Cantal Eco - Le magazine économique de la CCI du Cantal



Page 11
Parole d’Entrepreneurs

Emmanuel et Jules Jalenques

Interlab

Le magazine économique de la CCI du Cantal

Reprise Eco
Et maintenant ?
Page 6

Septembre - Octobre - Novembre 2020





Crise sanitaire et économique

EDITO

Faire preuve de résilience
Bernard
Villaret
Président
de la
CCI du Cantal

SOMMAIRE

L’économie mondiale est en pleine crise, le département du Cantal a subi de plein fouet l’arrêt partiel ou
total de son activité pendant de nombreuses semaines.
Les services de votre Chambre de Commerce et
d’Industrie ont su dans cette période difficile, grâce à
leur proximité et leur résilience, vous accompagner
dans l’urgence de cet arrêt, puis dans la mise en œuvre
des conditions de reprise tant sanitaires que techniques.
Je tiens à saluer également la solidarité des entreprises
départementales, avec le secteur médical, qui a permis
à ce dernier de trouver certains équipements de protection essentiels à son fonctionnement. De nombreux
acteurs locaux se sont mobilisés en réorientant leur
production vers la confection de produits ou composants indispensables en cette période de crise. Preuve
s’il en était besoin de l’agilité de nos entrepreneurs et
de leurs sens du devoir, lorsqu’il s’agit d’œuvrer pour
le bien commun.
Nous sommes maintenant dans la phase de rebond qui
sera pour certains délicate et permettra à d’autres de se
restructurer, de se réinventer.
En effet cette crise de la COVID 19, qui malheureusement n’est pas terminée, a démontré, à la fois la fragilité de certaines de nos entreprises ou de secteurs d’activité et en même temps a mis en exergue de nouveaux

ACTUS
gCe qu’il faut savoir

4

DOSSIER
6-10
g La reprise économique : et après ?

PAROLE
D’ENTREPRENEURS
gEmmanuel et Jules Jalenques

11

outils au service de notre économie. Je pense notamment au numérique et ses dérivés. Le télé-travail a
aussi permis à un grand nombre de salariés de continuer leur activité et donne des pistes pour fixer une
nouvelle population dans nos territoires à ce jour
moins exposés.
Comme vous le découvrirez dans ce bulletin, il nous
faut désormais aller plus vite, plus loin pour être
demain moins dépendant et plus efficace. Nous allons
accompagner nos commerçants vers cette digitalisation, demain indispensable pour être plus lisibles sur
internet et les réseaux sociaux. Nous souhaitons favoriser également le travail prospectif et collaboratif
pour conforter les filières industrielles existantes et en
faire émerger de nouvelles. Il en sera de même pour le
tourisme et ses dérivés pour lequel nous lançons une
grande opération prospective pour l’après Covid et les
20 ans à venir.
Toutes ces actions sont managées et portées par vos
élus et les collaborateurs qui sont à votre entière disposition.
Malgré le contexte encore très incertain, je vous souhaite une bonne rentrée en formulant le vœu que le
plus gros de cette crise soit désormais derrière nous.

VIE DES ENTREPRISES 12
g La Cure Gourmande
gSARL Péchaud
g Cocci Market
g B15
g AF Park
g Dubuit Reeltech
g Méca’system International
g Spa Alina

Bernard Villaret

ACTUALITES CCI
19
gForum des Métiers et des Formations 15
gTribunal de Commerce
gCentre de formation en apprentissage

VOTRE CCI EN ACTION 23
gCommercial PME
gPURE : rebond économique
gProgrammeTOP 

Retrouvez toutes les
infos et les produits
de votre CCI sur :
www.cantal.cci.fr
Directeur de la publication : Bernard Villaret - Rédacteur en chef : Nicolas Monclus - Conception/réalisation : CCI du Cantal - Impression :
Imprimerie Champagnac - Tiré à 6000 exemplaires - Dépôt légal à parution - ISSN 0987-5212 - Site internet : www.cantal.cci.fr

3



ACTUALITES

Vie Economique

Aides au
développement
DES ENTREPRISES
DU COMMERCE
AVEC POINT DE
VENTE

Les dossiers de demande sont à
monter auprès des chambres
consulaires
• La Région intervient à hauteur de 20 % des dépenses éligibles HT comprises entre 10
000 et 50 000 euros HT, soit
une subvention allant de 2 000
à 10 000 euros.
• La commune qui a conventionné avec la Région intervient à hauteur de 10 % des
dépenses éligibles HT soit une
subvention
allant de 1 000 à 5 000 euros.
• Les dépenses éligibles sont
des investissements de rénovation, d’équipements destinés à
sécuriser le local, des investis-

4

sements d’économies d’énergies et des investissements en
matériel
• Attention les devis ne doivent
pas être signés et les travaux
attaqués avant le dépôt du
dossier de demande de subvention auprès de la Région
Contact :
CCI du Cantal
Tel : 04 71 45 40 40
accueil@cantal.cci.fr

Fisac Mauriac
AIDES AUX
ENTREPRISES

Pour cette demande de subvention, la commune intervient à
hauteur de 30 % des dépenses
éligibles HT comprises entre
200 et 3000 euros HT, soit une
subvention allant de 60 à 900
euros. L’intervention du
FISAC est également fixée à
30

• Seuls les investissements liés
à la mise en accessibilité du
local seront éligibles
• Des comités d’attribution des
aides auront lieu régulièrement en 2020 et en 2021.
• Attention les devis ne doivent pas être signés et les travaux attaqués avant le dépôt
du dossier de demande de subvention auprès de la Mairie.
Contact :
Stéphane Gazal
Tel : 04 71 45 40 458
sgazal@cantal.cci.fr

International
MATINÉE TEAM
FRANCE EXPORT

Vous avez déjà ou vous êtes
intéréssés pour tenter l’export !
Rendez-vous avec la Team
France Export le 15 octobre à
la CCI du Cantal de 10 h à
12 h pour une intervention

des douanes sur le thème :
«Vous souhaitez réduire le coût
de votre dédouannement, la
Douane peut vous aider.»
Sera présente l’ensemble du
Team Fance Export (BPI,
Businness France et l’Agence
Auvergne-Rhône-Alpes
Entreprises).
Contact :
Charles Chirouze
Tel : 04 71 45 48 70
cchirouse@cantal.cci.fr







Dossier

Le jour d’après

Post Covid
Un nouveau défi

Une économie à
réinventer

S

Une crise sanitaire sans précédent qui a déclenché une crise économique elle aussi sans précédent oblige
l’ensemble des acteurs économiques à se réinventer, avec pour seul objectif celui de la relance et du rebond afin de retrouver dans les meilleurs délais une actvité normale.

