ejournal n° 69



e-Journal n°36 – Septembre 2020
Numéro spécial : DANS LA LEGENDE
Le mot de… L’Equipe « OL ANG’ELLES »
L’OL aura finalement fait « carton plein » en gagnant les 4 titres officiels
mis en jeu au titre de la saison 2019-20.
Au terme du Final 8 disputé en Espagne, la Coupe d’Europe est venue
rejoindre le Trophée des Championnes, le Titre de Championnes de France
et la Coupe de France.
(Il ne faut pas négliger un 5ème titre conquis aux Etats-Unis dans le tournoi
WICC contre North Carolina Courage en avant-saison 2019-20, qui devient
au fil des ans un officieux titre de Championnes du Monde).

En remportant un 5ème titre européen
consécutif, le 7ème au total,
l’OL a rejoint dans la légende
le Real Madrid qui avait aussi remporté
5 titres européens consécutifs, les 5
premières éditions de la Coupe d’Europe
des Clubs champions dès sa création par
Gabriel Hanot et Jacques Ferran en 1956.
« Le Progrès » et beaucoup de journalistes ont su reconnaître à sa juste valeur cet exploit
(à la différence d’un grand quotidien sportif national qui a préféré faire « sa Une » sur une 2ème étape
du Tour de France).
Même si l’Europe du football féminin est en plein développement, pour y parvenir les lyonnaises ont
dû mettre fin à la domination allemande sur l’Europe du foot féminin et résister à la montée en
puissance de certains clubs, anglais tels que Chelsea ou Manchester City, espagnols comme Barcelone
ou l’Atletico Madrid…et toujours à Wolfsburg.

www.olangelles.com - Portable : 07.83.16.21.48 - contact@olangelles.com



Préparation au « Final 8 »… Tournoi VEOLIA
Afin de préparer le Final 8, l’OL avait convié 3 clubs à participer à ce Tournoi VEOLIA
au Groupama Stadium, dans une configuration d’accueil du public qu’on aimerait voir
se renouveler bien plus souvent.
-

Juventus : Champion d’Italie (championnat interrompu à J16/22, devant Florence et
Milan avec 9 pts d’avance et un match de plus joué)
PSV Eindhoven : Champion des Pays-Bas (championnat interrompu à J12/14, devant
Ajax avec 7 pts d’avance).
Montpellier HSC : 4ème à 14 pts de l’OL (à J16/22)

OL - PSV Eindhoven : 4 – 0

(Jodie 45', 58', Nikita 82',91')

Ce 1er match du tournoi contre le PSV Eindhoven supposé plus faible que la Juventus était l'opportunité
de voir à l'oeuvre les nouvelles joueuses JODIE Taylor et ELLIE Carpenter pour leur 1er match avec
l'OL.
Pour JODIE en particulier,
les 2 buts inscrits grâce à son opportunisme
ont été la juste récompense
de ses appels tranchants,
de ses courses de pressing au sprint,
de son bon jeu en appui.

Jodie 45ème

Jodie 58ème

ELLIE, entrée à la 60ème minute, a montré en ½ heure son caractère, ses qualités offensives et
défensives, se montrant dangereuse d'une frappe proche du poteau en rentrant vers l'intérieur.

D’autres joueuses qui ont peu de temps de jeu, Katriina, Janice, Shanice, Melvine, ont pu se montrer.

Katriina

Janice

© OL ANG’ELLES

Shanice

Melvine

2



BJORKI et SAKINA qui avaient largement participé aux matchs en Pologne pouvaient évoluer devant
le public lyonnais pour la 1ère fois.

En réalisant également un doublé,
NIKITA a confirmé qu’elle serait
une alternative convaincante
pour pallier l’absence d’Ada
durant plusieurs mois.
<- Nikita 82ème

MONTPELLIER HSC a perdu ses 2 matchs contre Eindhoven et la Juventus.
C’était la possibilité de découvrir ses nouvelles joueuses car il y a eu quelques départs importants du
côté montpelliérain (Sakina, mais aussi notamment Sandie Toletti (->Levante) et Valérie Gauvin (->Everton)).

