Magazine Commune Passion



N° 44

JUILLET - AOÛT - SEPTEMBRE 2020

LE MAGAZINE QUI FAIT ECHO
AUX DECIDEURS POLITIQUES ET ÉCONOMIQUES
DE LA LOIRE

DOSSIER

La fibre
dans la Loire
PAGE 6

CENTRE DE GESTION
KÉSAKO ?

LE VÉLO
GRAND GAGNANT DU DÉCONFINEMENT

PAGE 12-14

PAGE 15

EVADEZ-VOUS ICI
PAGE 16-17



Matériaux de construction
Gravières - carrière
Béton prêt à l’emploi
Fabrication PRODUITS BÉTON
Aménagement extérieur
Second œuvre
(cloison, plafond, isolation)
Transport
Menuiserie

NOUVEAU !
Les Gabions
Pré-remplis,
prêts à être posés

04 77 55 21 35

www.thomas-sograma.com



édito

Héros du quotidien
Dans la Loire comme ailleurs, la Covid 19 a frappé. Dans la Loire
comme ailleurs, les premières victimes sont tombées. Dans la
Loire comme ailleurs, malgré les atermoiements de certains
décideurs nationaux, les failles béantes de notre système de
santé et la méconnaissance effrayante des caractéristiques
de l’ennemi, il a fallu faire face à l’indicible. Et tout à coup, sur
le terrain, au plus près de chacun d’entre nous, nous avons
découvert sur qui nous pouvions compter pour nous défendre,
nous protéger, nous secourir, nous sauver et préserver certainement des milliers de vies.
Nous avons identifié les véritables héros de ce drame. Les personnels soignants tout
d’abord, femmes et hommes dévoués, courageux, oublieux d’eux-mêmes qui ont su au
péril de leurs propres existences, dans des conditions souvent précaires et avec des moyens
généralement insuffisants, prendre soin de nous. Les commerçants de proximité qui ont
permis, eux aussi dans des conditions dangereuses, que nous puissions tout simplement
nous ravitailler, nous soigner, et continuer une existence « presque » normale. Les anonymes
de nos services publics, souvent oubliés, qui ont assuré avec une conscience professionnelle
et une efficacité irréprochable, leurs missions d’ordre, de protection, d’hygiène, d’éducation,
et permettre nos approvisionnements en énergie et le bon fonctionnement de nos systèmes
de communication. Les encadrants et soignants de nos ainés, qui ont fait preuve eux aussi
d’un courage admirable, les associations et tous leurs bénévoles, les simples particuliers
ou les entrepreneurs ingénieux et généreux qui ont confectionné masques et protections,
solutions hydroalcooliques et divers virucides, et les autres, tous les autres…
Sans oublier nos élus de proximité qui ont dû assumer sans moyens adaptés et sans
directives claires une crise sans précédent. Et pourtant, là aussi, les élus et ceux qui ne
l’étaient plus ou pas encore complètement, ont fait preuve de courage, d’abnégation,
d’efficacité et de sens du devoir, prenant des décisions généralement difficiles, parfois
clivantes, souvent impopulaires, parce que leur seule ambition était de servir leur territoire,

leur commune, leurs concitoyens et de préserver eux aussi des vies tout en facilitant le
quotidien de chacun parfois très compliqué.
Cette crise nous aura ainsi appris beaucoup sur nous et sur les autres, sur certaines valeurs
dévaluées remises au goût du jour comme le courage, la volonté, la générosité et la
fraternité, sur cette humanité qui semblait avoir oublié sa fragilité et sur son enthousiasme
malsain à abimer la nature.
Heureusement, et une multitude de héros du quotidien nous l’ont rappelé, il y a dans
l’être humain, des ressources insoupçonnées. De celles dont nous allons avoir besoin pour
affronter la crise économique qui déferle sur le monde, de celles qui vont nous permettre
de vaincre la Covid19 et d’éviter qu’une nouvelle catastrophe submerge le genre humain,
des ressources en intelligence, en sagesse, en écoute, en partage, en courage et en volonté.
Des ressources qui vont nous servir à construire l’avenir, un avenir espérons-le, meilleur.
Pour ce qui nous concerne, nous, l’équipe de votre magazine, nous avons voulu donner une
modeste touche nouvelle à cet avenir. Nous avons amélioré la maquette de Commune
Passion, nous avons essayé de le rendre encore plus clair, complet, enrichissant pour les
uns et les autres, utile, autant pour les anciens élus que pour les nouveaux, respectueux
du travail accompli par certains qui n’ont pas voulu se représenter ou qui ont été battus,
à l’écoute de toutes et de tous, promoteur de bonnes idées, d’initiatives audacieuses, de
décisions déterminantes.
Ce magazine est le vôtre, vous le recevrez nominativement quatre fois par an et nous
comptons sur vous pour nous aider à l’améliorer encore par vos critiques et vos suggestions.
Nous vous souhaitons bonne lecture, et espérons vous rencontrer nombreux au prochain
Salon Commune Passion prévu le 31 octobre 2020, au Centre des Congrès de Saint-Étienne
qui devrait se tenir, si tout va bien, pendant le congrès des maires de l’AMF42.
À bientôt.
Rémi Pupier

Au sommaire
N° 44

JUILLET - AOÛT - SEPTEMBRE 2020
4

Observatoire de la démographie

6  Fibre dans la Loire
La

18_21 REVUE POLITIQUE
AMF42
CENTRE DE GESTION
Femmes élues

10 
Portrait : Sandra Creuzet
11

Portrait : Jean-François Barnier

12

Centre de Gestion

15

Le Vélo grand gagnant du déconfinement

16

Evandez-vous ici !

18

Les formations de l’AMF 42

10_11 portraits
SANDRA CREUZET
JEAN-FRANÇOIS BARNIER

Page 16-17

20 
Centre de Gestion : remplacer un agent ou renforcer
temporairement son équipe
21

Directeur de publication : Rémi Pupier
Rédacteurs : Maurice Duchesne, Celine Mazet,
Sylvain Thizy
Crédit photo : Maurice Duchesne, Céline Mazet,
Georges Rivoire, X.
N°ISSN : 2114-5776 - dépôt légal à parution N° de commission paritaire en cours.
Toute reproduction même partielle des articles
et illustrations est interdite, sauf autorisation
préalable.
L’éditeur n’est pas responsable des éventuelles
erreurs typographiques, de photos ou de
publicités qui engagent la seule responsabilité
de leurs auteurs.
Imprimé dans la Loire
7 000 exemplaires distribués nominativement
par la poste.
Création de la maquette :
R’COM… Graphisme

Femmes élues : vigilance égalité

Mission Communication
21, rue Bel-air - 42000 Saint-Etienne
SARL - Siret 495 106 338 00017 - APE 7311Z
06 05 142 142 - remipupier@e-mission.fr

Retrouvez chaque jour l’actualité
économique et politique de votre
département sur
www.e-communepassion.fr

evadez-vous ici !



POPULATION
commune

POPULATION

la démographie !

Observatoire de

Avec plus de 760 000 habitants, la
Loire est le 4e département de la
Région Auvergne-Rhône-Alpes
(4° région de France) devant
le Puy-de-Dôme et derrière
la Haute-Savoie. Il se situe au 9e
rang régional pour sa dynamique
démographique.
Le péri-urbain toujours en forte
croissance
Ce sont les territoires périurbains qui portent la croissance
du département. Loire Forez
agglomération, les Monts du
Lyonnais, Forez-Est et le Pilat
Rhôdanien concentrent plus
de 70% du nombre d’habitants
supplémentaires alors qu’ils
ne représentent que 30% de la
population ligérienne.
Plus d’habitants dans la
Métropole Stéphanoise SaintEtienne Métropole compte
3 000 habitants de plus en

très soutenue et intégralement
portée par une croissance
exogène. Elle se caractérise par
une vocation plutôt résidentielle,
la présence de ménages très aisés
à structure plutôt familiale et une
très forte tension sur le marché du
logement.
Montbrison présente une
croissance modérée mais régulière
depuis plus de 30 ans. C’est
un pôle d’emploi local qui se
caractérise par une mixité sociale
de ses habitants et une pyramide
des âges plutôt vieillissante qui
pourrait faire prochainement
basculer son solde naturel dans le
rouge.

2017 qu’en 2012. C’est le 1er pôle
d’emploi du département avec
60% des emplois ligériens.
Roannais : coup d’arrêt à la
progression, le Roannais stabilise
sa population entre 2012 et
2017. Le solde naturel cependant
positif compense tout juste des
sorties du territoire supérieures
aux entrées. Avec près de 41 000
emplois, l’agglomération constitue
le second pôle d’emploi du
département.
Saint-Just-Saint-Rambert a
doublé sa population en 60 ans.
Sa dynamique récente est encore

Firminy est la ville ouvrière par
excellence. Sa population se
maintient car l’excédent migratoire
compense tout juste le déficit
naturel expliqué par la présence
de nombreux établissements
pour personnes âgées. Pôle
d’emploi local, elle est habitée en
majorité par des classes sociales
modestes. Son parc immobilier
montre une vacance structurelle
caractéristique des villes de
tradition industrielle, que les
politiques locales de l’habitat n’ont
pas encore réussi à endiguer.

