. Un tour du monde, ça change parce que
tout s’accélère et j’en suis un bon exemple : pendant le Vendée Globe, je suis devenu papa, j’ai
sauvé mon copain Philou (Philippe Poupon) et je suis allé au bout de ce sacré challenge après
110 jours en mer. »

Loïck Peyron
46

I

CLARISSE



Le saviez-vous ?
74 JOURS 3 HEURES 35 MINUTES
C’est le temps record établi par
Armel Le Cléac’h sur la dernière
édition de l’Everest des mers,
soit quatre jours de mieux qu’en
2012-2013 (par François Gabart
en 78 j 2 h 16 min).

3 MOIS

L’âge de Clarisse lors de la
victoire de Titouan Lamazou à
l’issue de la 1ère édition.

3 RECORDS

Armel Le Cléac’h détient trois
meilleurs temps intermédiaires :
des Sables-d’Olonne au cap
Leeuwin, au cap Horn et à
l’équateur.

5 SKIPPERS

Comme Armel Le Cléac’h en
2012-2013 et en 2015-2016, ils
ne sont que 5 à avoir bouclé le
Vendée Globe en moins de 80
jours.

7 FEMMES

Elles sont seulement 7 femmes
à avoir pris le départ du Vendée
Globe et 6 à avoir terminé la
course, contre 130 hommes
participants et 66 ayant franchi la
ligne d’arrivée. Cette année, elles
seront 6 à s’élancer sur la ligne
de départ.

27 455 MILLES

La distance parcourue par Armel
Le Cléac’h en 2016, soit 44 184
km.

1,5 MILLION

Le nombre de visiteurs qui
se sont rendus aux Sablesd’Olonne durant les 3 semaines
qui précédaient le départ de
la dernière édition. 750 000
personnes étaient présentes aux
arrivées.

Armel Le Cléac’h, le 19 janvier 2017,
à l’issue de sa victoire au dernier Vendée Globe.
CLARISSE

I

47



DÉCRYPTAGE

LE GOLFE DE GASCOGNE

DES PASSAGES CLÉS

45°36’ NORD
4°15’ OUEST
« Après un départ chargé en
émotions et en images fortes,
le Golfe de Gascogne peut être
aussi agréable qu’impitoyable.
Il y a plus de 25 scénarios
différents qui peuvent se
produire et cela oblige à trouver
le bon curseur et à jouer de
prudence. La connaissance
du bateau et la concentration
seront nécessaires afin de ne
pas se faire surprendre et de ne
pas se focaliser sur le reste de
la flotte encore très compacte
dans cette zone. »

LE POT AU NOIR

45°36’ NORD 4°30’ OUEST
« La première semaine est particulièrement
éprouvante car le rythme est toujours
soutenu, les vitesses élevées et le skipper
est encore dans une phase d’adaptation.
Le Pot au noir réserve parfois des surprises
mais tous le savent : c’est une zone que
l’on a l’habitude de traverser pendant les
transatlantiques. La méfiance est donc de
mise afin de ne pas se faire piéger. »

LE CAP HORN

55°58’ SUD 67°17’ OUEST
« Certes, cela a valeur de délivrance, d’état
des lieux sur la flotte et de promesses de
jours meilleurs. Mais la météo peut s’avérer
particulièrement délicate. C’est un col de
haute montagne que l’on franchit avant un
long plat descendant. Si la vigilance est de
mise, l’émotion est toujours aussi forte de
voir ce bout de terre après autant de temps
seul au milieu des océans. »

48

I

CLARISSE

LA REMONTÉE DE L’ATLANTIQUE

45°36’ NORD 4°30’ OUEST
« On a l’impression d’avoir passé le plus dur et finalement, cette remontée
peut s’avérer très longue. L’organisme et le bateau sont fatigués et pourtant
les positions sont encore à affiner tactiquement entre les skippers. En se
rapprochant de l’arrivée, les pièges sont nombreux car les conditions peuvent
être épiques en plein hiver. Mais le dénouement est proche et cela offre un
regain de motivation pour aller au bout et s’offrir les joies d’une arrivée bien
méritée. »



DESTINATION VENDÉE GLOBE

Il l’a gagné et a terminé à deux reprises à
la 2ème place. Qui mieux qu’Armel Le Cléach,
tenant du titre, pour évoquer les passages clés
du plus connu des tours du monde ?

LES MERS DU SUD

45°36’ NORD 4°30’ OUEST

« La transition est brutale. En quelques heures, on passe de températures
estivales à l’hiver pour trois semaines de traversée face au chaos. Pourtant,
malgré l’absence de confort et la succession de dépressions, le skipper
s’adapte, trouve la bonne cadence et profite de la confiance emmagasinée
avec le bateau. Le mental joue un rôle primordial : il faut être fort pour
tenir et résister à la pression des éléments. »

CLARISSE

I

49



DESTINATION VENDÉE GLOBE

LE MONO

BANQUE POPULAIRE X

L’équivalent de
16 fois la taille
de Clarisse
Soit environ 2 fois le poids d’un
éléphant d’Afrique mais aussi
soit environ 30 000 tablettes
de chocolat, le péché mignon
de Clarisse (aucun doute
qu’elle prendra donc soin de sa
monture).