Tendre vers le
rebond

et proposer des
solutions concrètes
et efficaces pour les
entreprises cantaliennes 

Si cette crise du Covid a eu un mérite, c’est
celui d’obliger l’ensemble des acteurs du
monde économique à s’adapter et à inventer
des nouveaux modèles d’actions. C’est bien
évidemment le cas pour les Chambres de
Commerce et d’Industrie qui dès les premiers
jours de la crise ont été désignées comme interlocuteurs numéro un pour les entreprises. «Une
responsabilité qui découle de notre position
forte et de notre proximité auprès des entreprises de nos territoires souligne Bernard
Villaret, Président de la CCI du Cantal. Il nous
a fallu très rapidemement dans des conditions
particulières (télétravail) être efficaces, réactifs et précis pour venir en aide et accompagner
nos entreprises, sans oublier la gestion du
stress de nos dirigeants confrontés à l’inconnu
durant toute cette période. Je crois que sur ces
points nous avons plutôt bien réussi, grâce
notamment aux relations particulières que nous
entretenons au quotidien avec nos entreprises
et nos partenaires.»
Il en a découlé de nombreuses opérations fortes
en plus de l’accompagnement traditionnel
comme la mise en place d’un numéro unique,
le recensement des entreprises proposant des
équipements de protection, la conception d’un
site de géolocalisation des commerces ouverts,
la réalisation d’un kit complet de reprise pour

accompagner les entreprises à l’issue du confinement, ou encore un grand jeu Chéq’Kdo
Cantal pour relancer le commerce de proximité et les CHR (voir encadré).  Ce sont là
quelques exemples de la multitude d’actions
menées durant cette crise. « Nous avons également trés rapidement basculé sur l’après et la
relance, rajoute Bernard Villaret. Il nous a en
effet paru indispensable de très vite travailler
sur l’après pour éviter que nous ayons trop de
défaillances d’entreprises cet hiver quand les
charges et les remboursements d’emprunts
d’Etat seront de retour dans les comptes des
entreprises.» Ainsi plusieurs commissions ont
été lancées comme celle autour de l’avenir du
tourisme cantalien (voir encadré) ou celle qui
travaille sur la relocalisation de productions sur
notre territoire (voir encadré).

# 1200

Le nombre d’entreprises qui

ont eu un contact direct avec
les services de la CCI lors du
premier mois de crise.

7



Une étude prospective pour le tourisme
cantalien

Le Tourisme constitue un atout important du département
du Cantal, tant au niveau de son attractivité que de son économie.
Grâce aux études et réflexions menées par le Conseil
Départemental du Cantal, la rédaction d’un schéma du tourisme
à l’horizon 2019-2022, a pu être concrétisée et des constats
objectifs ont ainsi permis de dégager des axes stratégiques et
actions à mettre en œuvre.
Prenant en compte cette initiative, il est apparu à la Commission
Tourisme de la CCI du Cantal d’initier une réflexion prospective touristique du Cantal à horizon 2040.
Cette réflexion a pour but de créer une dynamique globale en
collaboration et concertation avec des acteurs institutionnels et
privés, mais aussi afin de faire émerger de nouvelles offres ou partenariats. Pour ce faire, la

Ce qu’il en pense :

Bernard Villaret
Président de la CCI du Cantal et de la
Commission Tourisme

«Cette étude s’adresse véritablement aux professionnels du

tourisme sur le court, moyen et long terme. L’objectif est de

CCI du Cantal a lancé une consultation (marché public) auprès
de cabinets spécialisés. Le démarrage de cette opération aura
lieu en septembre 2020 et sera co-présidée par le Conseil
Départemental et la CCI du Cantal.

générer du business et de l’activité pour ce secteur autour

d’une vision coordonnée et départementale. J’invite d’ailleurs

tous les professionnels du tourisme qui le souhaitent à s’insérer

dans cette démarche en prenant contact avec notre CCI, car je

le répète, cette action est faite pour eux, afin de leur permettre

dans le futur d’augmenter leur chiffre d’affaires.»

Relocaliser ou maintenir des unités de
productions industrielles

En mettant en place un groupe de travail sur la stratégie de
rebond, la CCI du Cantal réfléchit avec les entreprises
industrielles aux moyens de se développer et de diversifier
leurs productions sur de nouveaux marchés .
La Covid a amené les entreprises à se diversifier et pour certaines à se lancer dans de nouvelles productions (masques,
blouses, gel..). Nos entreprises doivent profiter de ce contexte
extraordinaire pour réfléchir à de possibles changements,
rebonds, opportunités de nouveaux business…
La CCI a donc décidé de les aider à mener des réflexions sur ces
nouvelles opportunités qui se font jour en période de crise.
Ainsi à l’issue de plusieurs réunions avec des industriels du
département est ressortie la nécessité de mettre en place plusieurs groupes de travail sur différent sujets
comme :

Ce qu’il en pense :

Bruno Lacambre, Secrétaire de la CCI 
Président de la Commission Industrie
«Notre idée est, en nous appuyant sur les entreprises
qui ont adapté leurs productions à la crise de la Covid
(masques, gels, filtres et autres), de voir s’il n’est pas possible
de poursuivre dans cette voie pour maintenir et amplifier ces

8

- la filtration sous toutes ses formes avec une réflexion sur les
opportunités de créer un Cluster Filtration en y intégrant tous
les maillons de partenaires possibles : Ecoles, centre R&D,
homologations….
- Comment favoriser le développement des circuits courts.
- Comment favoriser les productions territoriales dans les décisions d'achats.
De ces groupes sortiront des projets qui seront portés par la CCI
du Cantal dans un large partenariat territorial.

productions sur notre territoire. Nous sommes certains que
demain le traitement de l’air aura une importance capitale et il
nous semble que c’est le bon moment pour travailler sur un
cluster autour de la filtration, en nous appuyant sur des entreprises comme Chimbault, Abeil et autres.
Avec comme ambition de maintenir ou relocaliser des productions et ainsi éviter de tout commander et d’être dépendant de
la Chine.



Dossier

Post Covid
Un nouveau défi

Madame le Préfet du Cantal, Isabelle Sima et Bernard Villaret, Président de la CCI ont oeuvré de concert durant la période de la Covid avec
l’ensemble des partenaires économiques pour apporter les meilleures réponses possible aux entreprises.