Sources EPURES MAI 2020
Rémi PUPIER

44% DES LIGÉRIENS VIVENT
dans 1 des 10 communes
d’au moins 10 000 habitants
3 villes attractives : 3 profils différents
Dans les villes, c’est souvent l’effet endogène, produit par la population
en place, qui porte l’évolution de la population. De la mixité de la
population par âge résulte un solde naturel positif qui s’associe souvent
à un solde migratoire déficitaire. Dans la Loire, 3 villes se révèlent
attractives bien que présentant des profils très différents.

LE PROFIL SOCIO-DÉMOGRAPHIQUE DES EPCI DU DÉPARTEMENT DE LA LOIRE
SAINT-ETIENNE MÉTROPOLE
Nombre d’habitants (en 2017) : 404 000
Variation absolue entre 2012 et 2017 : 2 900
Taux de vacances : 10%
Poids des ménages d’une seule personne : 40%
Nombre d’emplois en 2016 : 165 100
Nombre d’emploi pour 1 actif : 1,0
Cadres : 22 230
Ouvriers : 43 750
Nombre d’ouvriers pour 1 cadre : 2
Revenu médian déclaré en 2016 : 18 800

CC Charlieu-Belmont
CC Charlieu-Belmont

CA Roannais Agglomération
CA Roannais Agglomération

Hommes

Hommes

Femmes

CC du Pays entre
Loire et Rhône

CC du Pays
d'Urfé

CA LOIRE FOREZ AGGLOMÉRATION LFA
Nombre d’habitants (en 2017) : 110 000
Variation absolue entre 2012 et 2017 : 4 070
Taux de vacances : 9%
Poids des ménages d’une seule personne : 30%
Nombre d’emplois en 2016 : 30 800
Nombre d’emploi pour 1 actif : 0,6
Cadres : 5 140
Ouvriers : 13 250
Nombre d’ouvriers pour 1 cadre : 3
Revenu médian déclaré en 2016 : 20 500
Femmes

99
92
85
78

50
43
36
29
22
15
8
1

4000

CC de Forez-Est
CC de Forez-Est

3000

2000

1000

0

1000

2000

3000

4000

1000

CC DE FOREZ-EST

CC des Monts
du Lyonnais

Saint-Etienne Métropole
CC du Pilat
Rhodanien

Hommes

500

71
64
57
50
43
36
29
22
15
8
1

0

500

1000

Nombre d’habitants (en 2017) : 23 000
Variation absolue entre 2012 et 2017 : -160
Taux de vacances : 10%
Poids des ménages d’une seule personne : 32%
Nombre d’emplois en 2016 : 6 700
Nombre d’emploi pour 1 actif : 0,6
Cadres : 770
Ouvriers : 3 490
Nombre d’ouvriers pour 1 cadre : 5
Revenu médian déclaré en 2016 : 19 500

Femmes

Femmes
99
92
85
78

CC CHARLIEU-BELMONT

Nombre d’habitants (en 2017) : 64 000
Variation absolue entre 2012 et 2017 : 1 860
Taux de vacances : 9%
Poids des ménages d’une seule personne : 30%
Nombre d’emplois en 2016 : 20 500
Nombre d’emploi pour 1 actif : 0,7
Cadres : 2 960
Ouvriers : 7 880
Nombre d’ouvriers pour 1 cadre : 3
Revenu médian déclaré en 2016 : 20 300

CA Loire Forez
agglomération

Hommes

97
91
85
79
73
67
61
55
49
43
37
31
25
19
13
7
1

71
64
57

CC des Vals
d'Aix et Isable

CA ROANNAIS AGGLOMÉRATION
Nombre d’habitants (en 2017) : 100 000
Variation absolue entre 2012 et 2017 : -180
Taux de vacances : 11%
Poids des ménages d’une seule personne : 39%
Nombre d’emplois en 2016 : 40 800
Nombre d’emploi pour 1 actif : 1,0
Cadres : 4 170
Ouvriers : 11 460
Nombre d’ouvriers pour 1 cadre : 3
Revenu médian déclaré en 2016 : 19 200

Hommes

1000

500

0

CC DU PILAT RHODANIEN

Femmes

Hommes

Femmes

99
92
85
78

99
92
85
78

71
64
57

71
64
57

71
64
57

CC DES MONTS DU PILAT

CC DU PAYS ENTRE LOIRE ET RHÔNE

Nombre d’habitants (en 2017) : 15 000
Variation absolue entre 2012 et 2017 : -220
Taux de vacances : 10%
Poids des ménages d’une seule personne : 31%
Nombre d’emplois en 2016 : 3 500
Nombre d’emploi pour 1 actif : 0,5
Cadres : 930
Ouvriers : 1 700
Nombre d’ouvriers pour 1 cadre : 2
Revenu médian déclaré en 2016 : 21 000
Hommes

Nombre d’habitants (en 2017) : 14 000
Variation absolue entre 2012 et 2017 : 230
Taux de vacances : 12%
Poids des ménages d’une seule personne : 29%
Nombre d’emplois en 2016 : 3 600
Nombre d’emploi pour 1 actif : 0,6
Cadres : 400
Ouvriers : 1 810
Nombre d’ouvriers pour 1 cadre : 5
Revenu médian déclaré en 2016 : 19 200
Hommes

Femmes

0

200

400

200

600

CC DES VALS D’AIX ET ISABLE
Nombre d’habitants (en 2017) : 6 000
Variation absolue entre 2012 et 2017 : 0
Taux de vacances : 12%
Poids des ménages d’une seule personne : 33%
Nombre d’emplois en 2016 : 1 800
Nombre d’emploi pour 1 actif : 0,7
Cadres : 230
Ouvriers : 710
Nombre d’ouvriers pour 1 cadre : 3
Revenu médian déclaré en 2016 : 18 000

Femmes

1

1

1

200

22
15
8

22
15
8

22
15
8

400

50
43
36
29

50
43
36
29

50
43
36
29

600

Hommes

100

0

100

200

200

CC DES MONTS DU LYONNAIS*
Nombre d’habitants (en 2017) : 5 000
Variation absolue entre 2012 et 2017 : 160
Taux de vacances : 6%
Poids des ménages d’une seule personne : 22%
Nombre d’emplois en 2016 : 600
Nombre d’emploi pour 1 actif : 0,3
Cadres : 200
Ouvriers : 600
Nombre d’ouvriers pour 1 cadre : 3
Revenu médian déclaré en 2016 : 20 200
Hommes

Femmes

150

100

50

0

Femmes

Hommes

150

200

Femmes

99
92
85
78

99
92
85
78

99
92
85
78

99
92
85
78

71
64
57

71
64
57

71
64
57

71
64
57

50
43
36
29

50
43
36
29

22
15
8

22
15
8

1

50

100

CC DU PAYS D’URFÉ

71
64
57

100

50

Nombre d’habitants (en 2017) : 5 000
Variation absolue entre 2012 et 2017 : 60
Taux de vacances : 13%
Poids des ménages d’une seule personne : 35%
Nombre d’emplois en 2016 : 1 600
Nombre d’emploi pour 1 actif : 0,7
Cadres : 120
Ouvriers : 630
Nombre d’ouvriers pour 1 cadre : 5
Revenu médian déclaré en 2016 : 17 400

92
85
78

1

99

150

1000

Nombre d’habitants (en 2017) : 17 000
Variation absolue entre 2012 et 2017 : 470
Taux de vacances : 8%
Poids des ménages d’une seule personne : 30%
Nombre d’emplois en 2016 : 4 200
Nombre d’emploi pour 1 actif : 0,5
Cadres : 1 090
Ouvriers : 2 020
Nombre d’ouvriers pour 1 cadre : 2
Revenu médian déclaré en 2016 : 22 000

99
92
85
78

CC des Monts du Pilat

500

0

50

100

150

150

100

50

50
43
36
29

50
43
36
29

0

50

100

150

50

22
15
8

1

1

100

50
43
36
29

22
15
8

22
15
8

150

0

50

100

150

60

40

20

0

20

40

60

* Dans cette publication, seules sont prises en compte les 7 communes
ligériennes appartenant à la Communauté de Communes des Monts du
Lyonnais qui en compte 32 au total.