Marie Petiteau
(<-Bordeaux)

Léonie Pankratz
(<-Hoffenheim)

D. Skorvankova
(<-Bayern)

Adelina Engman
(<-Chelsea)

Ashleigh Weerden
(<-Twente)

Maelys Mpomé
(<-St Maur)

MHSC - Juventus : 1-2
(Dekker 69‘ / Gama 44‘, Staskova 60‘)
<-But Dekker 69ème

But Staskova 60ème ->

MHSC - PSV : 1-2
( Banusic 63’ / Brugts 11’, Smits 89’)
<- But Banusic 63ème

OL - Juventus : 3 – 0

But Smits 89ème ->

(Wendie 29’, Kadeisha 33’, Melvine 78’)

L'OL a montré à nouveau un visage très solide et n'a quasiment concédé aucune occasion, avec une
charnière Wendie-Kadeisha au top, KADEISHA étant récompensée de ses matchs performants par un
but de la tête plein de détermination sur un corner, tout comme WENDIE.

© OL ANG’ELLES

3



Wendie 29ème

Kadeisha 33ème

On pourra juste regretter un certain manque d'occasions dans le jeu, surtout en 1ère mi-temps, avec
une tendance à trop souvent jouer vers l'arrière.
En fin de match, MELVINE donnera tout de même au score une ampleur plus conforme à la domination
lyonnaise.

Melvine 78ème

L'OL remporte ainsi cette 1ère édition du Tournoi VEOLIA.

Mention à Wendie qui a toujours le geste juste même si ce n’est pas une surprise, sur le terrain et endehors, en premier lieu en faisant lever la Coupe par Eugénie jeune mariée depuis peu, puis en
rassemblant l'équipe pour saluer les groupes de supporters et partager un Ahou avec eux.

Tous les regards pouvaient dès lors se tourner vers le Pays basque et le Final 8.

Sur la route… du Pays basque
Sur la route du Pays basque, la veille du début du Final 8 en Espagne, une petite halte en Auvergne
le temps que ceux qui étaient encore retenus par leur travail puissent se libérer : une bonne occasion
de se mettre en jambes et renouveler le message d'encouragement aux joueuses de l'OL du haut du
Puy de Sancy.

© OL ANG’ELLES

4



Vue l’impossibilité probable d’accéder aux stades, OL ANG’ELLES n’avait pas organisé de déplacement
« officiel ». Mais malgré les incertitudes inhérentes à la pandémie, un certain nombre d’entre nous
avaient décidé dès le mois de juin d’aller vivre cette phase finale de Coupe d’Europe au plus près de
l’évènement, au Pays basque.
Le temps du Final 8, un « camp de base » a ainsi établi à Hendaye, côté français du Pays basque afin
de se prémunir d'une éventuelle fermeture de la frontière espagnole au gré de l'évolution de la
situation sanitaire.

Les jours sans match offraient l'opportunité de découvrir le Pays basque français …

…la côte vers Hendaye…

…Arcangues village de Luis Mariano…

…le chemin de fer à crémaillère pour monter à la Rhune...

…et redescendre à pied...

… St Jean Pied de Port… …Aïhona village typique… Cesta Punta à St Jean-de-Luz…Hendaye...
Anoeta était le stade du ¼ de finale et de la ½ finale de Wolfsburg. Ce sera celui de la finale mais
alors, le temps et les esprits ne seront plus au tourisme. Après le ¼ de Wolfsburg contre Glasgow,
premier petit aperçu nocturne de San Sebastian et de la baie de la Concha.

© OL ANG’ELLES

5



Avant la ½ Wolfsburg-Barça, au-delà de cette baie célèbre, le port, la montée au Mt Urgull vers la
forteresse militaire du XIIème qui seule subsiste de la ville fortifiée…

…la vieille ville pour quelques tapas dans une échoppe de la Place de la Constitution, ancienne arène…

…l’opportunité de croiser 2 joueuses de la défense de Wolfsburg, Janssen et Hendrich, dans leur
promenade d’avant-match…

...avant de rallier notre petit bar favori à proximité immédiate du stade Anoeta.
A 120 km du "camp de base" d’Hendaye, Bilbao et San Mamès ont été le théâtre du ¼ de finale et de
la ½ finale de l'OL. Avant la ½ finale contre le PSG, passage par Guernica, célèbre par le tableau de
Picasso qui évoque cette ville-martyre bombardée par les avions allemands durant la guerre civile en
1937, et par l'Arbre de Guernica, le Chêne emblème officiel des basques.

A San Juan de Gaztelugatxe, certains auraient voulu gravir les 241 marches qui mènent vers l'église
de l'îlot magique…
…pour toucher 3 fois la cloche
ou mettre son pied dans l'empreinte
supposée de St Jean-Baptiste afin,
selon la légende, d'attirer la chance
sur l'OL. En ces temps de Covid,
il eût fallu réserver pour accéder…
mais l'OL n'a pas eu besoin de cette
aide surnaturelle pour l'emporter.
A Bilbao, l'essentiel de la découverte a été celle du célèbre musée Guggenheim de l'architecte
américain Franck Gehry.