Soit l’équivalent
d’une tente de
camping (pour ceux
qui souhaitent tenter
l’expérience pendant
3 mois !)

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
LARGEUR

LONGUEUR

SURFACE DE VOILE AU PORTANT

5,70 mètres

18,28 mètres

533 m2

Quasiment la longueur d’un « Mini
6.50 », le bateau avec lequel Clarisse a
traversé l’Atlantique pour la première
fois.

50

I

CLARISSE

L’équivalent de 60 pieds, seule taille
autorisée au Vendée Globe.

Soit la moitié d’un terrain de rugby qu’a
beaucoup arpenté Clarisse pendant ses
études à HEC.



Banque Populaire X est
l’IMOCA le plus titré de sa
génération.Vainqueur du
Vendée Globe 2012-2013
puis de la Route du Rhum
2014 avec François Gabart,
il a remporté une seconde
Route du Rhum en 2018
avec Paul Meilhat.

Pas de foils mais un
bateau adapté au
projet Vendée Globe
de Clarisse
Mis à l’eau en 2011, bien né,
fiable et toujours performant
malgré l’absence de foils,
ce bateau à dérives droites
correspond parfaitement aux
attentes de la navigatrice,
étant plus accessible que les
derniers « foilers » pour une
première grande expérience
en IMOCA.

CLARISSE

I

51



LA VIE

À BORD

LA JOURNÉE TYPE

« Tous les jours, je récupère les fichiers
météos à 7 h TU* et 19 h TU. Il faut une
dizaine de minutes pour les télécharger et
environ 3 quarts d’heure pour les étudier.
Cela permet de déterminer une feuille de
route pour les heures suivantes et de savoir
quand empanner ou changer de voile.
J’essaie de faire trois repas dans la journée,
de manger aussi un peu pendant la nuit et
de veiller au sommeil. »

LE SOMMEIL

« À bord, on fait tout pour être en forme
mais on ne l’est jamais vraiment. J’essaie
de dormir 6 heures par 24 heures, plutôt
la nuit et par tranche de 40 à 45 minutes.

52

I

CLARISSE

Ça ne peut pas être plus parce qu’il peut
se passer beaucoup de choses dans ce
laps de temps. Pour parvenir à plonger
dans un sommeil profond, il faut réussir à
lâcher prise, ce qui est particulièrement
délicat ».

LES MANŒUVRES

« Leurs durées sont très variables
en fonction des circonstances et des
conditions météo. Mais entre le début de
l’empannage, le début du matossage et
la fin où tout est rangé comme sur l’autre
bord précédemment, il faut presque une
heure. Quand beaucoup de manœuvres
s’enchaînent, j’essaie de me ménager
au maximum, de manger un peu ou

*TU : Temps universel



DESTINATION VENDÉE GLOBE

me reposer pour avoir toute l’énergie
nécessaire ».

LA COMMUNICATION À BORD

« Via un groupe WhatsApp, j’envoie un
message quotidien à l’équipe pour tenir
au courant de mon état de forme et de
celui du bateau. À terre, ils se relaient
24h/24h et 7 jours sur 7 pour qu’il y ait
toujours quelqu’un de disponible en cas de
problème. Il y a également les contenus
liés à la communication : en fonction de
l’humeur du moment, je peux transmettre
une photo, une vidéo ou un petit texte.
Par ailleurs, j’échange tous les jours avec
Tanguy (Le Turquais) sur WhatsApp. Mes
proches m’envoient aussi des messages,
dont ma mère qui aime m’envoyer des
articles de presse quand l’actualité n’est
pas trop sordide ».

L’ALIMENTATION

« La moitié de la nourriture à bord est
lyophilisée, l’autre sous vide. Je préfère la
nourriture stérilisée mais ce n’était pas
possible d’emmener que ça pour des
raisons de poids sur le bateau. J’ai du mal

à manger deux fois la même chose et je
ne cuisine que des produits frais à terre. Au
large, je me rattrape avec les compotes en
sachet, la viande séchée, plusieurs sortes
de fruits secs et des biscuits salés et sucrés.
Mon petit plaisir ? Me préparer un thé et y
ajouter du lait en poudre ! »