Sources : INSEE, RP 2012, 2016, 2017, FiLoSoFi

4

1

60

40

20

0

20

40

60

mai 2020



8-10 Rue Gustave Delory
42000 Saint-Étienne

+33 (0)4 81 64 01 14
signature-gt.fr



LA FIBRE
commune

Des

DOSSIER : LA FIBRE DANS LA LOIRE

zones d’activités…

En 2005, le Conseil Général de la Loire
œuvrait pour le développement
économique et l’implantation des
entreprises. La fibre optique fût
l’une des clefs de sa politique
d’attractivité.
Alors que 50% des ménages
français bénéficiaient d’un
accès à Internet, - en ADSL pour
les mieux lotis - la collectivité
départementale, présidée
par le futur garde des Sceaux
Pascal Clément, lançait une
opération visionnaire : connecter
les zones d’activités à la fibre
optique, technologie plus
qu’innovante à l’époque. Pour
ce faire, la société Lotim, filiale
du groupe Bouygues, se vît
confier les travaux dans le cadre
d’une délégation de service
public. Pas moins de 140 zones
d’activités seront connectées
grâce à un réseau de 700 km.
2 600 entreprises ligériennes
bénéficient depuis d’une
connexion en très haut débit.
Depuis, le département engage

une politique de développement
Numérique ambitieuse, cadrée
dans le Schéma Directeur
Territorial d’Aménagement
numérique (SDTAN).
… aux habitants de la Loire
En 2009, l’Etat sollicite les
opérateurs privés afin de
développer la fibre optique sur
les territoires. Dans la Loire,
c’est Orange qui se positionne
pour desservir à terme les
agglomérations de Saint-Etienne
et de Roanne, soit 49 communes
sur 327.
Œuvrant depuis 1950 pour
l’électrification du territoire de
manière non discriminante et
appliquant ce que l’on appelle

6



LA FIBRE

la péréquation, le SIEL-TE s’est
toujours positionné sur les
domaines innovants que ce
soit en matière d’économies
d’énergie fin des années 90, ou
le développement des énergies
renouvelables notamment le
solaire et le bois début 2000.
Aussi, dès 2010 le sujet du
Très Haut Débit expérimenté
dans l’Ain avec une maîtrise
d’ouvrage par le syndicat
d’énergies SIEA a séduit le
Président de l’époque, le
sénateur Bernard Fournier,
également 1er vice-président
du Conseil Général, président
des Maires ruraux et ardent
défenseur des campagnes et
de la solidarité territoriale. Les
élus du SIEL-TE se rendent alors
plusieurs fois dans l’Ain afin de
s’enrichir de cette expérience
pionnière. Fort de l’expertise du
SIEL-TE en matière de réseaux
secs, ce dernier s’est rapidement
positionné sur la desserte
de l’ensemble du territoire
ligérien en fibre optique,
technologie de pointe, garante
d’un aménagement ambitieux
de la Loire d’un point de vue
économique, social, éducatif et
touristique
Après la mise au point d’un
schéma directeur pour
valider les objectifs du projet,
Le président Fournier  s’est
rapproché du Conseil Général

pour exprimer sa volonté de
fibrer toute la Loire, notamment
les zones rurales, peu rentables
pour les opérateurs privés, pour
privilégier la cohésion et la
mutualisation départementales.
Le projet du SIEL-TE est
ambitieux et encore inédit en
France : fibrer 170 000 locaux
jusque dans les logements,
avec l’installation de la prise principe qui aujourd’hui encore
fait figure d’exception, la prise
étant en général posée par les
fournisseurs d’accès Internet.
Et tout cela en 5 ans entre 2015
et 2020 ! Dans les plus hautes

Le vice-président du
Département Georges Ziegler,
conscient de l’intérêt de ce projet
pour l’attractivité de la Loire,
adhère de suite à cette opération
et soutient avec ferveur
l’impulsion locale.
Pour réussir ce programme
et notamment le financer,
le SIEL-TE doit mobiliser des
participations de l’État, de la
Région et principalement des
EPCI de la Loire qui devront
apporter environ le tiers de
l’enveloppe d’un projet estimé à
280 millions d’euros.

Pour réussir ce programme
et notamment le financer,
le SIEL-TE
doit mobiliser des participations
de l’Etat, de la Région
et principalement des EPCI de la Loire.
sphères jusqu’au niveau local,
ils sont nombreux à douter de la
réalisation d’un tel programme ;
c’est sans compter sur
l’obstination et la détermination
des équipes du SIEL-TE.

Bernard Fournier  et Bernard
Laget, vice-président du SIEL-TE,
avec l’appui de Georges Ziegler,
prennent alors leur bâton de
pèlerin afin de convaincre les 17
présidents des EPCI de la Loire.
Si des présidents se sont de suite
emparés de cette opportunité
pour leur territoire, pour d’autres,
plusieurs rencontres furent
nécessaires et la prise de décision
fut parfois laborieuse au vu de
l’enjeu financier
Il est conclu que les EPCI
participeront à hauteur de
540 € pour chaque prise, le
coût moyen départemental
étant d’environ 2000 € par
raccordement. Le principe de la
péréquation, intégré au projet,
implique que le raccordement
d’une maison isolée dans le
Haut-Forez sera financé au
même prix que celui d’un

7

appartement à AndrézieuxBouthéon. Cette position
permettait de ne pas créer une
nouvelle fracture numérique
en défavorisant des secteurs
excentrés et surtout d’offrir
à chacun les services d’une
technologie de pointe répondant
au monde de demain avec le
développement des pilotages à
distance pour tous types d’usage
Grâce à cette démonstration
d’unité territoriale et
d’engagement des élus de
l’ensemble du territoire, l’État
et la Région ne tardent pas à
valider leur participation.
En 2014, le projet THD42 est
retenu par l’Etat dans le cadre
du Plan France Très Haut Débit.
Il pourra dès lors bénéficier du
Fonds pour la Société Numérique
à hauteur de 65 millions d’euros.
La Région s’engage pour 23
millions d’euros et le SIEL-TE
engagera sur fonds propres
environ 100 millions d’Euros.
En 2016, la commune de Bonson
sera la première à être volontaire
pour être fibrée, dans le cadre
d’une expérimentation. Environ
1500 prises sont installées
chez les habitants et dans les
entreprises. Un seul bémol,
aucun fournisseur d’accès
Internet (FAI) n’est encore
positionné sur la Loire et le
faible potentiel commercial
de l’époque ne suscite pas leur
appétence. Qu’à cela ne tienne,
Le Maire Joseph Deville et le
SIEL-TE décident de créer un
service communal d’accès
au Très Haut Débit. Des box
sont fournies gratuitement
aux habitants, qui quelques
mois plus tard, pourront enfin
s’abonner auprès d’un « vrai »
FAI, avec l’arrivée de Nordnet,
filiale d’Orange.
Suite à cette première
expérience, tout s’accélère, non
sans quelques déconvenues
techniques ou réglementaires.
Mais globalement, le calendrier
est tenu. 18 entreprises



LA FIBRE
commune

DOSSIER : LA FIBRE DANS LA LOIRE

réseau déployé par LOTIM a
servi de colonne vertébrale pour
la collecte du réseau d’initiative
publique THD42.
Le réseau créé par le SIEL-TE est
confié, au fur et à mesure de son
déploiement, à la société THD42
Exploitation, filiale d’Axione,
dans le cadre d’une délégation
de service public en affermage.
Celle-ci a pour mission de
commercialiser le réseau auprès
des FAI. Elle doit également
l’entretenir et assurer son bon
fonctionnement.
Au fil des mois, les zones
éligibles se multiplient et
plusieurs « petits » fournisseurs
d’accès Internet proposent leurs
offres. Ce n’est qu’en février 2018
qu’un premier FAI d’envergure
nationale fait son entrée et ce
sera Bouygues Télécom.

et 600 personnes sont
fortement mobilisées pour la
construction du réseau
tout fibre.
Le choix est fait de réutiliser
un maximum d’infrastructures
existantes pour y accrocher ou
glisser plus de 10 500 km de
fibre : les poteaux et conduites
Orange, les poteaux électriques,
propriété du SIEL-TE et confiés à
Enedis. Environ 25% du réseau
passera ainsi sur de nouvelles
infrastructures. Le premier

Les communes ont la fibre
et aiment le faire savoir.
Pour cela le SIEL-TE
créé et dépose
le label
« communes fibrées ».

en bref
Organisé en partenariat avec l’EPA Saint-Étienne, le sujet du Prix d’Architecture 2019-2020
était : une toiture active pour le parking des Ursules. Les participants devaient proposer un
aménagement permettant à la fois l’installation de nouveaux usages et une meilleure insertion
paysagère de ce lieu stratégique.
C’est l’équipe Alternatives qui remporte ce 7e Prix d’Architecture. Ursules en partage. Le
projet de l’équipe lauréate s’inscrit dans une démarche participative « bottom-up ». Ainsi, une
douzaine d’entretiens ont été réalisés avec les habitants et les acteurs associatifs locaux afin
de proposer un projet au plus près des besoins réels. À partir de ces concertations, 4 scénarios
ont été réalisés : « Parc’ursules » qui propose de remettre la nature en ville, « Fest’ursules »
qui envisage les Ursules comme un lieu festif et convivial, « Jardi’ursules » qui promeut une
toiture productrice d’alimentation grâce à des potagers, et enfin « Sport’ursules », qui explore
les usages liés aux cultures urbaines et au sport. De ces quatre scénarios nait une synthèse :
«Les Ursules en partage, un lieu mixte rythmé par les usages divers et les habitants du quartier,
un espace ouvert à tous et convivial en cœur de ville». La proposition s’attache à mettre en
œuvre des matériaux locaux, notamment le bois sous forme
de structures, poteaux, poutres, associé à des éléments en pisé.