«Il faut tirer partie des initiatives innovantes
mises en place pendant cette période par les
entreprises, explique Bruno Lacambre en charge
de l’industrie. Nombreuses sont celles qui ont
transformé ou adapté leur production pour faire
face au Covid (production de masques, blouses,
plexiglass, filtres...). Il serait dommage de ne
pas capitaliser aujourd’hui sur ces initiatives
pour renforcer notre industrie.» Une piste parmi
d’autres comme celle d’accompagner les commerces vers une plus grande digitalisation avec
le lancement d’une plateforrme de clic and
connect. «Des habitudes ont été prises durant
cette période par les consommateurs, on se doit
d’aider nos entreprises à s’adapter à ces nouvelles tendances et pour cela la Covid aura été
un accélérateur» précise Rose Goutille élue en
charge du commerce à la CCI du Cantal.
Enfin cette crise aura également démontré, s’il
en était encore besoin, l’atout de la qualité de vie
que propose le département du Cantal avec de
plus en plus de métropolitains qui s’interrogent
sur un changement de vie. Si on couple cela aux
habitudes prises en terme de télétravail, plus que

Tourisme
Industrie
Commerce
Services

Agir sur l’ensemble
des secteurs
d’activités  

jamais les planètes sont alignées en terme d’attractivité pour attirer de nouvelles populations et
de nouveaux salariés dans le département.
«Nous allons poursuivre et amplifier dans les
mois qui viennent nos actions pour convaincre
des actifs de venir s’installer et travailler chez
nous. Un enjeu majeur pour notre département»
rajoute Bernard Villaret. «En plus de notre Web
Série «Les Nouveaux Milliardaires» qui connaît
un vrai succès sur les réseaux sociaux, une campagne de communication a été lancée cet été en
direction des vacanciers présents sur le territoire
en partenariat avec le Conseil Départemental,
pour les inciter à rester chez nous. Des actions
qui se multiplient et se densifient, fruit du travail
mené au quotidien par la CCI du Cantal dans le
cadre de ses missions, mais aussi fruit de nombreux partenariats tissés avec l’ensemble des
acteurs du monde économique. «Notre objectif
aujourd’hui est la relance économique sous toutes
ses formes, un défi de taille dans cette période que
nous traversons et ce n’est que tous ensemble que
nous passerons ce cap difficile. Alors toutes les
bonnes volontés seront les bienvenues» conclut
Bernard Villaret.

9



Une plateforme de vente en ligne pour le
commerce de proximité

En lançant la plateforme «Enbasdemarue», la CCI du
Cantal propose aux commerçants cantaliens de disposer
d’une plateforme de vente en ligne. 
Avec Enbasdemarue.fr, la CCI du Cantal met à la disposition
de commerçants un outil d’aide à la vente, leur permettant
d’augmenter leur visibilité sur le web, de fidéliser la clientèle et
de la développer.
Basée sur la technique du «click and collect»,
Enbasdemarue.fr, facilite la relation commerçants/acheteurs.
Enbasdemarue.fr c’est aussi une simplicité d’usage disponible
en un clic sur smartphone, tablette et ordinateur.
En développant une market place, la CCI du Cantal s’engage à :
• Offrir une solution de commerce connectée structurante, fédératrice et innovante,
• Revitaliser les centre-villes en ramenant les clients dans les
commerces de centre-ville et centre-village,
• Créer un projet de développement partagé

Ce qu’elle en pense :

Rose Goutille
Trésorière Adjointe de la CCI du Cantal en
charge du Commerce

«De nombreux commerçants se sont aperçus pendant la Covid

qu’ils pouvaient maintenir de l’activité grâce à internet et les

pour le territoire au profit des commerçants et prestataires de
services,
• Défendre l’économie et l’emploi local,
• Etre au cœur du phygital, c’est-à-dire : consommer local tout
en consommant digital.
réseaux sociaux. Cette crise n’a en fait, fait que renforcer l’im-

portance de la digitalisation des commerces. C’est pour cela

que nous avons décidé à la CCI du Cantal de porter cet outil

qui va permettre aux consommateurs de retrouver ses com-

merces de proximité en ligne. J’appelle donc tous les commer-

çants intéressés à prendre contact avec nos services.  »

Un grand jeu pour soutenir la reprise de la
consommation

Avec son grand jeu cheq’Kdo Cantal, la CCI du Cantal a
lancé une opération sans précédent au sortir du confinement pour soutenir la reprise du commerce et des Cafés
Hôtels-Restaurants. 
La Chambre de Commerce et d’Industrie du Cantal a été aux
côtés des commerçants, pour les aider dans le cadre de cette
crise sanitaire sans précédent et elle a souhaité continuer à les
accompagner dans les prochains défis qui les attendent, au premier rang desquels celui de la reconquête du consommateur.
Pour ce faire la CCI du Cantal a investi 150 000 euros sous
forme de Cheq’Kdo Cantal dans un grand jeu sur internet et les
réseaux sociaux. Un grand jeu à l’échelle départementale, qui
s’est déroulé du 15 juin au 10 juillet et qui a permis à 5200 personnes de gagner des Chéq’Kdo Cantal de 20, 50
et 100 euros. Chéq’kdo à dépenser exclusive-

Ce qu’elle en pense :

Rose Goutille
Trésorière Adjointe de la CCI du Cantal en
charge du Commerce
La Chambre de Commerce et d’Industrie du Cantal a souhaité
mettre en place, à situation exceptionnelle, une mesure de sou-

10

ment chez les commerçansts cantaliens adhérents au dispositif
des Cheq’Kdo Cantal. 28000 participants ont tenté leur chance
ce qui a généré plus de 120 000 clics sur la roue des Cheq’Kdo. 
tien exceptionnelle pour la reprise d’activité des commerces de
proximité, CHR et acteurs du tourisme. L’objectif était la
relance du commerce en nous adressant au consommateur pour
lui donner à nouveau envie de revenir dans nos commerces.
L’idée étant de répondre aux nouvelles habitudes du consommateur et de pérenniser l’activité commerciale de nos villes,
bourgs et villages .



PAROLE D’ENTREPRENEURS
INTERLAB a été fier de représenter
le Cantal à l’occasion de la grande
exposition du Fabriqué en France

les 18 et 19 janvier 2020 à l’Elysée.
Le palais présidentiel y a exposé

101 produits, représentant chacun
un département français et intégralement produits en France.

8
En quelques mots présentez-nous Interlab ?
Emmanuel Jalenques - Interlab est un acteur clé
dans le contrôle microbiologie pour les industries
agroalimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques
et la recherche depuis 1979. Concepteur et fabricant français, la société exporte 80% de sa production dans plus de 130 pays en équipant les
laboratoires pour leur permettre de garantir des
produits sains aux consommateurs. Nous
employons 130 personnes sur 5 sites, dont celui
de Mourjou dans le Cantal.

Comment vous êtes-vous retrouvés à l’Elysée ?
Jules Jalenques - Nous sommes une PME familiale industrielle, qui produit dans un département
rural des produits high-tech, exportés dans le
monde entier, et cela a attiré l’attention. Cette
exposition a fait plaisir à tous les salariés et c’est
un symbole fort que de voir sa production associée à l’excellence française et à l’Elysée. Nous
avons depuis reçu beaucoup d’encouragements en
France et à l’étranger.