© OL ANG’ELLES

6



Résultats… « Final 8 » UEFA
Plus d’une dizaine d'entre nous avait donc décidé dès le mois de Juin de s'organiser pour aller soutenir
l'OL quelles que soient les conditions induites par la situation sanitaire.

Les ¼ de Finale
Après avoir salué l'arrivée de Pauline Bremer et Lara Dickenmann avec l’équipe de Wolfsburg au Reale
Arena de San Sebastian…

…nous avons trouvé refuge avec les orages sous les parasols d'un petit bar pour suivre les 2 premiers
¼ de finale dans des conditions parfois un peu surréalistes. Dans notre dos le stade Anoeta et les
bruits du match Glasgow-Wolfsburg (essentiellement lors des 10 buts inscrits), et sur l'écran du bar Atletico
Madrid-Barça.

Wolfsburg – Glasgow : 9-1

Atletico Madrid – Barcelone : 0-1

Le lendemain, à Bilbao, OL – Bayern : 2-1

(Nikita 41’, Amel 59’ / Caro Simon 64’)

Après avoir accueilli les joueuses et assisté à la reconnaissance du terrain depuis le bar du stade San
Mamès…

…il s’agissait de se mettre en quête d’un écran de télévision dans un bar afin de ne pas suivre le match
sur nos seuls smartphones… Un petit bar aux couleurs de « Atletic Piratak » nous a accueillis.

© OL ANG’ELLES

7



Le XI titulaire lyonnais
présentait uniquement des joueuses présentes
dans le club lors de la saison 2019-20,
(Lucy, et Alex ayant prolongé 2 mois
pour terminer la saison)

et sur les 4 entrantes,
3 nouvelles joueuses, Bjorki, Sakina, Jodie…
…alors que du côté allemand, figuraient 3 nouvelles joueuses dans le XI titulaire, et 2 sur les 5
entrantes. (des joueuses n’avaient pas prolongé pour cette compétition et avaient déjà quitté le club, comme
Leupolz partie pour Chelsea, Islaker pour Cologne, Hendrich à Wolfsburg, Skorvankova à Montpellier…)

Hannah Glas
(<-PSG)

Léa Schüller
(<-Essen)

Marina Hegering
(<-Essen)

Sarah Zadrazil – Viviane Asseyi
(<- Potsdam) (<- Bordeaux)

Le Bayern ayant adopté une stratégie très défensive, domination lyonnaise en 1ère mi-temps mais
plutôt stérile, plusieurs « hors-jeu » douteux voire inexistants étant sifflés à l’encontre de Nikita.
OL

1ère mi-temps
Tirs
Cadrés
Buts
Corners
Situations
dangereuses,
Occasions
nettes

3
1
1
1
2
1’, centre en retrait Delphine,
Benkarth repousse difficilement dans 6m
41’, passe en profondeur Eugénie,
->Tête Nikita -> But

Bayern
1
1
0
0
1
22’, centre Glas ->Schüller proche de
reprendre dans 6m

Nikita 41ème

L’arbitre ukrainienne Kateryna Monzul est très indulgente en n’expulsant pas la gardienne allemande
qui, très en retard, percute violemment Nikita.
OL

2èmemi-temps
Tirs
Cadrés
Buts
Corners
Situations
dangereuses,
Occasions
nettes

50’,
54’,
59’,
76’,

Bayern

4
3
2
2
1
1
1
2
4
2
corner Maro ->Tête Bjorki repoussée
Nikita très proche de reprendre dans 6m
frappe croisée Delphine, arrêt du pied
coup-franc Amel -> But
64’, coup-franc Caro Simon -> But
frappe enroulée Maro 25m,
79’, frappe Lohmann des 18m,
juste au-dessus du cadre
effleure transversale

© OL ANG’ELLES

8



Amel 59ème

CARO Simon qui avait quitté l’OL il y a un an après une seule saison lyonnaise pour retrouver son
ancien entraineur de Friburg au Bayern, s’est fait fort de marquer en profitant d’une maladresse de
Bjorki prise de court sur un coup-franc.