8

En novembre 2018, Bernard
Laget, président du SIEL-TE,
annonce officiellement le
100 000ème foyer ligérien éligible
à la fibre. L’élu anime chacune
des 162 réunions publiques
et qui réunissent entre 200 et
600 habitants chaque soir. La
dernière de ces réunions s’est
déroulée à La Fouillouse. Au
total, 49 500 ligériens y ont
participé. Un centre d’appel
est créé en interne au SIEL-TE



LA FIBRE

afin de répondre jusqu’à 3000
sollicitations mensuellement.
Le tant attendu opérateur
Orange fait enfin son entrée,
alors que le réseau est construit
au trois quart, en juillet 2019. Le
SIEL-TE porte des campagnes
de promotion de la fibre dans la
Loire afin d’inciter les habitants
à demander leur prise gratuite
et à s’abonner. Fin 2019, 10 FAI,
dont l’intégralité des « grands
FAI » pouvaient proposer leurs
forfaits aux habitants. Le choix
de pré-installer les prises s’avère
gagnant avec un taux de
commercialisation, au-delà de
toutes les tendances nationales.
Début 2020, 60 000 ligériens
profitaient de la fibre avec un
gain de 100 abonnés par jour.
L’arrivée de ces « grands FAI »
est sans conteste une très bonne
nouvelle pour la crédibilité du
réseau et sa commercialisation.
Il n’empêche que le modèle
ligérien reste pionnier et que
leur procédure « urbaines »
nationales s’accommodent
mal des spécificités du réseau
rural THD42, réseau public
qui n’est pas leur propriété. Le
SIEL-TE entreprend dès lors un
dialogue continu avec les FAI
afin d’améliorer le service rendu
aux usagers.

Les communes ont la fibre et
aiment le faire savoir. Pour
cela le SIEL-TE créé et dépose
le label « communes fibrées ».
Ainsi, à l’instar des communes
fleuries, plus de 100 communes
ligériennes ont d’ores et déjà
mis en place des panneaux
« commune fibrée ».
Les travaux de ce réseau
unique en France s’achèvent au
printemps 2020 et d’autres défis
sont devant le SIEL-TE : la vie
du réseau, son parfait entretien
par le délégataire THD42
Exploitation, le raccordement
des nouvelles constructions, la
sécurisation des infrastructures
et la dissimulation des lignes les
plus sensibles.
Les partenariats et le dialogue
vont se poursuivre avec les EPCI
et le Conseil départemental
car le SIEL-TE ambitionne
maintenant de compléter
son action en développant
un réseau d’objets connectés
dans les territoires, notamment
pour le suivi et la gestion des
services publics. Smart-city et
smart village seront donc au
programme dans les mois à
venir. A suivre…

9



PORTRAIT
commune

PERSONNALITÉ

Sandra Creuzet,

une élue de proximité
En mars dernier, la jeune conseillère
régionale de 34 ans a été élue
première femme maire du Coteau
(57,21%.) Mandataire judiciaire
à la protection des majeurs au
centre hospitalier de Roanne, elle
s’investit avec passion tant au plan
professionnel qu’au plan politique.
Son credo : le lien social. 
Née à Commelle-Vernay (canton
du Coteau) d’un père professeur
de musique et d’une mère
chanteuse professionnelle, Sandra
Creuzet confie avoir hérité du fort
caractère de sa mère espagnole.
Un tempérament entier que
certains de ses adversaires
politiques ont parfois critiqué.
« En politique, vos adversaires
n’attendent qu’une chose : votre
chute. Je déplore les agissements
pathétiques de certains qui font
de la basse politique politicarde.
Pour moi, faire de la politique,
c’est noble. Et je le revendique »,
explique la nouvelle maire du
Coteau qui succède à Jean-Louis
Desbenoît.
Sa vocation politique est née
de sa fonction professionnelle.
Après avoir poursuivi ses études
à Saint-Étienne et Lyon, Sandra
Creuzet devient assistante de
service social, puis juriste. En 2012,
elle est chargée de mettre en
place le service des tutelles au
centre hospitalier de Roanne et
se trouve confrontée à quelques
difficultés. À l’époque, la loi n’a
pas encore été pensée pour être
appliquée aux hôpitaux. Elle
sollicite l’aide d’Yves Nicolin,
alors député de la Loire. «
Cette expérience a impulsé ma
vocation politique. Un élu est
une personne vers qui les gens
peuvent se tourner pour mener à
bien un projet ou pour résoudre un
problème. C’est un peu l’assistant

social du peuple. Je l’ai souvent
dit, et aujourd’hui je le représente
vraiment. Il n’y a rien de péjoratif
dans mes propos. Cela signifie
prendre en considération l’autre. Je
l’applique à ma vie professionnelle
et ma vie politique. Pour moi, tout
est lié. »
En 2014, Sandra Creuzet devient
adjointe
municipale à
Saint-Vincentde-Boisset.
Après avoir
divorcé, elle
quitte ses
fonctions et
emménage
au Coteau.
En 2015,
elle devient
suppléante de
la conseillère
départementale
Véronique
Chaverot, puis conseillère
régionale et maire du Coteau.
« Je trouve un équilibre entre
ma vie professionnelle et ma vie
politique. Le point commun entre
les deux, c’est le côté social : la
proximité avec les gens, l’écoute et
la prise en compte de l’usager sont
primordiales. »

Le lien social, pierre angulaire du mandat
de la nouvelle maire du Coteau

garçon de 11 ans et d’une fille de
7 ans. Son plus beau souvenir
de campagne aux élections
municipales : l’émotion de ses
enfants, de son
mari depuis un
mois JeanPierre Taite,
maire de Feurs
et conseiller
régional, et de
ses proches
lors de sa
victoire dès
le premier
tour. « Être
maire, c’est
prendre ses
responsabilités
et vouloir
améliorer le quotidien des
habitants de sa commune. Mieux
vaut parfois se faire tout petit et
prouver ce que l’on a dans les
tripes que de clamer haut et fort
que l’on a une fonction mais mal
l’incarner. » Engagée, la jeune
élue joint l’action à la parole. De
nombreux projets annoncés dans
son programme électoral sont en
cours de réalisation comme par
exemple la création de conseils des
quartiers, d’un office du commerce
et de l’artisanat pour dynamiser

J’aime l’engagement
politique. Je suis une
femme d’action,
une élue de terrain
au service de la
population.

Une femme d’action
Maire, Sandra Creuzet
est également mère d’un

10

les commerces, d’une police
municipale pour lutter contre la
délinquance avec la mise en place
de caméras de vidéo-protection
ou encore d’un pôle sportif dans le
quartier des Etines. « Les Costellois
ont manifesté beaucoup de
reconnaissance à mon égard ce
qui m’a énormément touchée.
J’aime l’engagement politique.
Je suis une femme d’action, une
élue de terrain au service de la
population. »
Le respect, la concertation
et la proximité sont les trois
valeurs phares qui, dans tous
les domaines de la vie, guident
ses pas. Déterminée, humble et
bienveillante, Sandra Creuzet
reconnaît que son entourage lui
reproche parfois d’aller vite : «
je devrais prendre le temps de
plus expliquer les choses. » Mère,
épouse, juriste et femme politique,
elle vit à cent à l’heure.     « Ma
vie s’organise en fonction de
mes différentes casquettes. Je
sectorise. » Pour se ressourcer,
l’élue parcourt la région à vélo
avec son mari, partage de longues
parties de pêche avec ses enfants
et voyage en famille. Une femme
d’action engagée sur tous les
terrains.

Céline Mazet



PORTRAIT
commune

PERSONNALITÉ

Jean-François Barnier,

une carrière politique admirable
Maire du Chambon-Feugerolles
pendant trente-deux ans, l’élu de
72 ans est aujourd’hui conseiller
municipal délégué, président de
l’Association des Maires de la Loire
(AMF42) et vice-président du Conseil
départemental de la Loire et
de Saint-Étienne Métropole.
Sur la scène locale, il demeure un
acteur politique majeur. 
Rien ne prédestinait Jean-François
Barnier à s’engager en politique.
« J’ai été élu maire par accident
suite au décès d’André Cognet,
mon prédécesseur. Dans un
message posthume, il avait
indiqué qu’il souhaitait que je
lui succède. Je n’ai pas eu le
courage de refuser », confie celui
qui est devenu édile de la ville il y
a trente-deux ans après avoir été
conseiller municipal pendant six
ans et adjoint pendant cinq ans.
Il exerce son mandat local avec
passion tout en s’investissant dans
sa carrière professionnelle qu’il
mène au sein du groupe Casino
qu’il intègre à 18 ans comme
employé aux écritures et où il
termine cadre informaticien.
Sitôt élu maire, et bien que
déjà rompu aux différentes
facettes de la responsabilité
municipale, il se tourne vers
l’AMF42 qui l’accompagne dans
ses nouvelles fonctions. « Je
suis très reconnaissant envers
cette association, résolument
pluraliste et apolitique, qui est une
véritable alliée des maires et des
présidents d’intercommunalité.
Elle accompagne, aide, forme,
informe les élus locaux et leur
permet de créer entre eux des
liens de solidarité et d’amitié. Elle
joue aussi un rôle de porte-parole
des maires et des présidents

d’intercommunalité vis-à-vis
des pouvoirs publics. » Maire au
service de ses pairs, il s’implique
pleinement au sein de l’AMF42 et
devient rapidement trésorier de
l’association. Depuis 2008, il la
préside. «
Il n’y a pas
de petits
maires et
de grands
maires.
Il y a des
maires
de petites
communes
et d’autres
de grandes
communes.
Leurs responsabilités sont
parfois assumées de façon un
peu différentes, mais elles sont
toujours concomitantes. Savoir
écouter, entendre et agir sont les
qualités requises pour être un bon
maire et un bon élu local. « À ses
yeux, le plus beau des mandats
est le mandat local.