LES LOISIRS À BORD

« J’emmène ma liseuse à bord et j’apprécie
bouquiner dès que j’en ai l’occasion. Ça
a valeur d’échappatoire, ça me permet
de changer d’univers. J’aime bien lire des
classiques. Jusque-là, j’avais une préférence
pour les ouvrages de Ken Follett et de
Alexandre Dumas. Je regarde également
quelques films, des comédies ou des films
historiques. Je tiens à ce que ça soit léger,
d’autant que je suis particulièrement
sensible seule à bord. Enfin, j’embarque
aussi de nombreuses musiques. Et j’ai tous
les styles : des Red Hot Chili Peppers à
Céline Dion en passant par Mozart. »

CLARISSE

I

53



54

I

CLARISSE



DESTINATION VENDÉE GLOBE

BANQUE POPULAIRE,
SPONSOR FIDÈLE
ET ENGAGÉ
CLARISSE

I

55



BANQUE POPULAIRE, SPONSOR FIDÈLE ET ENGAGÉ

UN ACTEUR MAJEUR DE LA VOILE

DEPUIS 31 ANS

À

la fois armateur et compétiteur, Banque Populaire s’illustre depuis 31
ans sur toutes les mers du monde où elle affiche l’un des plus prestigieux
palmarès de la course au large. Constructeur de 6 multicoques dont le
plus grand trimaran océanique au monde, le Team Banque Populaire a
développé un véritable savoir-faire en matière d’innovation, contribuant
ainsi à l’excellence de l’industrie nautique française et au développement de
l’économie de cette filière reconnue dans le monde entier.

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE VOILE

Partenaire de la Fédération Française de
Voile jusqu’en 2024, Banque Populaire
est également un acteur engagé pour le
rayonnement de la voile française depuis 20
ans. Ainsi, elle accompagne les 1 500 clubs et
écoles de voile, creusets des champions de
demain, et soutient l’Équipe de France dans sa
quête de performance notamment aux Jeux
Olympiques.

JEUX OLYMPIQUES

Banque Populaire aura à cœur de soutenir
la réussite des athlètes français lors des Jeux
Olympiques et Paralympiques de Paris 2024
dont elle est le partenaire premium, dans
l’écrin exceptionnel de la baie de Marseille
pour les épreuves de voile. C’est d’ailleurs
au large de la cité phocéenne que pour
la première fois de l’histoire de la voile

olympique, la mixité sera mise à l’honneur
avec l’apparition d’une épreuve de course au
large en double mixte.

PEN DUICK

Enfin, en tant que mécène de l’Association
Éric Tabarly, Banque Populaire œuvre pour la
préservation du patrimoine maritime français
en permettant la longévité des mythiques
Pen Duick, bateaux pionniers de la navigation
moderne.
Ce soutien à tout un sport, à toute une
filière et à toute une économie, valorise au
quotidien la jeunesse, l’expérience, l’innovation
et la transmission, des valeurs chères à la
Banque de la voile.

UN ENGAGEMENT EN CHIFFRES
3 tours du monde. Constructeur de 6 multicoques* (le Maxi Banque Populaire XI est actuellement en
cours de construction et sera mis à l’eau au printemps 2021). Armateurs de 14 voiliers. 17 ans de
mécénat auprès de l’association Eric Tabarly et de la flotte des Pen Duick. Soutien aux 1500 clubs et
écoles de voile. Plus de 40 participations aux plus grandes courses océaniques. 9 médailles olympiques en
20 ans de partenariat avec la Fédération française de voile.
56

I

CLARISSE



Le saviez-vous ?
Banque Populaire est
aussi partenaire de la
Fédération Française de
Surf depuis le début de
l’année 2020.

À l’instar de la voile, elle soutient
ce nouveau sport olympique
qui valorise ceux qui ont
l’esprit entrepreneurial : sens de
l’observation de l’environnement,
anticipation de l’action, maitrise
de l’innovation des éléments,
quête de performance et volonté
de réussite.

••••••••••••••••
Ainsi, elle accompagne
désormais deux fédérations
et leurs Equipes de France,
des milliers d’athlètes
confirmés et amateurs, avec
qui elle partage le même
engagement pour préserver
l’environnement et protéger
les océans.

CLARISSE

I

57



SABINE CALBA

DIRECTRICE DU DÉVELOPPEMENT BANQUE POPULAIRE

UN RAPPORT
DE CONFIANCE
INCONTOURNABLE
AVEC CLARISSE

S

e surpasser au quotidien, prendre des risques et affirmer
son caractère : il y a, entre la voile et l’entreprenariat, de
nombreuses analogies. Chez Banque Populaire, engagé
auprès des acteurs de la voile depuis 31 ans, il s’agit d’une
conviction forte. C’est ce que rappelle Sabine Calba,
directrice du développement Banque Populaire, qui partage
avec enthousiasme les raisons d’une collaboration presque
évidente entre la marque et Clarisse Crémer.