But Caro 64ème

Le Bayern mené de 2 buts a essayé de réagir dans la dernière demi-heure mais on n’a jamais senti
l’OL vraiment déstabilisé, la défense renvoyant notamment les 5 centres adressés, 3 fois par Lucy.
Néanmoins, tout le monde étant conscient, les joueuses en premier lieu, qu’il allait falloir hausser le
niveau de jeu pour aller jusqu’en finale et remporter le Titre.

Les ½ Finales
La 1ère demi-finale nous conduisait à retourner à San Sebastian pour le Wolfsburg-Barça, saluer
Kheira Hamraoui, à nouveau Pauline et Lara…et la sélectionneure nationale observatrice pour l’UEFA…

Les tables du petit bar « Gol Donostia » à côté du Reale Arena étaient réservées pour déguster des
tortillas et voir Wolfsburg se qualifier difficilement.

Wolfsburg – Barcelone : 1 - 0

© OL ANG’ELLES

9



Le lendemain à Bilbao, OL – PSG : 1 - 0

(Wendie 67’)

Au stade San Mamès, à nouveau la possibilité de jeter un oeil sur le terrain depuis le bar du stade,
jusqu'au début de l'échauffement des équipes...jusqu'à ce que les rideaux soient tirés...

Comme les chants avaient été audibles des journalistes depuis l’intérieur du stade à la fin du ¼ de
finale, à défaut de ne plus avoir de vue sur le terrain il restait encore la possibilité de se faire peutêtre entendre de l’extérieur.

<- OL : 5 Fr/11, 7/14, 8/21
PSG : 4 Fr/11, 5/14, 8/23 ->
1 seule nouvelle joueuse titulaire
côté PSG, Ramona Bachmann,
2 côté lyonnais, Sakina et Bjorki.

Le PSG a tenté un pressing haut sur les joueuses lyonnaises : ça lui a permis de faire illusion avec une
légère domination territoriale pendant 10 minutes mais sans inquiéter vraiment l’OL, la 1 ère occasion
étant au final lyonnaise à la 12ème minute.
OL

1ère mi-temps
Tirs
Cadrés
Buts
Corners

Situations
dangereuses,
Occasions
nettes

12’,
23’,
24’,
31’,
32’,
39’,

PSG

6
3
1
1
0
0
3
2
6
2
centre Bjorki, reprise Nikita, ras poteau
corner Maro, tête Wendie contrée,
Wendie proche de reprendre dans 6m
centre retrait Delphine,
personne au point de pénalty
coup-franc Maro renvoyé par Dudek,
33’, centre retrait dangereux,
reprise volée Delphine 25m, arrêt Endler
dégagement Sakina devant Bachmann
corner Amel, tête Lucy cadrée
34’, frappe Diani dans surface arrêt Sarah
coup-franc Amel, tête Bjorki de peu à côté

© OL ANG’ELLES

10



Nikita 12ème

Delphine 31ème

Lucy 32ème

Bjorki 39ème

Peu de situations dangereuses de la part du PSG, SARAH affichant une grande sérénité.

33ème Sakina/Bachmann

34ème Frappe Diani, arrêt Sarah

OL

2èmemi-temps
Tirs
Cadrés
Buts
Corners

Situations
dangereuses,
Occasions
nettes

16ème Sarah dribble Bachmann

2
2
1
0
3
53’, coup-franc Maro, déviation tête Bjorki
Kadeisha retenue par Dudek dans 6m
67’, coup-franc Amel, tête Wendie -> but
79’, coup-franc Amel, remise tête Wendie,
ballon circule devant le but

PSG
5
1
0
4
1

83’, centre Diani, tête Kadeisha dans 6m
devant Brünn

Wendie 67ème

Les statistiques sont favorables à l’OL. Néanmoins il y a eu peu d’occasions de but très nettes surtout
en 2ème mi-temps, le PSG ayant dominé les 10 dernières minutes pour tenter de revenir au score sans
à nouveau être vraiment dangereux.
Mais comment se créer des occasions quand systématiquement une faute d’anti-jeu, une agression,
une obstruction ou une faute grossière sont commises dès lors qu’une joueuse parisienne est dépassée
et hors de position.
Fautes commises : PSG : 26 fautes, dont une quinzaine passibles au moins d’un carton jaune.
OL :

11 fautes, dont 2 seules qualifiées d’anti-jeu.