Jean-François Barnier

et de ses habitants, il exècre la
politique politicienne et se définit
comme une personne passionnée,
engagée et fidèle
dans tous les
domaines de
la vie. Fort de
son expérience
en politique, il
constate, à regret,
que la mission
d’élu local s’avère
de plus en plus
difficile : « l’État
demande de plus
en plus à l’élu
local de résoudre des problèmes
qui ne sont pas forcément de sa
compétence et lui donne très peu
de moyens pour y parvenir. Par
exemple, fournir la population
en masques pour la protéger du
Covid 19. L’État n’a pas été très
réactif, donc les élus locaux l’ont
été à sa place. » Autre coup dur
pour les élus locaux : les lois de
décentralisation imposées par
le gouvernement. Jean-François
Barnier déplore également une
évolution majeure : l’exacerbation
de l’individualisme émanant d’une
grande partie de la population. «
Aujourd’hui, une grande majorité
de la population est de plus en

À ses yeux,
le plus beau des
mandats
est le mandat local.

Un homme passionné
Jean-François Barnier est un
homme de terrain. Il aime être
proche de la population et lui être
utile. L’une de ses priorités : le bienvivre ensemble. Ardent défenseur
des intérêts du territoire

11

plus exigeante dans tous les
domaines sans tenir compte de la
priorisation des dossiers à traiter.
Les gens ont tendance à ignorer
les devoirs et à exiger les droits. Les
élus locaux doivent donc être très
pédagogues et savoir convaincre.
» Malgré ces mutations sociétales
contraignantes, il considère que
les élus locaux constituent un
maillon essentiel de la démocratie
française.
Outre la politique, le maillon
essentiel à la vie de JeanFrançois Barnier, c’est sa famille.
Il reconnaît pourtant que ses
deux fils et son épouse lui ont
parfois reproché d’être un peu trop
absent. « Il est souvent difficile
de concilier vie politique et vie
familiale. Il faut trouver un
certain dosage et c’est compliqué.
» Les loisirs sont également
indispensables à son équilibre.
La marche, le ski de piste et les
voyages permettent à l’élu de
s’évader d’un quotidien assez
éreintant, mais qu’il qualifie de
« passionnant ».

Céline Mazet



gestion
commune

GESTION

Le CDG 42 Késako ?
La gestion des personnels travaillant dans les communes
a toujours été un enjeu et un défi pour les élus...
D’autant que les lois de décentralisation de l’État se sont
multipliées ces dernières décennies. Il s’agit donc de
disposer d’une structure qui, sur tous les territoires, 
permette d’appliquer la loi et de gérer les personnels
qui constituent, ce qu’on nomme : «la Fonction Publique
Territoriale»...  Rappelons que dans notre pays existent
3 types de Fonction Publique : la Fonction Publique d’État,
la Fonction Publique Hospitalière et la Fonction Publique
Territoriale. Les Centres de Gestion ont en charge cette
dernière.
Les compétences
Elles sont multiples et ont trait à
tout ce qui touche le fonctionnaire
territorial, de son recrutement
à sa retraite en passant par
sa carrière, ses conditions de
sécurité au travail et la médecine
professionnelle et préventive.
Ce sont principalement les lois
de décentralisation de 1982, 83
et 84 qui ont fondé les principes
généraux de la FPT. Puis la fin des
années 80 viendra parachever le
socle constitutif des Centres de
Gestion. Les Centres de Gestion
deviennent des établissements
publics administratifs au service
d’un territoire, de centaines d’élus
et de milliers d’agents publics
locaux. Enfin, la loi NOTRE
(Nouvelle Organisation Territoriale
de la République), de 2015 - 2016,
puis celle dite de Transformation
de la Fonction Publique, en 2019,
apportent des modifications au
statut des agents.

Les agents et les élus du CDG 42

professionnels
Le concours demeure le principal
mode de recrutement des
fonctionnaires territoriaux.
Au cours des 5 dernières années
le CDG 42 a organisé 40 concours
pour 1 534 postes ouverts. A

éditer les fiches individuelles
de notation, les propositions
d’avancement, ainsi que les
arrêtés de reclassement lors
des modifications statutaires
réglementaires.
Concours et examens

Gestion des carrières
Une des missions obligatoires
du CDG 42 est de constituer un
dossier individuel de chaque
fonctionnaire titulaire et stagiaire
des collectivités affiliées. Cela
pour gérer la carrière de tout
fonctionnaire territorial, de son
recrutement à son départ, et

Organisation d’un concours
d’entrée dans la FPT

12

l’issue de ces concours, 1 522
candidats sur les 15 863 inscrits
ont été déclarés admis. Depuis
plusieurs années, le CDG 42
participe au rapprochement des
centres de gestion de Rhône-Alpes
et d’Auvergne pour la mise en
oeuvre des concours et examens
professionnels aux niveaux
régional et interrégional.
Bourse de l’emploi
Le CDG 42 est un acteur essentiel
de l’emploi public local. A ce
titre, il centralise les offres et les
demandes d’emplois émanant
des collectivités territoriales
ligériennes.
Afin de favoriser le rapprochement
entre offres et demandes
d’emplois, plusieurs centres
de gestion et le CNFPT (Centre
National de la Fonction Publique
Territoriale) ont créé un outil
commun : le site internet www.
emploi-territorial.fr .
Médecine professionnelle et
préventive
Ce service, composé de médecins
et d’infirmiers permet de faire le
suivi de 6 500 agents dans la Loire.
Plus de 3 000 visites médicales
ont été réalisées en 2019 pour
les 216 collectivités adhérentes.
Sa mission est de prévenir toute
altération de la santé des agents
au travail. Le pôle médical
dispose de 10 cabinets médicaux
répartis dans 3 arrondissements :
St Chamond, St Étienne et
Montbrison.
Le CDG 42 est installé au 24 de
la rue d’Arcole à St Étienne où
travaillent près de 40 personnes.
Le siège a pris le nom de
Maison de la Fonction Publique
Territoriale. Gérard Manet préside
la structure. Toutes les communes
de la Loire, à l’exception de St
Étienne, St Chamond et Roanne,
sont adhérentes du CDG 42. Le
critère d’adhésion étant d’être une
collectivité qui rassemble jusqu’à
350 agents, mais pas plus ! Ce
qui représente un total de 459
collectivités pour le Centre de
gestion de la Loire.
Maurice Duchesne



gestion
commune

GESTION

Ces hommes qui ont marqué la vie du

CDG 42

Les Centres de Gestion sont l’émanation des syndicats de communes.
C’est à partir des années 83, 84 qu’ils s’installent dans le paysage
des communes, grâce aux lois sur la décentralisation,
dites «Lois Deferre».
Le premier président du CDG  de la Loire fut Louis Richard,
maire de St Genest Lerpt. Il est remplacé par Lucien Burdin,
maire du Côteau pour un mandat jusqu’en 89. Puis le
docteur Alligier devient président et en 96 Jean François
Chossy, député maire de St Just St Rambert le remplace,
avec comme vice président Gérard Manet. C’est en 2001 que
Gérard Manet, maire de Tartaras, prend les rênes du CDG
42. Ce dernier quittera sa fonction à l’automne 2020.

Gérard Manet Président du CDG 42

Jean François Chossy

Jean Alligier

Le CDG 42 en chiffres
Le CDG 42 est géré par
un Conseil d’Administration
composé de 29 membres, présidé
jusqu’à aujourd’hui par Gérard Manet
(ancien maire de Tartaras).
• 20 représentants des communes,
•  représentants des
3
établissements publics,
•  séances et 54 délibérations sur
4
l’année 2019

Lors d’un conseil d’administration

Ils sont élus pour 6 ans après
chaque renouvellement des
conseils municipaux par les maires
et présidents des collectivités
territoriales et des établissements
publics affiliés.

