Le blanc fait respirer la couleur



“Le blanc fait respirer
la COULEUR ”
Proposition non figurative

Cycle 4



option 1

“Le blanc fait respirer la COULEUR ”

Contraintes et attendus
En vous inspirant de cette réflexion de Sam Francis à propos de son Oeuvre “Around the Blues”
(voir illustration associée en page suivante)

Sur un format A4 ou A4+ donnez à voir 2 parties distinctes
1/ la couleur respire
2/ la couleur est asphyxiée ou étouffée
Votre proposition se doit d'être non figurative et mettre en évidence des indices visuels antagonistes justifiant l’écart entre les deux
parties de l’étendue du support.
Temps d'atelier 25 mn

Support : format :
24 x 32 ou 32,5 x 50 cm*
* suivant le groupe de travail
fond de page : “Carré blanc sur fond blanc” Composition suprématiste, K. Malévitch - 1918 -



option 2

“Le blanc fait respirer la COULEUR ”

Contraintes et attendus
En vous inspirant de cette réflexion de Sam Francis à propos de son Oeuvre “Around
the Blues” (voir illustration associée en page suivante)
Réalisez une proposition plastique non figurative dans laquelle vous devez questionner une relation entre le
blanc et la couleur.
Votre proposition peut être en opposition totale ou partielle avec ce propos, elle peut aussi être le lieu d’une
démonstration sensible où la place du ou des blancs vis à vis de la ou des couleurs devrait nous apparaître
comme primordiale.

Support : format :
24 x 32 ou 32,5 x 50 cm*

“On ne peut pas peindre du blanc sur du blanc, du noir sur du noir.
Chacun a besoin de l'autre pour se révéler.” Manu Dibango

* suivant le groupe de travail
fond de page : “Carré blanc sur fond blanc” Composition suprématiste, K. Malévitch - 1918



Around the blues
Sam Francis 1923–1994
Huile et Acrylique sur toile
Format : 2,755 x 4,875 m
Londre : Tate Gallery

Artiste américain connu pour ses
peintures grand format abstraites
et colorées. Sam Francis incorpore
des éléments de l’expressionnisme
abstrait, du Color Field, de
l’impressionnisme et de l’art
oriental pour créer un style unique
d’abstraction picturale. Fortement
influencé par Jackson Pollock, ses
toiles éclaboussées sont construites
selon de style de goutte-à-goutte
de la première vague
d’expresssionnisme abstrait et
jouent avec les limites de l’espace
blanc et les bords de la toile. (src :
Artnet.fr)

https://goo.gl/uvZdMt





Composition en rouge,
jaune, bleu et noir,
Piet Mondrian (1872-1944)
Huile sur toile, 1926,
La Haye, Haags Gemeentemuseum
Peintre néerlandais, Mondrian fut l'un des pionniers de
l'abstraction géométrique et du néoplasticisme. Il est connu
pour ses représentations d'arbres et sa série d'œuvres
intitulée "Composition".

https://goo.gl/H7pDSB



J. W. Turner
A mountain scene,
Val d'Aosta (Paysage
de montagne, Val
d’Aoste, Italie)

h x l : 91.5 x 122.0 cm
Huile sur toile

Turner est un peintre anglais lié
initialement au mouvement
romantique.
Son œuvre est marquée par une
recherche novatrice audacieuse. Il est
notamment connu pour ses aquarelles
où le blanc n’est que réserves.
On note que dans ce tableau peint à
l’huile, le blanc est un apport qui
nourrit toutes les nuances.



A mountain scene, Val d'Aosta

https://goo.gl/dZvzpP

Revoir le tableau dans son intégralité en page précédente

A mountain scene, Val d'Aosta



J. W. Turner
Quand l’aquarelle devient une peinture à part entière
À la Renaissance, la peinture à l’huile connaît un fort développement qui va
faire de l’ombre à l’aquarelle. Elle rencontre alors d’autres usages. Le peintre
allemand Albrecht Dürer l’utilise notamment pour ses études de la nature.
Les portraits des puissants, les peintures religieuses ou historiques, les
natures mortes, et même les paysages, la peinture à l’huile domine tous les
genres, quitte à ne faire les paysage qu’en atelier se privant de l’observation
directe des couleurs.
Il faut attendre, des peintres comme Turner au XIXe siècle pour faire revivre à
l’aquarelle des images exposables en tant que telle et non en tant qu’étude
pour… Une peinture à l’huile.