1ère mi-temps :

OL :
PSG :

2’-5’-9’-20‘- -26‘-29‘-12‘-14‘-15‘-17‘-17‘- -24‘- -29‘-30‘-31‘-36‘-38‘-41‘-45+1‘

2ème mi-temps :

OL :
PSG :

-72’- -75’-88’-89’-90’46’-50’-52’-53’-57’-61’-65’-71’- -74’- -76’-79’-80’-91’-

© OL ANG’ELLES

11



Transparentes dans le jeu, Nadim et Bachmann n’ont eu comme fait d’armes commun que de
commettre chacune 2 agressions, fautes d’anti-jeu très en retard sur Sakina, dont une seule-même
des 2 (17ème pour Nadim, 36ème pour Bachmann) aurait dû valoir le carton rouge avec un arbitrage normal.
Nadim

17ème

Bachmann

41ème

30ème

36ème

Comment Sara Dabritz peut-elle finir le match sans un carton ?

15ème tirage maillot Amel

17ème tirage maillot Nikita

31ème tirage maillot Nikita

52ème faute sur Nikita

Comme à tous les matchs, Dudek s’en tire à très bon compte. Geyoro sera la seule à assumer ses 2
fautes d’anti-jeu.
Dudek

Geyoro

38èmetire cheveux de Delphine 53èmeretient Kadeisha 79ème retient Eugénie 29ème stoppe Saki 64ème stoppe Lucy

Sans oublier d’autres contres stoppés avec des fautes, par Morroni sur Lucy (45+1’), par Lawrence sur
Sakina (50’), par Diani sur Amel (61’)…ou les 3 fautes de Parédès dans le dos de Nikita ou d’Eugénie…
…et au final, 1 seul carton jaune de plus pour le PSG…

Au regard de toutes les fautes parisiennes non
sanctionnées d’un carton, celui infligé à Nikita
exaspérée pour une contestation pas si véhémente
a paru abusif. Néanmoins, se sachant avertie,
elle aurait bien sûr dû éviter de commettre une faute
inutile et grossière qui lui a coûté l’expulsion.

52ème

75ème

Mr Echouafni et Mme Parédès,
vous avez regretté l’absence du VAR.
Nous aussi.
Malheureusement pour vous, cela n’aurait pas eu le résultat
que vous faites mine de regretter.
Vous n’auriez certainement pas pu finir le match
avec une seule expulsion et à égalité numérique avec l’OL.
Et si le tirage de maillot de Nadim sur Bjorki qui la conduit à ne
pas pouvoir ajuster sa tête n’avait pu être dévoilé (39ème),
celui de Dudek sur Kadeisha l’empêchant de reprendre le ballon
seule face au but dans les 5,50 mètres (53ème)
n’aurait pu échapper au VAR pour un pénalty indiscutable.

39ème Nadim retient Bjorki

53ème Dudek retient Kadeisha
© OL ANG’ELLES

12



Alors bien sûr, avec le VAR, on peut espérer que vous auriez eu l’intelligence de corriger votre attitude
et votre stratégie négative et destructrice qui aurait dû conduire à 1 ou 2 pénalties et à plusieurs
autres expulsions, mais alors vous auriez dû concéder beaucoup d’autres occasions que vous avez
empêchées par des fautes volontaires, grossières et répétées.
En tout état de cause, c’est l’OL qui méritait de rejoindre la finale…il est bien qu’il en ait été logiquement
ainsi.

La Finale
OL ANG’ELLES aura soutenu l’OL tout au long du tournoi jusqu’à la finale grâce à la présence d’une
quinzaine de ses adhérents, et leurs encouragements sont parvenus jusqu’aux joueuses.

Le Progrès

Instagram Amel

Tweeter Sarah

A San Sebastian, ils avaient rallié pour la 3ème fois leur petit « quartier général » au « Gol Donostia »…

…pendant qu’à Lyon, d’autres s’étaient regroupés au Ninkasi pour vivre cette finale, après avoir
échangé avec les supporters de Wolfsburg qui eux n’avaient pu se rendre en Espagne étant alors
promis à une astreinte de « quarantaine » à leur retour en Allemagne.

Par rapport à la finale de Kiev il y a 2 ans, il restait 7 lyonnaises dans le XI de départ, 5 joueuses
dans celui de Wolfsburg.
10 des 15 lyonnaises ont participé aux 2 matchs, sans compter que Amandine et Selma étaient sur le
banc, donc 12 des 21 lyonnaises étaient déjà dans l’effectif, alors que Ada et Griedge sont absentes
pour blessure.
Du côté allemand, seules 5 joueuses sur 15 ont participé aux 2 matchs, 8 des 22 étaient déjà dans
l’effectif.
© OL ANG’ELLES

13



<- OL : 6 Fr/11, 7/15, 9/21
Wolfsburg: 6 All/11, 10/15, 14/22
->

Du côté allemand, les nouvelles
joueuses étaient sur le banc, 3
sont entrées en jeu : Hendrich,
Oberdorf et Pauline Bremer.