13

Le Conseil d’Administration est
composé de 3 collèges
(communes, EPCI et communes non affiliées)
  
• 321 communes
• 96 établissements publics locaux
• 6 700 fonctionnaires territoriaux
• 33 agents au 31 décembre 2019
• 5 544 610 € de budget de fonctionnement
• 272 697 € de budget d’investissement

Installation du CA en 2014



gestion
commune

GESTION

Souvenirs ... Souvenirs...
Gérard Manet
qui a assuré la présidence
du CDG 42 depuis 2001
s’apprête à passer la main.
C’est non sans une pointe de nostalgie
qu’il évoque
quelques souvenirs ...
«On était en janvier 92, on
commençait un CA du CDG42,
lorsqu’une cinquantaine de
militants syndicaux de la CGT et
de FO ont fait irruption dans la
salle. Ils réclamaient l’ouverture
de négociations sur la gestion
des carrières ! Un dialogue plutôt
vif s’est instauré... Et après de
longues minutes, on est tombé
d’accord pour organiser une
rencontre ultérieurement entre
les représentants syndicaux et
les représentants du centre de
gestion.»
« Des grands moments il y en
a eu d’autres ! Lorsque le centre
de gestion a pris de nouvelles
compétences, comme celles
de l’hygiène, la sécurité et la
médecine préventive, ce qui
a nécessité un gros travail de

préparation et de gestion. Ce
furent des moments intenses.»
« En janvier 2003, nous nous
sommes installés dans nos
locaux actuels de la rue d’Arcole.
C’était important, car nous en
avons profité pour regrouper à la
fois le CDG et le CNFTP (Centre
National de la Fonction Publique
Territoriale). À la fois symbolique
et pratique, car c’était le premier
acte d’une coopération beaucoup
plus large visant à fonctionner

plus «en services» qu’en
«structures». C’était le gage d’une
meilleure efficacité au service de
nos agents.»
« Plus proche de nous et même
assez récemment, on a vécu
une période de troubles, dans la
mesure ou on ne savait pas si nos
centres allaient perdurer ou pas !
Heureusement, au final, les CDG
seront renforcés ! On est le tiers de
confiance des communes.»
Maurice Duchesne

Signature d’une convention avec l’Association des Maires de la Loire

en bref
L’écharpe bleu-blanc-rouge Stéphanoise.
Neyret, un des derniers fabricants français d’écharpes de maires et adjoints, a décidé de mettre en lumière
sa nouvelle Echarpe Tricolore Française, certifiée Origine France Garantie, conçue avec des matériaux
écologiques et dotée de fonctionnalités numériques innovantes.
Pour cela, Neyret a confié la traçabilité de sa fabrication au seul label officiel existant à ce jour : la
certification Origine France Garantie. Mis en œuvre par un organisme indépendant à travers une étude et
un audit sur site rigoureux, le précieux label se distingue des autres mentions telles que « made in France »,
« conçu en France » ou encore « fabriqué en France »… qui ne sont qu’auto-déclaratives.
Mais l’Écharpe Tricolore Française ne s’arrête pas là et joue aussi la carte du développement durable. Elle
est tissée à partir d’un fil en Greencel, une fibre écologique innovante fabriquée à partir de bois, au cours
d’une transformation propre et faiblement consommatrice en eau. Le Greencel est ainsi biodégradable en
fin de vie puisqu’il est composé à 100 % de matières naturelles.
Pour garantir aux élus une traçabilité sans faille, Neyret a enfin intégré à chacune de ses écharpes une
signature numérique unique : chaque propriétaire d’une Écharpe Tricolore Française pourra s’identifier
au sein d’une application mobile innovante et obtenir son certificat d’authenticité garantissant qu’il est
le propriétaire de cette écharpe et qu’il s’agit bien d’une authentique Écharpe Tricolore Française Origine
France Garantie, écologique et numérique !

14

www.lecharpetricolorefrancaise.com



EVASION
commune

EVASION

Le vélo grand gagnant du déconfinement !
Prise de conscience, les magasins de vélo sont surchargés.

Ocivélo donne aussi des cours pour réparer et pédaler !

La prime d’état aidant,
Coupdepoucevelo.fr : une aide
de 50 euros pour la réparation et
la reprise en main de votre vélo,
de nombreux clients poussent
la porte des boutiques, tout
roule pour les vélos à assistance
électrique ! 70 % des ventes
avant le confinement. Les ventes
explosent, prise de conscience
écologique, respect des mesures
barrières ? Nous sommes loin

d’avoir la culture vélo comme les
villes du nord de l’Europe, mais
les choses évoluent à grandes
vitesses.
Les pistes vélo ont fait leur
apparition en pleine période de
déconfinement sur Saint-Etienne
Métropole grâce à l’expertise de
l’association Ocivelo, le vélo se
remet-il en selle ?
En tout sur la commune de Bourg
Argental, la CCMP, développe
les services liés au vélo avec

l’enseigne PILE A VELO, Face à
l’office de tourisme, LA CCMP à
aidé au démarrage de ce magasin
et au financement du parc à vélo
en location afin d’être cohérent
avec sa politique : Bouger dans le
Pilat ! Une offre complémentaire
pour les familles pour compléter
la Viafluvia ou virons vélo de
Marlhes.
Du côté du Roannais, monté à
Balbigny, un pur produit made
vin AURA, le cyclodebout !

A mi chemin entre le vélo, la
trottinette, ou le segway ce
vélo apprécié par les séniors et
offrant une assistance électrique,
a été inventé à Queyrieres
43 et est pratiquement tout
usiné et assemblé à Balbigny.
Baroudeur ou cross, ce tricycle,
d’une grande stabilité, très agile,
ravira aussi pour les loisirs ou les
déplacements professionnels.
budget autour des 2000 € avec
une autonomie pouvant aller
jusqu’A 45km.
Rémi PUPIER
Plus d’infos : www.cyclodebout.fr/

Le cyclo debout made in Balbigny

Professionnels
Collectivités
Particuliers

www.brunelsynergie.fr
Montbrison
04 77  58 04 88

La synergie de 3 métiers
• Maçonnerie
• Génie Civil
• Montage d’opérations immobilières
• Conception de stations d’épuration
• Installation des équipements
• Exploitation
• Maintenance de stations d’épuration
• Bilan de pollution
• Prélèvements d’eaux usées
• Auto-contrôle

15



EVASION
commune

EVASION

Evadez-vous

ici !

A l’occasion de l’ouverture de
cette saison estivale si particulière.
Le déconfinement s’accompagne
d’une importante campagne de
communication du département de
la Loire tournée vers les ligériens
et les habitants des départements
limitrophes
Le Conseil Départemental et Loire
Tourisme mobilisent 160 000 €
dans cette démarche de soutien
à l’économie touristique locale
en mettant en avant les atouts
majeurs du territoire.
Cette campagne « évadez-vous
ici » montre la grande diversité
des paysages, de la nature et du
patrimoine Ligérien. Il s’agit de
faire de la Loire une destination

Le supplément cet
été je voyage ici
à été imprimé en
303000
exemplaires.

privilégiée pour les Rhônalpins.
Comme le stipule Georges Ziegler
Président du CD42 et Véronique
Chaverot VP Chargée du tourisme
dans leur édito :
La Loire a tout d’un grand
département touristique sans le
savoir ! Laissez-nous vous raconter
ses richesses du nord au sud, de
l’est à l’ouest, laissez-nous vous
donner envie de le découvrir
tel qu’il est vraiment : avec ses

montagnes, ses plaines, son
fleuve magnifique qui le traverse
de part en part, tantôt large et
paisible, tantôt rugissant au sortir
des gorges à couper le souffle,
entouré de richesses culturelles
et patrimoniales. De SaintÉtienne à Roanne, en passant par
Montbrison, la Loire est le parfait
équilibre entre villes et villages,
tous plus intéressants les uns que
les autres. Un savant mélange

Rendez-vous sur :
www.evadezvousici.fr / www.loiretourisme.com/fr/home

Un territoire riche en tourisme

16

de nature et d’activités citadines,
une invitation à l’itinérance à pied,
en vélo ou à cheval ! Au détour
de vos découvertes, laissez vos
papilles s’émoustiller sur une
cuisine délicate, locale, arrosée de
vins à la robe étincelante. La Loire
est un voyage des sens, goûtez-y
juste une fois, vous reviendrez à
coup sûr !



EVASION

Sur le roannais

Sur le Roannais, Dans le cadre
du fonds communautaire d’aides
aux entreprises en difficulté,
une action ciblée en faveur
des acteurs du tourisme et
de la restauration est lancée
par Roannais Agglomération
pour faire venir des touristes

dans le Roannais, les inciter à
consommer et leur rendre du
pouvoir d’achat.
Yves Nicolin c’est emparé du
problème et déclare : « Il est de
notre responsabilité d’élu local
de tout mettre en œuvre pour
favoriser la reprise économique,
pour soutenir nos entreprises

et nos emplois et pour amortir
les conséquences financières
et sociales engendrées par la
pandémie et le confinement. »
Du 4 juillet au 30 août, tout
vacancier qui aura séjourné
à minima deux nuits dans un
hébergement touristique (hôtel,

camping, gîte, chambre d’hôte)
et consommé au moins un repas
dans un restaurant de cuisine
traditionnelle se verra reverser
100 euros !