58

I

CLARISSE



BANQUE POPULAIRE, SPONSOR FIDÈLE ET ENGAGÉ

DANS QUEL CONTEXTE BANQUE POPULAIRE A DÉCIDÉ
D’ENTREPRENDRE LE 3ÈME VENDÉE GLOBE DE SON
HISTOIRE ?
Après avoir vécu l’avarie d’Armel Le
Cléac’h en 2018, il nous paraissait
primordial de continuer notre
engagement dans la voile et de le
renforcer. Nos chargé(e)s de clientèle
savent que les chefs d’entreprises

“ CLARISSE
NE VEUT PAS
SEULEMENT
RÉUSSIR, ELLE
S’EN DONNE LES
MOYENS ”
vivent parfois des moments délicats,
ce que la période actuelle démontre à
nouveau. Or, face aux tempêtes, le rôle
d’une banque est d’être présente, de
continuer à s’engager. C’est ce qui nous
a poussé à relancer la construction d’un
Ultim – dont la mise à l’eau est prévue
au printemps 2021 – et à accompagner
Clarisse Crémer, en lui transmettant
toutes les compétences du Team afin
qu’elle participe à son premier Vendée
Globe.

POURQUOI AVOIR CHOISI CLARISSE POUR RELEVER
CE DÉFI ?

Au-delà de son profil de navigatrice
talentueuse et prometteuse, nous
partageons des valeurs et un ADN
commun. Clarisse est une jeune femme
qui fait preuve d’audace, qui ose relever
des défis, faire face aux difficultés et
travailler dur pour y parvenir. Ce sont
des valeurs que l’on retrouve chez des
entrepreneurs qui travaillent sans relâche
pour que leurs entreprises soient
pérennes.
Elle a d’ailleurs connu ce parcours de
cheffe d’entreprise en créant sa startup avant de se tourner vers l’océan.
Elle a cette énergie en elle, qu’elle
met au service de sa réussite, que ce
soit sur l’eau ou sur la terre. Clarisse
impressionne par sa soif d’apprendre.

Elle ne veut pas seulement réussir mais
elle s’en donne les moyens. Il nous paraît
plus que légitime d’accompagner ceux
qui s’investissent sans compter. Et elle le
démontre au quotidien !

LE VENDÉE GLOBE EST L’ÉVÉNEMENT MAJEUR DE LA
DISCIPLINE. COMMENT EST-IL PERÇU AU SEIN DE
BANQUE POPULAIRE ?

Lors des courses de voile, l’engouement
en interne est particulièrement fort.
Tout le monde est à fond ! Le Vendée
Globe est un évènement à part, un
véritable marathon qui va durer presque
3 mois. Nous avons une histoire forte
avec cette course : il s’agira de notre
3e participation, après la 2e place
(2012-2013) puis la victoire d’Armel
Le Cléac’h (2016-2017). C’est une
épreuve exceptionnelle qui fait rêver,
une aventure humaine comme il n’en
existe plus beaucoup aujourd’hui et qui
passionne des millions de personnes.
Je crois que d’autant plus dans le
contexte actuel, il est primordial de
contribuer à faire rêver, à raconter de
belles histoires, à démontrer qu’il est
encore possible de se surpasser et de
relever des défis. Cet hiver, Clarisse
et les autres marins nous feront vivre
leurs parcours, leurs réussites, leurs
difficultés… En quelques sortes, : leur
confinement autour du monde nous
permettra de nous évader et de «
déconfiner » notre quotidien en les
suivant.

LA COURSE AU LARGE EST AUSSI L’OCCASION
DE SENSIBILISER SUR DE NOMBREUX
SUJETS, NOTAMMENT LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT…

C’est une thématique à laquelle nous
sommes très attachés chez Banque
Populaire. D’ailleurs, en renouvelant
notre soutien à la Fédération Française
de Voile et en devenant partenaire de la
Fédération Française de Surf, nous avons

souhaité inscrire dans notre démarche
des actions communes de sensibilisation
aux gestes simples auprès du plus grand
monde. Nous avons à cœur en tant
qu’acteur majeur du monde nautique de
nous engager en faveur de la protection
de l’environnement, et particulièrement
des océans, un bien commun qui doit
rester le plus beau des terrains de jeu.

QU’EST-CE QUE VOUS AIMERIEZ QUE LE PUBLIC
RETIENNE DE CE LIEN ENTRE CLARISSE CRÉMER ET
BANQUE POPULAIRE LORS DU VENDÉE GLOBE ?

Nous démontrons que nous n’avons
jamais arrêté de nous engager dans
la voile et que nous avons à cœur de
transmettre, de donner leurs chances
aux plus jeunes afin de leur permettre
d’accéder au meilleur niveau. Il y a un
rapport de confiance, incontournable,
qui lie notre marque, la voile et Clarisse.