« Il y a beaucoup d’idées reçues ! Allez
voir où on fait la technologie la plus
avancée en France en matière de santé
et de numérique : dans le Cantal ! »

Emmanuel Macron, Président de la République
Il s’agit aussi de la mise en lumière d’une réussite familiale ?
Emmanuel Jalenques - Notre père avait fait
preuve de vision en installant une usine à la campagne avec un cadre de travail agréable pour tous
les salariés, pour revitaliser un coin déserté par
l’entreprenariat et l’industrie. Cette exposition

Emmanuel e
t Jules Jalen
ques
et la
rend aussi hommage à la détermination
ténacité qu’il a fallu pour créer tout cela.

ières
Vous avez présenté une de vos dern
e dans le Cantal ?
innovations créé
été
Jules Jalenques - ScanStation a en effet
fabriqué à
intégralement développé et
les
Puycapel dans le Cantal et fait fureur dans
du
laboratoires d’analyses microbiologiques
ent des ScanStation
monde entier. Dernièrem
,
ont été expédiés aux USA, au Japon, en Italie
équien Arabie Saoudite et au Mexique pour
per les laboratoires de pointe.

?
Ou en est votre entreprise aujourd’hui
s venons d’ouEmmanuel Jalenques - Nou
s
vrir une filiale en Allemagne et nous allon
Nous
faire de même au Japon cette année.
sance à deux chiffres
poursuivons notre crois
nos
depuis maintenant plus de dix ans, avec
innovations en tête de pont.

Vos projets à venir ?
t
Emmanuel Jalenques - Nous avons un proje
en deux
d’extension de notre site de Mourjou
pour
tranches, une en 2021 et une en 2026
de fabrication (automatiréaliser deux ateliers
Nous
sation) et de stockage sur 2400 M2.
et 30 sur
espérons créer 17 emplois au départ
t
la deuxième tranche autour d’un vaste proje
elleindustriel sur lequel nous travaillons actu
ment.

y www.interscience.com

11



Vie des entreprises
La Cure Gourmande

Une nouvelle adresse
Mathilde Bony et Emmanuel Sarraille de
la Cure Gourmande à
Coren.

Après avoir tenu une affaire à Paulhenc, Mathilde Bony et Emmanuel Sarraille ont décidé de se rapprocher de leurs familles. Ils ont ouvert un restaurant à Coren, la Cure Gourmande, dans un ancien presbytère.

IIs sont tous les deux issus de
l’école hôtelière de SaintChély d’Apcher. Lui avec un
cursus de cuisinier, elle avec un
bac pro salle en poche. Après
plusieurs années dans divers
établissements, ils décident en
2014 d’ouvrir ensemble leur
première affaire, le Relais de
Turlande à Paulhac. L’aventure
dure 4 ans avant que l’envie de
se rapprocher de leur maison
de famille et de leurs parents,
originaires de Coren soit trop
forte.
DANS UN ANCIEN
PRESBYTÈRE
La suite, une approche auprès
de la mairie pour trouver un
local sur la commune, cette
dernière propose au couple,
l’ancien presbytère. L’affaire
se conclut en 2017, 400 000
euros sont investis par le cou-

12

ple soutenu par des aides pour
les travaux de la Communauté
de Communes, du Fisac et du
Leader, pour une ouverture le
1er juillet 2018.  «Nous avons
réalisé un aménagement complet du rez-de-chaussée. Pour

gent tous les mois et nous
essayons au maximum de travailler avec des produits frais,
du terroir» se félicite Mathilde.
Depuis un an et demi, le succès
est au rendez-vous avec des
objectifs de départ largement
atteints. « Pour preuve renché-

notre projet, le gîte.»
Avec un bouche à oreille qui
fonctionne à plein, une augmentation sans cesse croissante
des réservations, notre couple
est plus qu’optimiste sur la
suite. 
«Notre terrasse est un atout majeur

«Mettre en avant les produits
frais et du terroir»
Emmanuel Sarraille, La Cure Gourmande

l’étage nous prévoyons de faire
des gîtes dans un deuxième
temps» précise Emmanuel. 
La Cure Gourmande dispose
de 36 couverts et propose une
cuisine traditionnelle améliorée. «Nos deux menus chan-

rit le couple, nous avons
embauché 2 personnes, une en
salle et une en cuisine.
L’objectif maintenant est de
bien asseoir l’activité du restaurant avant de nous lancer
dans la deuxième phase de

pour la période estivale, un vrai
plus. Il fallait vraiment croire au
potentiel d’une affaire de ce type
sur Coren, c’était pour nous un
vrai pari». Il ne fait aucun doute
qu’il est en passe aujourd’hui
d’être remporté.



Vie des entreprises
SARL Péchaud

Paul et Jérôme
Péchaud de
l’entreprise
éponyme.

Des bases solides

Créée en 1984 par Paul, le père l’entreprise Péchaud est gérée aujourd’hui par Jérôme le fils. Une transition
en douceur pour une entreprise dont l’ADN est basé sur ses valeurs familales.

Depuis 1984 l’entreprise
Péchaud spécialisée dans la
fabrication et la construction
de charpentes métalliques ne
cesse de se développer. Elle
aura connu deux déménagements avant son installation
actuelle sur la Zone Artisanale
de Comblat pour regrouper
ateliers et bureaux.
DES INVESTISEMENTS EN
PREVISION
Aujourd’hui ce sont 15 salariés qui travaillent dans cette
entreprise dont la zone de
chalandise s’étend du Cantal à
l’Aveyron en passant par la
Corrèze. Le plus gros de notre
activité explique Jérôme

Péchaud, se sont les bâtiments
agricoles, industriels et
quelques maisons sans oublier
le photovoltaïque. Une de nos
dernières réalisations est le
nouvel
intermarché
de

souhaitons acquérir une
machine atelier de perçage et
une scie à ruban automatique.
L’idée, gagner en productivité
et ainsi pouvoir répondre à
plus de demandes.» Une

De plus il n’existe pas de réel
centre de formation à nos
métiers alors aujourd’hui
c’est compliqué de trouver
des profils qui correspondent
notre profession.» Un écueil

«Des difficultés pour recruter qui
peuvent freiner notre activité»
Jérôme Péchaud, SARL Péchaud

Comblat.» Pour ce qui est
l’avenir, l’entreprise prévoit
quelques investissements
pour gagner en productivité.
«Dés que nous pourrons, nous

ambition légitime mais qui est
freinée par des problèmes de
recrutement. «Nous avons pas
mal de difficultés à faire venir
des conducteurs de travaux.

qui n’empêche par la famille
Péchaud, père et fils de poursuivre
leurs bonhommes de chemin, celui
de la construction métallique, un
secteur qui se porte plutôt bien.

13



Vie des entreprises
Cocci Market

Karine Virolle
dans son épicerie
Cocci Market à
Champagnac.