Kathrin Hendrich

Lena Oberdorf

Pauline

Pour Lyon, SAKINA et BJORKI étaient alignées : Bjorki avait eu le choix entre jouer ce Final 8 avec
son ancien club Wolfsburg ou avec l’OL : elle a fait le bon choix.

Bjorki

Sakina

DELPHINE a été la joueuse la plus en vue en 1ère mi-temps. Elle a multiplié dès les premières minutes
des gestes inattendus et spectaculaires et mis en grande difficulté la défense allemande.

2ème dribble aérien

43 ème Grand pont sur Jensen

Ca lui vaudra le trophée de meilleure joueuse de la finale.
1ère mi-temps
Tirs
Cadrés
Buts
Corners
Situations
dangereuses,
Occasions
nettes

OL
8
5
2
2
7
8’, coup-franc Maro,
tête Wendie proche poteau
11’, coup-franc Amel, tête Wendie, dessus
17’, longue ouverture en profondeur Bjorki,
Abt relâche balle devant Maro
18’, frappe Delphine angle fermé, arrêt Abt
25’, centre Delphine,
double frappe cadrée Eugénie, but
43’, frappe Saki 20m, but
45+2’, Eugénie décale Delphine dans surface,
seule, tergiverse trop.

Wolfsburg
3
0
0
2
2
8’, touche longue Blasse déviée par Popp,
Harder dévisse frappe / cage désertée

22’, centre Harder, renvoi contré Kadeisha,
Pajor rate frappe aux abords 6m

Delphine est à la manœuvre sur la superbe action collective qui amène le but d’EUGENIE en 2 temps.

© OL ANG’ELLES

14



Eugénie 25ème

Delphine est aussi à l’origine du 2ème but : son centre pour la tête de Bjorki revient sur Amel puis SAKI.

Sa superbe frappe de 25 mètres du pied gauche a trouvé le petit filet.

Saki 44ème

L’OL s’est procuré d’autres occasions dominant sans contest la 1 ère mi-temps de belle manière avec
une grande qualité de jeu que les précédents matchs n’avaient pas laissé entrevoir et qui a été une
belle promotion pour le football féminin quand beaucoup de regards étaient tournés vers cette finale.

8ème Cf Maro -> Tête Wendie, proche poteau

17èmelongue ouverture Bjorki, Abt relâche balle devant Maro

18ème frappe Delphine

45 +2ème Eugénie décale Delphine en position très favorable

© OL ANG’ELLES

15



Dans le même temps, Wolfsburg a très peu inquiété la défense lyonnaise.

8ème Harder ne profite pas/Sarah avancée
2èmemi-temps
Tirs
Cadrés
Buts
Corners
Situations
dangereuses,
Occasions
nettes

22ème Pajor rate sa reprise seule face à Sarah

OL

Wolfsburg

4
2
1
4

4
1
1
2
1

3

48’, passe en retrait Sakina,
frappe cadrée Eugénie, arrêt 1er poteau
50’, rush Delphine, frappe Eugénie seule à
57’, Harder décale Rolfo, centre, Kadeisha
Entrée 18m, au-dessus
gêne Sarah,frappe Pajor,tête Popp,but
88’, corner Amel, renvoi poings Abt,
frappe Eugénie déviée par Bjorki, but

En 2ème mi-temps, Wofsburg a tenté de réagir, avec davantage de centres qu’en 1 ère mi-temps
(11 contre 5, mais 8 étant renvoyés par la défense lyonnaise, 3 amenant un peu de danger).

Un de ces centres par Rolfo amène le but de Wolfsburg, le centre-tir de Pajor trouvant la tête de Popp.

57ème Popp

Wolfsburg ne s’est pas procuré d’autre réelle occasion, les quelques frappes étant assez désespérées
et loin du cadre, SARAH s’imposant dans sa surface avec autorité et courage.

Comme si l’histoire était écrite, c’est BJORKI qui assure définitivement la victoire en fin de match en
déviant le tir d’Eugénie.

Bjorki 88ème

En fin de match, Jean-Luc Vasseur procède à quelques remplacements « symboliques », avec les
entrées d’ALEX, pour la remercier de sa saison lyonnaise et d’avoir prolongé son contrat pour être
disponible jusqu’à la fin des compétitions, de MELVINE, encouragement pour le futur.