IL S’AGIT D’UN SYMBOLE FORT, D’AUTANT QUE
SEULEMENT 7 FEMMES ONT DÉJÀ PRIS LE DÉPART DU
VENDÉE GLOBE EN 8 ÉDITIONS…

Totalement, c’est une réelle fierté chez
Banque Populaire. Nous avons décidé
d’accompagner Clarisse avant tout pour
son talent, ses résultats et sa capacité à
tout donner à chaque course. Mais nous
ne pouvons que nous réjouir de soutenir
une femme dans un monde d’hommes
et de contribuer, modestement, au
développement de la mixité dans la
discipline.

QU’EST-CE QUE VOUS AIMERIEZ DIRE, AU NOM DE
TOUS LES COLLABORATEURS DU GROUPE BPCE,
À CLARISSE AVANT QU’ELLE NE S’ÉLANCE LE 8
NOVEMBRE ?

Nous aimerions lui dire merci pour tout
ce qu’elle nous apporte, pour sa capacité
à nous emmener avec elle dans ses
aventures. Et surtout, lui dire que nous
sommes tous avec elle !

“ CONTRIBUER MODESTEMENT
AU DÉVELOPPEMENT DE LA
MIXITÉ ”
CLARISSE

I

59



60

I

CLARISSE



1 · PARCE QU’ON VEUT NOTRE DOSE DE BONNE HUMEUR QUOTIDIENNE. 2 · PARCE QU’ON VEUT
ENTENDRE LES CONCERTS IMPROVISÉS DE CLARISSE EN PLEINE MER. 3 · PARCE QUE MARTINE SA MAMAN
NOUS A DIT QU’ELLE ALLAIT TOUJOURS AU BOUT DE CE QU’ELLE ENTREPREND. ET QU’UNE MAMAN ÇA
A TOUJOURS RAISON ! 4 · PARCE QU’ON VEUT VOIR LE TEAM BANQUE POPULAIRE ÊTRE FIER DE SON
PARCOURS. 5 · PARCE QU’IL N’Y A PAS D’ÂGE POUR BIEN NAVIGUER. 6 · PARCE QU’IL Y EN A MARRE
DU FOOT, ON VEUT DE L’AVENTURE ! 7 · PARCE QUE GRÂCE À ELLE, DES MILLIERS D’ENFANTS VONT
APPRENDRE DES TONNES DE CHOSES. 8 · PARCE QU’ON PEUT ÊTRE NÉ À PARIS ET ÊTRE PRIS AU
SÉRIEUX EN BRETAGNE. 9 · PARCE QUE « CLARISSE AUTOUR DU MONDE » ÇA EN JETTE ENCORE PLUS
QUE « CLARISSE SUR L’ATLANTIQUE ». 10 · PARCE QUE C’EST NOTRE PROOOOOOOOOOJET. 11 · PARCE
QU’ELLE EST L’AMBASSADRICE DE L’AUDACE. 12 · PARCE QUE C’EST SYMPA D’ALLER CHATOUILLER LES
FOILEURS AVEC DES DÉRIVES DROITES. 13 · PARCE QU’AVEC CLARISSE, LA VOILE ÇA À L’AIR FACILE ! 14 ·
PARCE QU’ELLE NOUS DONNE ENVIE DE L’ACCOMPAGNER DANS CETTE AVENTURE EXTRAORDINAIRE. 15 ·
PARCE QU’ON A ENVIE DE VIVRE LE PARCOURS D’UNE «ROOKIE» DANS LE GRAND SUD. 16 · PARCE QUE
LA RÉUSSITE EST EN ELLE. 17 · « PARCE QUE C’EST TOI » COMME CHANTAIT AXELLE RED. 18 · PARCE
QU’ELLE NOUS FAIT RÊVER. 19 · PARCE
QU’ON AIMERAIT SOUFFLER DANS SES VOILES (MAIS
PAS TROP FORT QUAND MÊME
HEIN !) 20 · PARCE QU’ELLE VA ALLER LÀ OÙ
NOUS N’IRONS PEUT-ÊTRE JAMAIS.
21 · PARCE QUE, COMME ÇA, ELLE NE SE
SENTIRA JAMAIS VRAIMENT SEULE.
22 · PARCE QU’ON A HÂTE DE REVIVRE LES
ÉMOTIONS UNIQUES DU VENDÉE
GLOBE. 23 · PARCE QU’ELLE A UNE ÉQUIPE
EN OR À TERRE QUI VA VEILLER SUR
ELLE COMME ON SURVEILLE UNE RISÉE DANS
LE POT AU NOIR. 24 · PARCE QU’ON
EST SUPER FIERS QU’ELLE FASSE PARTIE DES
12 FEMMES DE L’HISTOIRE À AVOIR
PRIS LE DÉPART DE CETTE COURSE. 25 · PARCE
QUE COMME DIRAIT CLARISSE «
C’EST DRÔLEMENT CHOUETTE QUAND MÊME
! » 26 · PARCE QUE DE L’EAU A
COULÉ SUR LE PONT DEPUIS UN CERTAIN
« PILE-POIL ». 27 · PARCE QU’À
CLARISSE AUSSI ÇA LUI VA PLUTÔT BIEN
LE BON VIEUX #NERIENLÂCHER.
28 · PARCE QU’ON ESPÈRE FORT
QUE L’ANNÉE 2020 SE FINIRA SUR
UNE BELLE NOTE. 29 · PARCE QUE
CLARISSE, ÇA RIME AVEC HISSE. ET
QUE CRÉMER ÇA RIME AVEC MER.
CQFD. 30 · PARCE QUE, PARCE QUE,
PARCE QUE... IL Y AURAIT DES MILLIERS
DE RAISONS D’ÊTRE À FOND AVEC TOI,
MAIS QU’ON S’EN EST TENU À 30. 30
COMME TON BEL ÂGE, 30 COMME LE
BEL ÂGE DE CETTE COURSE, 30 COMME
LE NUMÉRO DE TON BATEAU, 30 COMME
LE NOMBRE DE FOIS PAR MINUTE OÙ
L’ON REGARDERA LA CARTOGRAPHIE À
PARTIR DU 8 NOVEMBRE, 30 COMME
PRESQUE LA HAUTEUR DE TON MÂT...
MAIS NE CHERCHONS PLUS DE RAISONS,
C’EST SURTOUT
NOTRE CŒUR QUI PARLE ! ON EST TOUS
AVEC TOI CLARISSE !