Une vocation tenace

Issue d’une famille de commerçants, Karine Virolle a toujours eu dans ses gènes cette envie de tenir son
commerce. Elle a réalisé son rêve avec la reprise de l’épicerie de Champagnac.
La vie est parfois faite de chemins de traverse. Pour Karine
Virolle, qui a grandi dans l’épicerie familiale à Menet, il aura
fallu attendre quelques années
avant que son rêve ne se concrétise. Sa première vie professionnelle, elle l’aura passée dans le
monde du bricolage, plus de 20
ans de bons et loyaux services
avant qu’une vraie opportunité
n’apparaisse.

conclut en 2019, pour une
ouverture le 18 janvier 2020.
«J’ai repris le magasin comme il
était, prêt à travailler avec le
maintien des livraisons à domicile. L’entreprise avait déjà une

«J’ai toujours eu envie d’avoir
quelque chose à moi, alors
quand j’ai su que M. et Mme
Simon avaient décidé de vendre
l’épicerie de Champagnac pour
partir à la retraite, je n’ai pas
hésité longtemps.» L’affaire se

très bonne image et mon souhait
est de garder le même service, en
rajoutant au fil de l’eau ma petite
touche personnelle.» Et cette
touche pour Karine Virolle, il ne
fait aucun doute qu’il s’agit de la
satisfaction client. «Dans ce

LE PLAISIR D’ÊTRE UTILE

14

métier, on se situe entre le service à la personne et le commerce, nous sommes au service
des gens pour leur faciliter la vie,
notamment pour les plus âgés.»
Un sacerdoce à en croire Karine

Initiative Cantal de 15000 et une
aide de la Communauté de communes Sumène Artense de 7000
euros, la nouvelle épicière de
Champagnac est dans ses objectifs. Aujourd’hui elle espère, une

«Entre le service à la
personne et le commerce»
Karine Virolle, Cocci market
Virolle, non plutôt un plaisir,
celui de se sentir utile auprès
d’une communauté. «Je sais
dans quoi je me suis engagée,
j’assume et je vais de l’avant.»
Avec un investissement de l’ordre de 200 000 euros, un prêt

fois le rythme de croisière pris,
pouvoir embaucher une personne supplémentaire et ainsi
poursuivre son développement,
toujours avec cette même
volonté d’être utile et sans
jamais se départir de son sourire.



Vie des entreprises

B 15

Marion Bersagol
et Baptiste Dichamp entourés
de leurs salariés.

Une nouvelle jeunesse

Le L 15 est devenu le B 15, B pour Bersagol du nom de Marion Bersagol qui, avec son conjoint Baptiste
Dichamp ont repris cette brasserie aurillacoise.

Elle a 24 ans, lui 22, tout juste
sortis de l’école de

Chamalières, l’opportunité de

reprendre la brasserie le L 15 à

Aurillac s’est présentée. Avec
la fougue de leur jeunesse, ils

ont décidé de se lancer dans
l’aventure. 

UNE OPPORTUNITÉ
À SAISIR

Un choix qui n’est pas un coup
de tête, mais bien la suite
logique d’études en alternance,
pour elle dans la brasserie le
Lion à Clermont-Ferrand et
pour lui dans plusieurs établissements étoilés. Forts de cette
expérience en bar - service et
cuisine, Marion Bersagol est
séduite par la reprise de la brasserie le L 15 dont lui parle son
père René. «Moi j’avais envie

de tenir un établissement
convivial, proche des clients
avec un vrai esprit brasserie
comme j’ai connu en alternance.» Pour ce faire, la
famille se mobilise. Anne et
René, les parents et un ami
vigneron à Boudes, David
Pelissier rentrent comme associés avec Marion. Environ

160 000 euros d’investissement sont nécessaire pour
acquérir
le
fonds
et
relooker l’établissements.
«Nous avons souhaité faire un
style cosy, cocooning, où l’on

se sent bien comme à la maison»; précise Marion, «autour
d’une cuisine traditionnelle
faite maison.» «Je suis un
jeune chef qui ne cesse de se
perfectionner et mon ambition
est de faire bien le jour même
et d’essayer de faire mieux le
lendemain» renchérit Baptiste
Dichamp.  Depuis l’ouverture

mentaires aux beaux jours.
«Notre objectif est de poursuivre les repas ouvriers à midi
avec des tarifs adaptés et de
nous faire connaître le soir
avec une carte brasserie. Aussi
nous allons proposer des soirées
à thème autour d’évènements sportifs, concerts... De plus, nous voulons aussi garder cet esprit Bar dans

«Proposer des soireés à
thème, matchs, concert...»
Marion Bersagol, Brasserie B 15
le 9 mars, 60 couverts sont disponibles tous les jours à midi et
le jeudi, vendredi et samedi
soir. Une terrasse est en cours
d’aménagement qui pourra
accueillir 30 couverts supplé-

la première partie de notre affaire
où l’on peut venir boire un verre, un
café, passer un bon moment.» Le
rendez-vous est pris, l’équipe de
Marion Bersagol est en place et
n’attend plus que vous.

15



Vie des entreprises
AF Park

Un espace sport et loisirs

Anthony Cluse sur un des cours couverts de Padel, une nouveauté dans le Cantal.

Anthony et Fabien Cluse viennent d’ouvrir à Aurillac un complexe multisport indoor.
Aussitôt ouvert, aussitôt fermé,
pour
cause
de
Covid.
Heureusement AF Park a réouvert ses portes fin juin pour,
espérons le, son vrai lancement.
Deux terrains de Futsal, deux
squashs, deux terrains de badminton, deux terrains de Padel,
un espace restauration et un
espace séminaire... il y a en aura
pour tous les goûts à l’AF Park,
le nouveau complexe de sport
implanté à Aurillac.  
DU CLÉ EN MAIN
L’idée de ce concept, c’est celle
de deux frères : Anthony et
Fabien Cluse respectivement
Ingénieur en développement
web à CEGID et à ERDF :
«Nous pratiquons beaucoup de
sports et nous nous sommes
aperçu de la difficulté sur
Aurillac de trouver des créneaux

16

pour des sports comme le foot
en salle, le squash et autres. En
nous inspirant du H Park
d’Aurélien Rougerie à
Clermont, nous avons décidé de
monter cette salle en remplaçant
le Touch Rugby par le Padel un

sport qui connaît un essor très
important en France .» S’en suit
le montage d’un véritable projet
familial, avec les parents des
frères Cluse, qui mettent en
location, dans le cadre d’une
SCI, un entrepôt pour lancer
l’affaire. «Nos cibles sont évi-

demment les particuliers, les
associations et club sportifs
mais aussi les entreprises et les
Comités d’entreprises. Nous
avons un espace dédié pour les
séminaires couplé à notre
espace restauration. Nous lancerons également de nombreuses

entièrement en ligne et sur
mobile pour un meilleur confort
des usagers. Pour démarrer deux
salariés ont été recrutés. « Notre
objectif est de rentabiliser l’activité dès que possible, ensuite
notre volonté est d’ouvrir le
dimanche et après dans un

«Proposer un éventail plus large
de créneaux pour ces activités.»
Anthony Cluse, AF PArk
compétitions, des tournois interentreprises sur l’ensemble de
nos plateaux.» Parmi les innovations, AF Park en plus de
deux courts couverts de Padel,
une première dans le Cantal,
propose une réservation et
l’achat de carnets d’activités

plus long terme réfléchir à
ce que nous pourrons faire
sur la surface extérieure
que nous avons encore à
disposition.» En attendant
AF Park attend tous les
amateurs de sports et de
jeux de balles.