Idée de balade gourmande
LOIRE EN TETE.fr : plus qu’un livre c’est aussi un site internet. Tapez dans le moteur de recherche et découvrez notre territoire du coté gourmand.
Recensant les maître restaurateurs, les cuisiniers de la Loire, les tables roannaises, les artisans Loire et saveurs www.loireetsaveurs.fr
Le livre Loire en tête est un véritable succès et il se décline également sur Internet et les réseaux sociaux. Selon une étude de l’agence de conseil et
communication API & You, 53 % des sondés pensent que « soutenir l’économie locale et privilégier la France » à travers leurs destinations de vacances est
essentiel. De nombreux foyers vont devoir rester en France et pourquoi ne pas en profiter pour visiter la Loire en Auvergne-Rhône-Alpes ? Même pour les
Ligériens, il est possible de voyager près de chez nous et mieux connaître nos villages de caractères, notre patrimoine, les architectures, nos paysages, nos
monts et montagnes, nos plaines et ce fleuve de la Loire qui traverse de part en part notre beau département. Sur le site Loire en tête, saisissez dans le moteur
de recherche ce que vous aimez et vous trouverez l’artisan des métiers de bouche, restaurateur ou même l’activité qui vous plairait et l’on vous proposera
ce qui vous correspond selon vos envies.

17



CAHIER POLITIQUE
commune

REVUE POLITIQUE

Les formations de l’AMF42
Organisme de formation agréé par
le Ministère depuis 2016,
l’Association des maires
et des Présidents d’intercommunalité
de la Loire (AMF42)
porte la formation des élus
au cœur de ses préoccupations.
En cette première année de
mandat, l’AMF42 se mobilise
pour apporter aux nouvelles
équipes un important

programme de formations et
de séances d’information à
destination des élus. Nous avons
également su nous adapter en

proposant dès le mois d’avril des
formations Webinaires gratuites
qui ont rencontré un véritable
succès.
Pour preuve, « Les douze travaux
d’édile 1er», le 7 mai dernier a
rassemblé 75 participants, de
même que « le fonctionnement
du Conseil Municipal » le 15
juin qui a réuni 125 participants,
le « Statut de l’Élu » le 17 juin
a compté une centaine de
participants et tout autant le 22
juin pour le webinaire d’initiation
à l’urbanisme…
Vous pouvez revisionner sur
notre site internet www.amf42.fr
toutes les vidéos des formations
en ligne.

Un catalogue de formation
bientôt disponible :
De nombreux thèmes seront
traités à partir de septembre
2020
•   omment reconnaître et
C
identifier un chemin rural
•   ’élu et la Commission
L
communale d’appel d’offres
•   es clés pour une gestion
L
optimisée de son parc
d’éclairage public
•  Le maire employeur
•   e contrôle des actes des
L
communes
•   e maire et les zones à risque
L
en matière pénale
•   a responsabilité civile des
L
communes

AFM42 annonce presse_Mise en page 1 22/03/2018 12:10 Page1

A votre service

Formation

Conseil juridique

Information

Défense des intérêts

www.amf42.fr
18



CAHIER POLITIQUE

•   a mise en œuvre des marchés
L
publics
•   a législation funéraire et la
L
gestion des cimetières
•   es EPCI à fiscalité propre –
L
finances et fiscalité
•   es assurances de la
L
commune
•   es publications municipales –
L
savoir-faire et réglementation
(magazines, web, réseaux
sociaux.)
Outre ces thèmes, des journées
« développement personnel »
seront proposées:
•   a conduite de réunion
L
•   a gestion de projets
L
•   a prise de parole en public,
L
•   ien rédiger son discours
B
Toutes les informations seront
adressées aux collectivités dans
le courant de l’été par mail et
seront mises en ligne sur le site
internet www.amf42.fr, rubrique
formation .
FOCUS sur la formation
des élus :
Pour financer votre formation, 2
options s’offrent à vous :
1/ vous pouvez faire financer
votre formation directement
par votre collectivité qui vote
chaque année un budget
dédié dans le cadre du droit à

la formation des élus locaux ,
c’est une dépense obligatoire
des collectivités territoriales :
Depuis le 1/1/2016, le montant
prévisionnel des dépenses
de formation ne peut être
inférieur à 2 % du montant
total des indemnités de fonction
susceptibles d’être allouées aux
élus de la commune il ne peut
pas excéder 20 % du même
montant .
2/ Votre formation peut être
intégralement prise en charge
par la Caisse des dépôts et des
consignations dans le cadre du
droit individuel à la formation
(DIF). Vous générez 20h de droit
à la formation cumulable et
valable pendant toute la durée
de votre mandat les frais de
déplacement et de séjour sont
remboursés.
Besoin d’aide pour mobiliser le
DIF, l’AMF42 vous aide dans vos
démarches en constituant le
dossier pour vous.
Formation obligatoire pour les
élus ayant reçu délégation dès
la première année du mandat
Une formation sera
obligatoirement organisée au
cours de la première année du
mandat pour les élus ayant
reçu une délégation au sein
de toutes les communes,
les communautés de

communes , les communautés
d’agglomérations, les
communautés urbaines et les
métropoles . Cette disposition
doit entrer en vigueur pour
la première fois en 2020 mais
aucune modalité n’est pour
l’instant précisée .

Pour en savoir plus sur la
formation des élus, vous pouvez
consulter le Statut de l’élu
local de l’AMF, Chapitre V, la
formation des élus.
https://www.amf.asso.fr/
documents-statut-lelue-localebrmise-jour-davril-2020/7828

A noter dans les agendas !

Journée d’accueil des nouveaux élus

Université des maires - Samedi 31 octobre 2020 - Centre des congrès à Saint-Etienne

19



CAHIER POLITIQUE
commune

REVUE POLITIQUE

Besoin de remplacer un agent ou de renforcer
temporairement votre équipe ?
N’hésitez pas à recourir au Service Remplacement du CDG42
Qu’est-ce que le service de
remplacement ?
Le service de remplacement du
CDG 42 met à disposition des
collectivités et établissements
publics territoriaux du
département de la Loire, qui en
font la demande, du personnel
de remplacement ou de renfort
efficient.
Les principales compétences
proposées par le service
remplacement relèvent du
domaine administratif (secrétariat
de mairie, état-civil, budget,
urbanisme, comptabilité et
finances publiques, gestion du
personnel, des carrières et de la
paye, marchés publics, secrétariat
courant…), tous les domaines
pouvant être couverts dans le
cadre du portage salarial.

Dans le cadre de sa politique handicap, le CDG 42 met en place, en partenariat avec le CNFPT, Pôle Emploi et CAP
Emploi, un parcours de formation au métier d’Assistant Administratif « accueil/état-civil/urbanisme  ».
Cette formation, qui se déroulera du 25 septembre 2020 au 6 novembre 2020, est à destination de demandeurs
d’emploi bénéficiant d’une reconnaissance de qualité de travailleur handicapé (RQTH) qui pourront à terme intégrer
le service remplacement du CDG42 ou toute collectivité en recherche de ce profil.
Elle s’organise par alternance de périodes de formation théorique et de stages pratiques en collectivité.
Le CDG42 recherche des collectivités d’accueil pour la mise en situation pratique des 10 stagiaires de cette formation.
Si votre collectivité souhaite participer à cette démarche, merci de contacter le service emploi :
Isabelle VACHER : 04-77-42-96-87 – recrutement1@cdg42.org

Quel est le profil des agents
du vivier du service de
remplacement ?
Le vivier du service remplacement
est composé de fonctionnaires
territoriaux en position de
disponibilité ou à temps noncomplet et de demandeurs
d’emploi justifiant d’une
expérience en collectivité locale
ou dotés de compétences
transférables, ou bénéficiaires
d’une formation spécifique
organisée par le Centre de gestion
avec le CNFPT et Pôle emploi.
Quels sont les avantages pour
une collectivité de faire appel
au service remplacement ?
Le Centre de gestion prend en
charge toutes les étapes du
recrutement (sélection des
candidats, entretiens, rédaction
du contrat d’engagement…) et du
suivi du dossier de l’agent (gestion
des congés, arrêts maladie,
paye…).
Pour le portage salarial de contrat,
le candidat est préalablement
proposé par la collectivité
demandeuse.

Quelles sont les formalités
d’adhésion au service
remplacement ?
L’organe délibérant de la
collectivité décide du principe
d’adhésion et l’autorité territoriale
signe une convention cadre
d’adhésion.
Cette adhésion de principe, que
nous incitons les collectivités à
prendre en début de mandat,
n’implique aucun frais particulier.
Seules les interventions
réalisées font ensuite,

20

après service fait, l’objet d’une
facturation par le CDG42.
Quel est le coût pour la
collectivité ?
La collectivité paye au
CDG42 le prix de la prestation
correspondant au remboursement
du salaire brut de l’agent mis
à disposition, y compris les
congés annuels, et les charges
patronales afférentes, majoré d’un
supplément fixé par le Conseil

d’administration couvrant les frais
de gestion et de coordination du
service remplacement.