CLARISSE

I

61



62

I

CLARISSE



CARNET
D’ACTIVITÉS
POUR LES PETITS
COMME LES GRANDS

Ê

tes-vous prêts à prendre le large ? Pour
poursuivre l’expérience, Clarisse et Banque
Populaire vous proposent ce cahier pour vous
divertir avant de rafraîchir la cartographie.
L’occasion de se lancer dans des activités ludiques,
de passer en cuisine et même de découvrir la
Clarisse qui sommeille en vous.
À vous de jouer, larguez les amarres !

CLARISSE

I

63



TEST DE PERSONNALITÉ

QUELLE CLARISSE ÊTES-VOUS ?
Avant de vous élancer à l’assaut des mers du globe et
d’embarquer sur Banque Populaire X, c’est le moment de jouer
et de vous tester. Quelle Clarisse vous correspond le mieux ?
Entrepreneuse, navigatrice, épicurienne ? Clarisse a plusieurs
casquettes…
QUELLE EST LA VOTRE ? À VOS STYLOS ?
A

C’est lundi, votre semaine commence, et vous avez envie…
D’enchaîner les réunions et de travailler pour contribuer au succès de votre entreprise.
De tout quitter et de prendre la mer seul(e) pour faire le point sur votre vie.
De profiter des rues désertes pour promener votre chien en toute tranquillité.

B

Pour vous, ce qu’il y a de pire, c’est de…
Vous rendre compte que votre meilleur ami ne vous invite pas à son anniv’
Déchirer votre grand-voile et vous retourner au cœur d’une tempête.

Découvrir que votre associé quitte l’entreprise pour rejoindre votre pire concurrent.

C

Dans vos rêves les plus fous, vous êtes…
Vous-même, simplement heureux de l’état de votre potager.

Steve Jobs expliquant que vous allez changer le monde.
Armel Le Cléac’h remportant le Vendée Globe.

D

Pour vous, l’essentiel quand vous vous restaurez c’est…
De déjeuner avec des investisseurs potentiels autour d’une bonne table.
D’engloutir rapidement votre plat sous vide parce qu’il y a un empannage qui vous attend.
D’aller au marché, de cuisiner de longues heures des produits frais avant d’inviter
votre famille à table.

E

C’est l’heure d’organiser vos vacances. Votre priorité c’est…
De connaître la météo pendant votre séjour afin de pouvoir éviter les tempêtes.

D’être sûr que l’entreprise va continuer à tourner.
De savoir si à la montagne, l’hôtel est « dog friendly ».



F

Vous venez de gagner une importante somme d’argent et
vous êtes décidé à changer de lieu de vie. Vous mettez le cap sur…
La question ne se pose pas : évidemment, vous embarquez sur un catamaran pour traverser
l’Atlantique et mettre le cap sur les Antilles.

La Silicon Valley, l’idéal pour continuer à développer votre entreprise et
trouver de nouveaux partenaires.
Pourquoi changer ? Avec mes amis, mes petites habitudes et mes animaux de compagnie,
je suis très bien chez moi !

G

Définitivement, votre meilleur compagnon de route c’est…
Votre chien qui vous suit partout.