Vie des entreprises

Dubuit Reeltech

Estampillé entrepreneur
Jean-Michel Senaud, le nouveau Président de Dubuit Reeltech à Saint-Flour .

Jean-Michel Senaud, fils de bougnats cantaliens, vient de racheter au groupe Dubuit l’entreprise Dubuit Reeltech à
Saint-Flour. Son objectif : pérenniser cette entreprise dans son ancrage local.

Même s’il est né à Paris, ce fils
de bougnats originaires du
Cantal se considère comme un
véritable enfant du pays. Pour
preuve après plus de 30 ans
d’une vie professionnelle très
dense avec des postes clés au
sein du groupe Pernod Ricard,
c’est le Cantal que Jean-Michel
Senaud a choisi pour se lancer
un nouveau défi en reprenant
l’entreprise Dubuit Reeltech,
spécialisée dans la fabrication
de machines pour la sérigraphie et le marquage à chaud.
UN NOUVEAU DÉPART
«Je recherchais un projet
industriel à reprendre et je
tombe sur l’annonce de
Dubuit Reeltech sur le site
Transentreprise. Après un
contact avec un conseiller de
la CCI, je rencontre Eric
Rouly, directeur du site et
Jean-Louis Dubuit, l’action-

naire, avec qui le courant est
très bien passé.» Le reste, du
classique avec la réalisation
d’un business plan, l’accord
des banques et la reprise le 11
février dernier de l’entreprise.
«Mon objectif est de pérenni-

du CA) avec des pays comme
la Grande Bretagne, les pays
de l’Est, le Mexique ou encore
le Maghreb. Un nouveau site
internet et une nouvelle identité visuelle vont aussi voir le
jour, tout cela afin d’améliorer

devis qui sont en cours de
négociations. « Notre potentiel clients est très grand dans
les domaines de la plasturgie,
verrerie, caisse en bois ou
métal. Il y a de nombreuses
raisons d’être confiants même

«Un potentiel de clients très
important.»
Jean-Michel Senaud, Président de Dubuit Reeltech

ser et développer cette
société» qui compte 9 salariés
plus Eric Rouly l’ancien directeur qui restera 2 ans à temps
partiel pour assurer la transition. «Pour ce faire, je souhaite mettre en place un vrai
réseau commercial mais aussi
poursuivre nos efforts à l’international (actuellement 60 %

le chiffre d’affaires et la rentabilité de l’entreprise. J’ai
aujourd’hui une très bonne
équipe et mon souhait est de
pouvoir mettre en place un
système d’intéressement ou de
participation dès que possible
pour mes salariés.» Avant
cela, place au démarchage
clients avec de nombreux

si reprendre une entreprise est
toujours un vrai défi, une
aventure. J’ai en tous les
cas envie de rendre au
Cantal ce qu’il m’a donné,
mon épouse déjà, mais
aussi un accompagnement s ans f aille pour que
j e p u i s s e m e n e r à bien
mon projet.»

17



Vie des entreprises

Meca’system International

Evolution et innovations

Julie Raspal, responsable de site avec toute l’équipe de Meca’system International à Saint-Flour.

Repris en 2015 par Emmanuel Bertrand et son groupe «Le Petit Poucet», Meca’system est devenu
Meca’system International. L’occasion pour cette PME spécialisée dans la chaudronnerie de s’ouvrir à de
nouveaux marchés.
Meca’system International
est à la base une chaudronnerie alu et inox avec une activité historique forte sur la
réalisation de pièces spéciales de motos. En 2015,
l’entreprise passe aux mains
d’Emmanuel Bertrand, nouveau gérant, qui l’intègre, au
sein de son groupe qui comprend notamment CKSquare,
entreprise spécialisée en
ingénierie monétique qui
conçoit notamment des stations de lavage.
DE NOUVEAUX MARCHÉS
«Tout en conservant nos activités de base comme la moto,
ce rachat nous a permis de
nous lancer dans la fabrication de caisson en inox pour
CKSquare, ce qui représente
aujourd’hui 60 % de notre
activité sur le site de Saint-

18

Flour», explique Julie Raspal,
responsable de ce site. Le
reste, sur le chiffre d’affaires
que génère le site Sanflorain,
se répartit entre notre activité
pièces de moto pour 30 % et

les 10 % restants, sur la
conception de produits sur
mesure notamment pour l’industrie.» La crise sanitaire a
bien entendu impacté l’entreprise, «mais nous sommes
restés en activité car nous
avions un carnet de commandes chargé et nous avons

créé une borne de distribution
de gel. Le probléme est que
nous n’avons pas de visibilté
sur nos marchés et que tout
est devenu très compliqué,
mais bon il faut s’adapter.»
Aujourd’hui l’entreprise

très attachés.» L’entreprise
s’est également dotée depuis
novembre
2019
d’une
machine à découpe laser pour
l’inox, les seuls dans le
Cantal à posséder un tel outil
et elle génère également son

«Une machine à découpe
laser pour l’inox.»
Julie Raspal, Meca’system International
compte 12 salariés, en
cherche deux de plus et fonctionne en mode projets.
«Notre réussite est le travail
de toute une équipe qui intervient sur tous les dossiers en
fonction des qualifications
des uns et des autres, un état
d’esprit auquel nous sommes

propre Azote pour cette
découpe, dans le cadre d’une
démarche éco-responsable.
Entre innovations et nouv e a u x m a r c h é s ,
Meca’system International
poursuit sa route et son
développement du côté de
Saint-Flour.



Vie des entreprises

Spa Alina

En croissance continue
Alexandra et Bertrand Vernière devant un de leurs produits phares, le Spa.