© OL ANG’ELLES

16



Devant 1,7 million de téléspectateurs sur W9 et C+, l’OL remporte sa 7ème Ligue des Championnes,
la 5ème consécutive.

C’était la 3ème des 4 finales contre Wolfsburg remportée, nos meilleures adversaires.

Au micro d’OL TV, JM AULAS : « Ca a été une saison néanmoins difficile, il a fallu tenir compte de ce
coronavirus, arrêter le championnat, on a eu énormément de blessées. Ce soir 4 de nos meilleures
joueuses étaient absentes. C’est peut-être ça la force de l’OL et de l’équipe, c’est d’avoir su se
transcender malgré les absences, Nikita était aussi suspendue, et donc on a préparé l’avenir en allant
chercher un peu partout de nouvelles joueuses… »

JM AULAS : « C’est légendaire on va dire…il fallait chaque année se renouveler, innover, quelques
fois changer les choses, et puis cet esprit, cette résilience à la victoire, cet instinct de se remettre en
cause à chaque fois, a permis, même si l’équipe de Wolfsburg était très forte ce soir, de réussir un
match tout-à-fait étonnant et on repart à Lyon avec une 5ème Champion’s league consécutive ce
qui était absolument incroyable, et la 7ème dans les bagages de l’OL. »

C’était la 1ère Coupe d’Europe remportée pour certaines lyonnaises.

Bjorki

Sakina

Nikita

Alex

© OL ANG’ELLES

Jodie

Janice

Jessica

Manon

17



3 Coupes d’Europe

Lucy (en 3 saisons) Shanice(3 saisons)

Selma (3)

4 Coupes

Melvine (3 saisons)

Kadeisha (4 saisons)

5 Coupes d’Europe

Maro (4 avec l’OL, Saki (7 saisons) Delphine (6 saisons)
1 Francfort)

6 Coupes

Griedge (5)

Ada (6 saisons)

Amandine
(12 saisons)

Si 3 lyonnaises ont participé aux 7 finales, Eugénie, Sarah et Wendie, 4 comptent les 7 Titres
européens à leur palmarès, avec Amel qui elle a participé à 5 des finales.

(14 saisons)(11 saisons) (10 saisons)

(10 saisons)

JM AULAS : « On ira savourer la victoire quand ça ira un peu mieux, on est toujours dans une période
difficile avec le coronavirus, donc faut savoir admettre la réalité…la réalité c’est qu’il y a un
championnat qui démarre, et dès dimanche on sera là ! ».

Clin d’oeil… Bravo à l’OL féminin
Un jeu de maillot spécial pour le match de Ligue 1 OL-Nîmes
a permis d’exprimer l’hommage de tout le club
pour la performance des féminines
qui rentrent dans la légende du football.

Sarah-Lopes

Amandine–Cherki

Wendie–Denayer

Sara–Caqueret

Kadeisha–Marcelo Griedge–Diomandé

Shanice–Bruno

© OL ANG’ELLES

Melvine-Depay

Griedge–Dubois

Delphine–Dembélé

Amel–Cornet

Eugénie-Toko

18



Coup de projecteur… « Les joueuses # Pas là pour danser »
Un film portant le regard sur l’OL féminin ne pouvait pas trouver meilleure opportunité pour être
proposé au public qu’au moment où cette équipe entre dans la légende du sport.
Synopsis : L’équipe féminine de L’Olympique Lyonnais s’est imposée au fil des
années comme une des meilleures équipes de football au monde.
D'entraînements en compétitions, de doutes en victoires, ce film plonge pour la
première fois au coeur du quotidien de ces joueuses d’exception.
Une invitation à porter un nouveau regard sur la place faite aux femmes dans le
sport : un univers où les valeurs de respect et d’ouverture seront les piliers de
l’évolution vers l’égalité.

19.4.28 Chelsea

Nous avons été les témoins, et parfois occasionnellement acteurs, des tournages de Stéphanie Gillard
entre Février et Mai 2019.