Votre application pour suivre le cours de la bourse.
Des dauphins et des albatros.

H

Vous êtes sensible aux problématiques liées à l’écologie et
au développement durable. D’ailleurs, vous avez décidé de…
Ne plus embarquer de plastique à bord de votre bateau.
Adopter deux moutons pour s’occuper de votre pelouse.

Compenser l’empreinte carbone de votre entreprise en soutenant une
fondation chargée de la reforestation.

I

Pour vous, la nuit est essentielle parce qu’elle permet de…
Reprendre des forces à l’issue d’une soirée entre copains.
S’activer pour pouvoir accélérer et grappiller quelques milles à vos adversaires.

Bien se reposer, réfléchir et faire les bons choix dès le lendemain.

J

Enfin, vous profitez d’un peu de répit dans votre journée.
C’est l’occasion de……
Faire le point sur vos pistes d’optimisation et réaliser
un « brainstorming » avec un collègue.
Mettre le pilote automatique et lire quelques pages d’un livre toujours à portée de main.
S’installer confortablement dans votre canapé et regarder « Silence, ça pousse ! »
en sachant que tout le travail a été fait dans votre potager.

RÉSULTATS
VOUS AVEZ UNE MAJORITÉ DE

VOUS AVEZ UNE MAJORITÉ DE

VOUS AVEZ UNE MAJORITÉ DE

---------------------------

---------------------------

---------------------------

Là où vous êtes le meilleur ? Dans un costume
d’entrepreneur. Vous avez aimé les études,
vous étiez sérieux et vous vous épanouissez à
avoir 1 000 projets à la minute. Vos proches
doivent s’accrocher pour vous suivre mais
vous reconnaissent un sacré talent pour
mobiliser et tout donner pour la bonne
marche de votre entreprise.

Impossible de rester trop longtemps sur
terre. La vie de bureau, le supermarché, ce
n’est pas pour vous. Ce qui vous anime, c’est
de larguer les amarres, de n’avoir pour seul
but que l’horizon et pour unique plaisir le
bruit des vagues sur la coque. Et si, comme
Clarisse, vous vous jetiez dans le grand bain
en débutant une carrière dans la course au
large ?

Qu’on ne vous demande pas de passer votre
journée au bureau ou, pire, de vous aventurer
au milieu de l’océan. Pour vous, si la vie se
croque à pleines dents, c’est à terre, aux côtés
de ceux que vous aimez. Et vous appréciez
tous les petits bonheurs du quotidien : le plaisir
de passer du temps avec votre famille et vos
amis, cuisiner, jardiner et câliner vos animaux
de compagnie.

Vous êtes… La CLARISSE ENTREPRENEUSE

Vous êtes… La CLARISSE NAVIGATRICE

Vous êtes… La CLARISSE ÉPICURIENNE



1

2

3

NOEUD MARIN

NOEUD-DE-CHAISE
D’autres noeuds sur

voile.banquepopulaire.fr



RECETTE

INGRÉDIENTS (4 PERSONNES)
----------------------

·
·
·
·
·
·
·
·

4 KG DE MOULES
30 G DE BEURRE OU DE MARGARINE
2 ÉCHALOTES
15 CL DE VIN BLANC SEC
1 CUILLÈRE À CAFÉ RASE DE FARINE
PERSIL
SEL
POIVRE

PRÉPARATION
------------------------------------------

1. Hacher les échalotes.
2. Laver les moules à l’eau claire.
3. Mettre les moules dans une cocotte avec une noix de beurre,
les échalotes hachées et le vin blanc sec. cuire sur feu vif
jusqu’à ouverture des coquillages.
4. Dès qu'elles sont ouvertes, retirer les moules de la cocotte
en conservant le jus de la cuisson. Déposer les coquillages dans
un plat creux.
5. Remettre le jus sur le feu.
6. Malaxer avec une fourchette 1 cuillerée à café de farine avec
le même volume de beurre ou de margarine. Incorporer le tout au
jus de la cuisson des moules sur le feu. Laisser bouillir un
instant avant d’ajouter le sel et le poivre.
7. Verser la préparation sur les moules. Saupoudrer de persil
haché et bon appétit !

RECETTE

SPÉCIALE VENDÉE GLOBE

Plus de recettes sur

voile.banquepopulaire.fr



1

2

3

5
4


5

7

8

9

10

VERTICAL
1.
2.
5.
6.