Alexandra et Bertrand Vernière sont issus d’une famille d’entrepreneurs. Forts de leur savoir faire respectif, elle , le
commercial, lui la finance, ils ont lancé en 2010, Spa Alina, une société qui connaît depuis sa création une croissance exponentielle.
Le marché du Spa est un secteur en forte croissance, de + 5
à 10 % chaque année. Spa
Alina, la société d’Alexandra
et Bertrand Vernière, affiche
une croissance de + 30 à + 40
%.
DU E-COMMERCE
« Nous avons vendu 10 spas la
première année, nous en
sommes aujourd’hui à 1000
par an en France, Belgique et
Italie. Et tout cela à partir du
Cantal » précise, pas peu fière,
Alexandra Vernière. Car s’ils
sont originaires du Cantal,
l’aventure de Spa Alina a
commencé en Chine. « J’ai
travaillé longtemps en Chine,
rajoute Alexandra et je me suis
aperçue qu’il y avait des très
bons fabricants de Spas.
C’était de plus lors de l’émer-

gence du e-commerce et cela
a fait tilt.» Spa Alina propose
donc depuis sur son site des
Spas, Spas de nage et Sauna
directement du fabricant au
consommateur. « Ce qui nous

Cère. L’entreprise propose de
la vente aux particuliers, aux
professionnels avec sa marque
Poséidon Spa et une filiale qui
propose les Spas en marque
blanche. « Notre force est que

prestations. «Nous avons
d’ailleurs un réseau de clients
qui sont nos ambassadeurs et
qui promeuvent nos produits
un peu partout.» Pour ce qui est
de l’avenir, Alexandra Vernière

«Nous sommes trés fiers de
vendre nos Spas du Cantal.»
Alexandra Vernière, responsable Spa Alina

permet de proposer des prix
hyper concurrentiels», se félicite Bertrand Vernière. La clé
du succès pour cette entreprise
qui compte désormais 14 salariés, répartis entre le siège
d’Aurillac, une antenne à
Paris et un pôle logistique de
plus de 2000 m2 à Vic-sur-

même si nous vendons sur
internet nous assurons la
même qualité de service
après-vente qu’un magasin de
proximité grâce à des partenariats et une présence sur tout le
territoire.» Spa Alina travaille
en circuit court et fait très
attention à la qualité de ses

suite à la Covid réfléchit activement à la relocalisation
d’une partie de la production.
Elle recherche des professionnels de ce secteur qui seraient
prêts avec elle à étudier le dossier. Pour une production de
Spas Made in Cantal :
L’appel est lancé !

19



Actualités

Forum des Métiers et des Formations
Plus de 2500 jeunes au Prisme

Plus de 2500 jeunes et leurs familles ont participé
à cette édition 2020 du Forum des Métiers et des
Formations Cantal. Le temps fort de l'Orientation
cantalienne organisé par la CCI du Cantal et
l'Education Nationale.

Ce forum a comme axe principal la découverte et la démonstration des métiers avec la présentation des formations qui permettent d’y accéder. Ce dernier est un des rares forums régionaux
labellisé «Mondial des Métiers ».
Plus de 400 formations sont présentées et une cinquantaine de
métiers avec de nombreuses démonstrations

Une mobilisation de tous les acteurs

Cette année un accent particulier a été mis sur les métiers du BTP
en partenariat avec la FFBTP, mais aussi sur différents métiers en
tension. «Ce forum pour Bernard Villaret, Président de la CCI du
Cantal permet aux jeunes de découvrir la réalité des métiers à travers le prisme de démonstation et surtout d’appréhender leurs
évolutions dans les années qui viennent.» Même constat du côté
de Maryline Lutic, Directrice Académique, qui se félicite que «ce
forum s’intégre parfaitement dans le parcours d’avenir des éléves

20

qui peuvent durant cette journée venir échanger avec un grand
nombre d’interlocuteurs pour commencer à réféchir à leur vie
professionnelle.» Du côté des entreprises, se faire connaître et
faire connaître son activité aux jeunes est aussi un moyen de les
attirer demain comme salariés. «On recrute beaucoup à la sortie
des écoles souligne Elodie Lafon, DRH d’Europe Service. C’est
donc très important pour nous d’avoir un contact avec tous ces
jeunes pour des formations en alternance mais aussi avec les
écoles qui sont nos premiers prescripteurs.»

Prochain Forum des Métiers et des Formations
Cantal, le 4 février 2021 au Prisme



Actualités

Tribunal de Commerce

Au service des entreprises
Le Tribunal de Commerce est trop souvent perçu comme une juridiction exclusivement dédiée au traitement des contentieux.
L’une de ses fonctions premières réside pourtant dans la prévention des difficultés des entreprises.

Gilles Le Manach (au centre) le nouveau Président du Tribunal de Commerce. (Photo : La Montagne)

La méconnaissance de ce dispositif conduit
bon nombre d’entreprises à ne se rapprocher
du Tribunal de Commerce que lorsque la
situation est très dégradée.
Les chefs d’entreprises associent généralement leurs difficultés à un échec personnel.
La réaction première consiste en un repli sur
soi-même et conduit à une aggravation de la
situation.
«Afin d’éviter ce schéma, j’encourage fortement les entrepreneurs rencontrant des difficultés à prendre attache auprès du greffe dans
le but de rencontrer le juge dédié à la prévention des entreprises» explique Gilles Le

Manach, le nouveau Président du Tribunal de
Commerce.  Les démarches entreprises
auprès du juge de la prévention s’effectuent
en toute confidentialité.
Il est important de rappeler que les juges
consulaires du tribunal de commerce sont en
premier lieu des entrepreneurs à l’écoute de
leurs pairs. «L’important pour Gilles Le
Manach est que l’entreprise signale ses diffultés bien en amont soit au Tribunal, soit à la
Cellule d’Appui de la CCI du Cantal pour
que nous puissions ensemble mettre en place
les procédures de soutien les plus adaptées.»

Pour tout
renseignement
concernant la
prévention des
entreprises

Greffe du Tribunal de
Commerce de AURILLAC
21 Place du Square - BP
619 - 150006 Aurillac
Cedex
Tel : 04 71 48 14 54
Accueil téléphonique :
du lundi au vendredi de
- 09h00-12h00
- 13h30 - 16h00
Accueil du public
- 8h30-12h00
- 13h30 - 16h00
Site internet
www.infogreffe.fr

21



Actualités

Formation

Le Campus de la CCI désormais cent
Dans le cadre de la nouvelle réforme sur l’apprentissage, le centre de formation de la CCI du Cantal, le
Campus, est devenu CFA et peut dispenser des formations en apprentissage. Les premières formations
débuteront à la rentrée 2020 :
Une bonne nouvelle pour les entreprises, qui vont ainsi
pouvoir bénéficier pour leur besoin de formation du nouveau dispositif d’aides mis en place par l’Etat, avec
jusqu’à 8000 euros de subventions à la signature du
contrat.
Si vous êtes employeur, le Campus de la CCI du Cantal

vous accompagne dans
vos démarches et dans
la
recherche
d’un
apprentissage.
Si vous cherchez une
entreprise pour effectuer votre formation en
apprentissage à la rentrée de septembre, là aussi, les conseillers de la CCI du
Cantal se mobilisent pour vous aider dans votre
recherche.