VOTRE CONTACT AU CDG42 :

Isabelle VACHER

 recrutement1@cdg42.org
 04 77 42 96 87



CAHIER POLITIQUE
commune

REVUE POLITIQUE

Vigilance

Égalité

Femmes providentielles
mais invisibles, sous-payées,
surchargées.
Dans son rôle d’animation du
débat public, le HCE publie à
l’occasion de la première année
de son troisième mandat un
dossier intitulé “LE MONDE,
DEMAIN” afin d’animer le débat
public et éclairer les dirigeants
et décideurs politiques dans
leur choix. Publiés chaque
semaine depuis fin avril, les
rapports dénoncent les atteintes
à l’égalité entre les femmes
et les hommes et révèlent
les domaines où elles ont été
visiblement exposées pendant la
période de confinement due au
Covid.
Quelques chiffres ce l’ocde
(Organisation de Coopération et
de Développement)
Les femmes, majoritaires
également dans les métiers de
l’éducation, représentent
•  0% du personnel médical et
7
de soutien,
•  5% du personnel infirmier des
8
hôpitaux,
•  0% des soins de longue durée,
9
•  0% des personnels aux
9
caisses des magasins de
ravitaillement,
•  7% du personnel d’entretien
6
dans lieux publics et privés.
Les femmes, qui ont pris soin
du monde souffrant et confiné
restent les plus exposées aux
conséquences économiques de
la pandémie. Ce monde confiné
a stigmatisé les rôles sociaux de
sexe et bousculé l’articulation
entre vie professionnelle et vie
familiale au point de craindre
un accroissement de l’inégalité
entre les femmes et les hommes.
Le monde de demain ne peut
être, ni celui d’avant, ni celui de
la crise.

Devant cette situation, le HCE
formule quatre interpellations.
Le HEC interpelle : c’est le
moment ou jamais de valoriser
économiquement le soin et le
service aux autres.
Il ne s’agit plus de remerciements
aux services rendus ou
d’attribution de primes, mais
de réparation d’une injustice
criante depuis longtemps
qui maintient les femmes sur
la voie de la pauvreté et de
la dépendance. Il s’agit de
revalorisation des aptitudes et
des compétences pour accomplir
ces métiers à hauteur des enjeux
selon le principe d’égalité de
rémunération entre les femmes
et les hommes pour un travail de
valeur égale.
(Article L3221-4 du code du
travail : Sont considérés comme
ayant une valeur égale les
travaux qui exigent des salariés
un ensemble comparable de
connaissances professionnelles
consacrées par un titre, un
diplôme ou une pratique
professionnelle, des capacités
découlant de l’expérience
acquise, de responsabilités et de
charge physique ou nerveuse.
30/04/2008).
Le HCE interpelle : C’est le
moment ou jamais de lutter
contre la précarité du travail
féminin.
Les femmes seront les plus
exposées au ralentissement
économique provoqué par la
pandémie : risque accru de
chômage et de sous-emploi,
suppression d’emploi informels
offrant déjà peu, voire pas de
protection sociale. Beaucoup,
notamment les plus

21

âgées ou en charge d’enfants,
femmes sans abri, migrantes ou
sans papiers risquent de tomber
sous le seuil de pauvreté. La crise
qui a accentué le recours au
numérique et le développement
accéléré des démarches
administratives en ligne excluent
plus de femmes que d’hommes
des emplois de demain.
Le HCE demande que le recours
au temps partiel soit évalué
par l’administration du travail
et que des dispositions puissent
être prises pour mieux réguler ce
recours au temps partiel dont
on sait qu’il est à 80% le fait des
femmes et le mode de gestion de
certains secteurs.
Le HCE demande également
un effort de grande ampleur
permettant l’accès des femmes
précaire à des formations au
numérique.
Le HCE interpelle : c’est le
moment ou jamais d’inclure la
mixité dans l’économie.
Le risque est grand de voir les
femmes exclues de nouveaux
emplois souvent liés au
numérique, faute de formation
ou sous l’effet d’exclusion
sexiste à l’embauche ou dans
le maintien en emploi. Une
attention spécifique est à porter
aux travailleuses indépendantes
et aux femmes entrepreneures,
surtout en charge d’enfants.
Le HCE interpelle : c’est le
moment ou jamais de repenser
les conditions de travail et
l’articulation des temps de vie.
Selon un sondage IFOP, 49%
des ménages se sont disputés
plus souvent qu’auparavant
sur les tâches ménagères et
39% sur l’éducation des enfants
pendant le confinement. Les
couples, majoritairement les
femmes, ont été confrontés à
l’équivalent de quatre, voire
cinq journées auquel s’ajoute la
charge psychologique de cette

période. Qui, de l’homme ou de
la femme, a choisi pendant le
confinement le télétravail ou le
chômage partiel et qui, après le
confinement gardera les enfants
ou retournera au travail ?
Le HCE demande qu’une étude
soit faite sur la façon dont
hommes, femmes et enfants ont
vécu le confinement pour les
quatre sphères d’activité : tâches
domestiques, soin parental,
tâches éducatives, travail
professionnel en regardant les
critères de temps mais aussi
d’aménagement de l’espace
confiné, ainsi que le ressenti de
chacun.
Le HCE demande une campagne
nationale sur le partage des
responsabilités familiales,
comme garant de l’égalité
des sexes et d’un équilibre
social entre production et
interdépendance.
Le HCE demande une
réflexion sur les conditions
d’élargissement et de mise en
œuvre du télétravail excluant les
facteurs de discriminations entre
les femmes et les hommes.
Le HEC demande des actions
concrètes en matière de congés
parentaux, des modes de garde
adaptés de la petite enfance et
de la dépendance.
Demain, le monde exige une
prise en compte de l’égalité
entre les femmes et les hommes,
dans tous les domaines.

Andrée CHAIZE
Co Présidente de l’AFEL
Membre du CA de Elles aussi
Présidente du CIDFF de la Loire
Élue de SAINT-PRIEST-EN-JAREZ
www.femmeseluesdelaloire.fr
Référence :
LE MONDE, DEMAIN
Un an d’engagement 2019-2020
3ème mandat du HCE
Rapport 3 du 13/05/2020



commune passion
commune

PASSION

Chapiteaux,
Location deMatériel de
pagodes, tentes,
Pour vos événements


réception, moquettes,
écrans, montage
et location de stand, grille…
Mission événements :
Rémi Pupier 06 05 142 142

N° 0

OFFRE SPECIALE

OCTOBRE - NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2016

MAGAZINE ÉCONOMIQUE
DE LA LOIRE EN AUVERGNE
RHÔNE-ALPES

D É F. : M A Î T R I S E T E C H N I Q U E - H A B I L E T É - S A V O I R - FA I R E

Commune Passion le mag’ ABONNEZ VOUS !

+

Bulletin d’abonnement
Je souhaite m’abonner au magazine Commune Passion + Mæstria

n°32_ juillet 2017

Le magazine qui fait écho aux décideurs politiques
et économiques de la Loire

Entreprises de la Loire,

en synergie

Se baigner
à Lorette

Zoom sur le Château
de Bouthéon

La mode des aventures
jeux dans nos villages

page 6

page 8

page 14

P. 6

1 an soit 8 numéros pour 40 euros TTC

DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION

MADE IN LOIRE

BIEN VIVRE EN LOIRE

Fée maraboutée, Verney-Carron,
Pralus et Traclet

Consommons local

Bonnes adresses

P. 10 ET 11

P. 16 ET 17

P. 19 ET 21

www.e-communepassion.fr

DOSSIER

La Loire terreau
de villages
de caractères

NOM : -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Adresse : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Code postal :
Ville : -----------------------------------------------------------------------------------------
Tél. :
Mail : ---------------------------------------------------------------------------------------

couverture commune passion 32.indd 1

06/07/2017 14:27

Règlement par chèque à l’ordre de Mission
Bulletin et règlement à envoyer à l’adresse suivante : Mission, 21 rue Bel Air, 42000 Saint-Etienne

Découvrez WIKIELUS42 et tapez votre nom
dans le moteur de recherche

COMMUNIQUEZ
CIBLEZdans les magazines
COMMUNE PASSION et
MAESTRIA !

Retrouvez aussi toute l’actualité
des collectivités
et du monde économique
de la Loire sur

- 4 numéros par an
- 17 000 exemplaires
- Distribution postale gratuite* et nominative !

www.e-communepassion.fr

Ce sont les magazines qui font écho aux acteurs
économiques et politiques dans tout le département
de la Loire.

et sur

Prochain numéro JUIN 2019

Contactez Rémi Pupier
06 05 142 142 / remipupier@e-mission.fr

maestriamagazine
É-commune passion

22

maestriamag
ECommunePassion



J’ACHÈTE
LOCAL

Région Auvergne-Rhône-Alpes 2020 © Laurence Barruel

JE SOUTIENS
LES COMMERCES

DE MA RÉGION

Auvergne-Rhône-Alpes c’est plus de
51 000 commerces et 372 000 salariés
à mon service et à deux pas de chez moi.
Quand je fais appel à un commerçant
local, je fais le choix de la qualité, je
participe à la relance économique et
soutiens l’emploi dans la région.

#jagispourmaregion

auvergnerhonealpes.fr




Fleepit Digital © 2020