-

Course accomplie seul(e)
Port d’arrivée et de départ
Cap le plus au Sud du Globe
Type de bateau skippé par Clarisse

HORIZONTAL

3. Vainqueur en titre
4. Périodicité du Vendée Globe
7. Appellation familière de la
« zone de convergence intertropicale »
8. Hashtag qui soutiendra Clarisse
9. Clarisse en traversera 3 lors du Vendée Globe
10. Cap découvert par un équipage portugais

MOTS CROISÉS

SPÉCIAL VENDÉE GLOBE

Plus de mots croisés sur

voile.banquepopulaire.fr



1. Plier la feuille en
deux... et la replier une
seconde fois !

2. Nous arrivons à l’étape
très compliquée : Ouvrir
le pliage pour obtenir un
trapèze.

3. Retourner le pliage
et répéter l’opération
précédente afin d’obtenir
un triangle.

4. Former les pattes en
repliant les deux pointes
du triangle de la première
couche de papier
uniquement.

5. Retourner la figure et
replier la partie
supérieure.

6. Il ne reste plus que
deux petits pliages à
faire pour former les
pinces.

7. Retourner le pliage...
Et voilà un crabe !

8. Coller ou dessiner deux
petits yeux et c’est fini !
:-)

ORIGAMI

CRABE

De nouveaux origamis sur

voile.banquepopulaire.fr



Ils ont contribué
à ce magazine

COORDINATION PRESSE ET ÉDITORIALE
Delphine Gallais

RÉDACTION

Antoine Grenapin

DIRECTION ARTISTIQUE

Alexandre Rodriguez

ILLUSTRATION

Frédérique Vayssières

COORDINATION PHOTO & VIDÉO
Hélène Tzara

PHOTOGRAPHES

Vincent Curutchet, Martin Keruzoré, Jérémie
Lecaudey, Emmanuel Duclos, Gilles MartinRaget, Eric Bellande et Yvan Zedda

MÉDIAS SOCIAUX ET SITE WEB

Eric Litzler, Emmanuel Cier et Marion Guyet

EQUIPE SPONSORING BANQUE POPULAIRE

Benjamin Maitre, Guillaume Balland et Thierry
Bouvard

MAIS AUSSI ET SURTOUT MERCI À NOS SKIPPERS CLARISSE
CRÉMER (ET SES PROCHES), ARMEL LE CLÉAC’H ET TOUS LES
MEMBRES DU TEAM BANQUE POPULAIRE

Noémie Furet, Ronan Lucas, Pierre-Emmanuel
Hérissé, Erwan Steff, Gautier Levisse, François
Barbazanges, Yann Courtois, Maël Devoldere,
Clément Duraffourg, Nicolas Ferellec, Yannick
Guernec, Frédéric Le Draoullec, Emeric
Lynch, Pierre-Yves Moreau, Edouard Touchard,
Florent Vilboux et Lilian Mercier

70

I

CLARISSE



CLARISSE

I

71



En lisant ce magazine,

vous découvrirez…
Entrepreneuriat

••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Clarisse a « toujours 1 000 projets » s’amuse
Tanguy son compagnon. Ainsi, avant de devenir
navigatrice, elle qui était diplômée d’HEC a
créé sa start-up à l’âge de 25 ans.

Détente

Nutrition

••••••••••••••••••••••••••••••••••••

••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Histoire

••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Banque Populaire, partenaire de la voile depuis
31 ans, a participé aux trois derniers Vendée
Globe et est tenant du titre avec Armel Le
Cléac’h il y a quatre ans.

La moitié de la nourriture qu’embarque
Clarisse à bord est lyophilisée, l’autre est sous
vide. Son péché mignon ? Un bon thé avec du
lait en poudre.

Liseuse, film, musique… Clarisse s’est préparée
une sélection afin de pouvoir se changer les
idées au large. Dans ses oreilles des choix très
éclectiques, des Red Hot Chili Peppers à Céline
Dion en passant par Mozart.

Anecdotes

Mixité

••••••••••••••••••••••••••••••••••••

••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Depuis la 1ère édition du Vendée Globe il y a
30 ans, seules 7 femmes en ont pris le départ.
Cette année, elles seront 6, dont Clarisse.

Dans la famille Crémer, il y a Girouette, Galette
et Saucisse. Surprenant ? Feuilletez ces pages
pour découvrir de qui il s’agit !

Cuisine

••••••••••••••••••••••••••••••••••••
À terre, Clarisse adore se mettre derrière les
fourneaux et cuisiner des produits frais. Ça
tombe bien, il y a une recette à découvrir – et
à déguster – dans ce numéro !

Ascension

••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Cela ne fait que 5 ans que la navigatrice a
découvert la course au large. Pourtant, ses
résultats et sa progression sont saisissants.

Contact médias
Delphine GALLAIS
+33(0)6 26 25 20 50 • presse@voilebp.fr

www.voile.banquepopulaire.fr
Voile Banque Populaire

BPCE ∙ Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 170 384 630 euros ∙ Siège social : 50, avenue Pierre Mendès France
75201 Paris Cedex 13 ∙ RCS Paris N° 493 455 042 ∙ Création : arod.74000@gmail.com.


Fleepit Digital © 2020