Les Formations qui peuvent être suivies en apprentisage au Campus
de la CCI du Cantal sont réparties en trois domaines :

Formations commerce / gestion : Responsable de développement commercial (BAC +3) ; Vendeur conseiller
commercial (Bac) ; Assistant manager (Bac +2)
Contactez : Edith Hilaire au 06 75 49 71 32

Formations sanitaire et social : Assistant de vie aux familles (CAP); Responsable de secteur service à la personne (Bac + 2)
Contactez : Julien Pradal au 06 37 71 12 86

Formations Electricité : Electricien du bâtiment (CAP)
Contactez : Julien Pradal au 06 37 71 12 86

Formations Télécoms : Installateur de réseaux de télécommunication (CAP) ; Responsable de travaux THD
(Bac+3)
Contactez : Jean-Marc Freyssinier au 06 40 10 96 39 ou Florian Llinares au 06 70 00 98 13

22

P OUR

EN SAVOIR PLUS

:

WWW. FORMATIONSCANTAL . FR



Actualités

tre de formation en apprentissage
Questions à :

Henri Manhés
Vice-Président de la CCI du Cantal
en charge de la formation

La création d’un CFA est-elle pour vous une

opportunité ?

Grâce au travail des salariés du Campus sous

l’impulsion de son responsable nous avons pu

être labèllisés CFA, ce qui va nous permettre

d’augmenter notre offre au profit des entreprises.

Nous pourrons dans les mois à venir proposer de

nouvelles formations en apprentissage pour

développer les compétences des salariés ou des

futurs salariés de notre territoire. C’est un vrai

plus pour notre centre de formation en terme de

développement et de reconnaissance, mais aussi

un atout supplémentaire pour l’attractivité de

notre département car nous allons proposer des

formations qui ne se font pas ailleurs.

Quels sont les avantages pour les entreprises

de prendre un contrat d’apprentissage ?

Il faut considérer l’apprentissage comme un

investissement pour l’avenir car en plus de la for-

mation théorique en CFA, il s’organise une trans-

mission des savoirs en entreprise.

Grâce aux aides mises en place par l’Etat pour

soutenir l’apprentissage, avec notamment la

prime à l’embauche qui peut aller jusqu’à 8000€,

un apprenti ne coûte quasiment rien à l’entre-

prise. C’est le contrat idéal pour préparer le futur

de nos entreprises. Beaucoup l’ont compris, j’en

veux pour preuve le fait que nos sessions sont

complètes dès à présent et nous sommes optimistes pour celles à venir.

Comme toujours nos services accompagnent les

entreprises dans leurs démarches de sourcing des

candidats et de montage des dossiers. J’invite

donc l’ensemble des acteurs économiques à se
rapprocher de notre Campus pour plus de renseignements.

Elle a fait le choix de l’apprentissage
LISE BRANCHE

Après l’obtention de son BTS MUC, Lise a
choisi de suivre en alternance la formation
Responsable de Développement Commercial
au Campus à partir de la rentrée de septembre
« Après mon BTS, j’ai eu envie de suivre une
formation en apprentissage. J’avais vraiment envie de découvrir le
monde professionnel et surtout de mettre en pratique immédiate ce
que j’apprends durant les cours. Je pense en plus que ce mélange
école - entreprise est la meilleure des façons pour s’intégrer dans le
monde du travail et de l’entreprise. Avec la crise sanitaire cela n’a
pas été simple de trouver une entreprise mais j’ai réussi et j’espère
maintenant réellement que cette formation débouchera sur un
emploi.»

L’apprentissage comme outil de recrutement
ANNE ZICCARELLI

Responsable développement RH Caisse
Régionale Groupama d’Oc
«Nous avons pour objectif de prendre par an,
20 alternants dans le domaine du commercial
de les former à nos métiers et ensuite de les intégrer en CDI dans
notre groupe. Pour nous le contrat d’apprentissage est un tremplin
vers l’emploi pour ces jeunes avec une formation théorique et de terrain. Nous avons recruté cette année 2 jeunes sur le Cantal pour nos
agences de Mauriac (Lise) et Aurillac. Notre volonté est de prendre
des jeunes en local, de leur faire quand cela est possible suivre une
licence en alternance également en local, d’où notre partenariat avec
la CCI du Cantal. Notre volonté est de valoriser des collaborateurs
attachés à leur territoire et aux valeurs de sociétariat que nous portons au sein de l’entreprise.» 

Journée de l’Alternance
MERCREDI 9

SEPTEMBRE DE

9

H à

18

H

Contrat d’apprentissage et de professionnalisation

Venez découvrir les offres de formation du Campus,
17 bd du Vialenc à Aurillac

23



Votre CCI en action

Commercial PME
RENFORCER

ET DyNAMISER VOS FONCTIONS
COMMERCIALES ET MARKETING
COMMERCIAL PME VOUS PERMET DE :

Evaluer l’existant de vos fonctions commerciales et
marketing et identifier les axes de progrès
(Module A - Diagnostic)

• Définir le besoin d’accompagnement de l’entreprise et
les besoins de formation internes.

Définir ou formaliser votre stratégie commerciale et
marketing (Module B)
• Construire et mettre à jour votre vision marché.
• Identifier des pistes de développement.

• Établir les fondamentaux de votre stratégie commerciale

VOS OBJECTIFS

• Développer votre chiffre d’affaires et votre rentabilité.

• Améliorer la visibilité sur l’évolution de votre activité.
• Sécuriser et pérenniser votre développement.
• Diversifier votre portefeuille client.

• Pénétrer des marchés plus rapidement.

• Optimiser les coûts et l’impact de vos opérations commerciales et marketing.

et marketing.

Organiser et structurer vos fonctions commerciales et
marketing (Module C)
• Effectuer les choix structurants.

• Outiller votre fonction commerciale.

• Manager les fonctions commerciales et marketing.
• Prioriser et planifier les actions les plus porteuses.

Mettre en oeuvre un plan d’actions sur mesure (Module D)
• Préparer et sécuriser la mise en oeuvre des actions.
• Pérenniser les actions les plus efficaces.

• Réajuster les actions pour augmenter encore leur impact.
Co-financé par :

En savoir
plus :

Francis COSTES
( 04 71 45 48 77
7 fcostes@cantal.cci.fr

www.cantal.cci.fr

24



Votre CCI en action
Avec PURE, Plateforme Utile pour le Rebond
Economique, nous vous proposons des dispositifs
déjà opérationnels et efficaces pour vous soutenir
face à la crise et avancer avec vous .

04 71 45 40 40

25



Votre CCI en action

26






Fleepit Digital © 2020