19.4.28 Chelsea

19.3.14 Entrainement

19.5.18 Kiev

Première : « On a découvert Stéphanie Gillard en 2018 avec The Ride, un passionnant documentaire
sur le peuple sioux des grandes plaines du Dakota. La voici de retour au milieu d’une autre tribu.
La meilleure équipe de foot féminine de France et d’Europe : l’Olympique lyonnais. ()
Sans forcer le trait, sans la moindre voix off explicative, elle raconte une magnifique histoire de
transmission entre les différentes générations de joueuses et signe une œuvre d’autant plus féministe
qu’elle suggère plus qu’elle ne martèle les différences de traitement entre hommes et femmes dans
ce sport roi. () Emballant et pertinent, un documentaire à ne pas rater ! ».
Le film a été plutôt bien reçu par la presse.
Libération : « Les joyeuses : l’OL est une équipe qui gagne, qui ne fait que ça d’ailleurs (encore
dernièrement avec une septième Ligue des champions) et qui le fait dans une ambiance d’apparente
insouciance. L’ambition de la réalisatrice et de sa productrice, Julie Gayet, était aussi d’immortaliser
cette radieuse dynastie. ()
Film de vestiaire, film de terrain, film de cour de récré même, les footballeuses allant prôner la mixité
de leur sport dans des écoles : à force de courir après tous les ballons, « les Joueuses » s’essouffle
pour finalement se raccrocher au fil du résultat sportif, tout en étant pourtant amputé des images de
finales (nb : pour des problèmes de droits).()
La défaite ayant aussi disparu de la feuille de match, cela ne pourrait donner qu’un best-of des coulisses
d’une saison réussie, n’était l’obsession de Stéphanie Gillard pour la question de la transmission ».
Télérama : « Les témoignages des joueuses nous éclairent sur leur parcours, leur envie de
transmettre, leurs victoires et leurs difficultés. Mais c’est peut-être dans sa manière de filmer la beauté
et la dureté de ce sport, d’être au plus près des contacts et des mouvements, que Stéphanie Gillard
marque le plus de points ».

© OL ANG’ELLES

19



Le Dauphiné Libéré : « C’est aussi le portrait d’un club où les équipes masculines et féminines sont
traitées sur un pied d’égalité ».
Les Echos : « () Nous sommes dans le stade, les vestiaires, les autocars… dans une bulle de sport et
d'efforts. La caméra colle aux crampons, aux visages qui s'épuisent, puis s'illuminent lorsque le ballon
file dans les filets. Pulsé par une musique de Benjamin Biolay, le montage épouse le souffle des
footballeuses.()
Toutes ont conscience d'écrire une histoire plus grande que leur carrière… plus grande même que
le football. Car au-delà du sport se dessine le combat de toutes les femmes. Pas simplement pour
l'égalité des salaires, mais d'abord pour le respect », confie la Galloise Jessica Fishlock, tranquille et
puissante.
La Croix : «Synonyme de combat pour les droits des femmes, le signe # est inclus dans le titre de ce
documentaire. Tout sauf un hasard, car c’est bien de respect pour la vie de ces femmes ayant choisi
le football pour métier qu’il s’agit. L’expression « pas là pour danser » fait référence à la faute de
goût d’un disc-jockey animant la soirée d’attribution du premier Ballon d’or féminin en 2018. Il s’était
adressé à la lauréate, la Norvégienne Ada Hegerberg, en lui demandant si elle savait twerker (danser
de manière sensuelle). S’attirant un « non ! » cinglant relayé dans le monde entier. ()
Alors #respect pour ces filles et ce film délicat qui leur rend un hommage justifié. ».
France Info : « () La professionnalisation du football féminin est très récente. L’Olympique Lyonnais
se dote d’une équipe féminine en 2004 et les contrats professionnels commencent en 2009. Dans les
vestiaires de l’OL, certaines joueuses ont vécu ces changements en première ligne - Wendie Renard,
Amandine Henry ou Eugénie Le Sommer. Ada Hegerberg et la galloise Jessica Fishlock résument les
problèmes persistants dans la profession en un seul mot : le respect. Pour avancer, il faut que le
milieu respecte les footballeuses puis l’argent et les infrastructures suivront. ()
« Les Joueuses » nous présente, avec succès, des personnalités attachantes et une équipe soudée qui
imprime sa marque dans le football depuis plusieurs années. Des modèles pour la prochaine génération
de petites filles qui aiment le ballon rond. ».

Tout juste auréolées d’un nouveau titre européen, les joueuses ont participé au lancement du film, au
Festival d’Angoulême et lors d’une avant-première au cinéma Pathé-Vaise.

Elle : « On a très envie, après avoir visionné ce documentaire, de continuer à suivre de près cette
équipe si talentueuse et soudée ».

Rédaction : Dominique MALLEN
Photos : Dominique MALLEN, Guillaume CHARTON, Sylvie NUZIERE.

© OL ANG’ELLES

20


Fleepit Digital © 2020