Venise : San Giorgio Maggiore, tôt le matin, 1819, aquarelle sur
papier, 22,3 x 28,7 cm ©Tate

Matin après le naufrage, aquarelle sur papier 1841



Joseph Kosuth, s’est
approprié les néons,
avec ses typiques
phrases de néons,
des mots qui
laissent toujours un
peu confus et
dubitatif, il ramène
aux concepts même,
celui de l’art, celui
du sens des mots…

Douglas Wheeler, « Light Incasement », 1971. Néons, Plexiglas. 233 × 233
cm. Aix-la-Chapelle, Collection Ludwig, Ludwig Forum für Internationale
Kunst. (Photo Stedelijk museum, Amsterdam)
Ce perfectionniste crée ce qu’il appelle des « environnements infinis » en
utilisant le réfléchissement de néons sur de simples murs blancs. Les
surfaces planes prennent de la profondeur, à tel point que certains visiteurs
touchent les murs pour vérifier qu’ils ne sont pas creux !



Picasso photographié par Gjon Mili, 1949

Le light painting est une technique visuelle de prise de vue
photographique fondée sur la captation de la lumière, sur un capteur
optique ou numérique. Cette technique consiste à fixer les traces
lumineuses pour créer des compositions.



Hal Morey.
Grand Central Terminal, NY - USA , 1930
photo argentique
La célèbre gare Grand Central Terminal de
New York a ouvert ses portes en 1913

Pour mémoire :

Photo Graphie
Lumière

Écriture ou trace

La photographie est mise au point par
Niepce et Daguerre entre 1825 et
1830. Le procédé repose sur une
réaction chimique d’oxydation d’une
surface par la lumière.
A la toute fin du XXe siècle, la photo
numérique remplace la réaction
d’oxydation par un système de capteur
dit “photosensible” qui transforme l’
énergie reçue en valeurs numériques.



Soulages : Noir et outrenoir...
Pierre Soulages a choisi l'abstraction, car il dit ne pas voir
l’intérêt de passer par le détour de la représentation.

“Je ne représente pas, dit-il, je présente. Je ne
dépeins pas, je peins .“

“Peinture”, 9 mars 2014
Acrylique sur toile — 57 × 81 cm

“Encre sur papier”, 1995 —

75,5 x 54,5 cm, musée Soulages,



Repères culturels et artistiques
Couleur : On obtient la couleur grâce à des pigments (poudre colorée naturelle ou de synthèse) et par
mélange avec du liant (sorte de colle), de l’eau, de l’huile, on obtient de la peinture.

Couleurs soustractives : La synthèse soustractive des couleurs est le procédé consistant à combiner
l'absorption d'au moins trois colorants pour obtenir les nuances d'une gamme. (imprimerie)
Le terme soustractif vient du fait qu'un objet coloré absorbe une partie de la lumière incidente. Il
soustrait donc de l'énergie de celle-ci ; dans ce cas les couleurs primaires sont : Cyan, Magenta, Jaune.

Couleurs additives : on réalise une synthèse additive lorsque l'on superpose plusieurs faisceaux de
lumières colorées.
En mélangeant les couleurs primaires, on obtient les couleurs secondaires. Comme les couleurs
secondaires sont plus claires que les primaires, elles absorbent moins de lumière. C’est pour cela que
leur synthèse est qualifiée d’additive.



Repères culturels et artistiques

Couleurs primaire : Les trois couleurs que l’on n’obtient pas par mélange : jaune primaire, rouge
magenta, bleu cyan.

Couleurs secondaires : Les couleurs obtenues en mélangeant deux primaires : orange, violet, vert.
Couleurs complémentaires : Chacune des trois couleurs primaires possède sa complémentaire
parmi les secondaires. Le rouge a le vert. Le jaune a le violet, le bleu a l’orange.

Couleurs chaudes / couleurs froides : Le contraste chaud / froid est basé sur des sensations
chromatiques subjectives inscrites dans la mémoire du corps comme le feu et l’eau.

Couleur dégradée : Couleur à laquelle on a ajouté du blanc, opposée au contraste.
Couleur rabattue : Couleur à laquelle on a rajouté du noir.
Couleur rompue : Couleur à laquelle on a ajouté sa complémentaire.



Repères culturels et artistiques
Réserve de blanc : Parties d'une réalisation en deux dimensions qui restent volontairement
vierges, masquées, blanches. On peut opposer la réserve à l’apport (le touche de blanc posée sur la couleur). Traditionnellement, la
palette de l’aquarelle est dépourvue de blanc. Seul le blanc du papier est utlisé (réserve ou effet de transparence, le blanc éclaire la
couleur sur laquelle il est posé).
L’apport d’une couleur telle que le blanc peut s’effectuer en empâtement (touche épaisse et opaque) à la recherche d’effets
couvrants ou en glacis (touche translucide)pour obtenir un voile.

Aquarelle : blanc en réserve
Le blanc en apport :
L’empâtement .
Peinture à l’huile (ici : Van Gogh,
détail de “la chambre à Arles”.



“Le blanc fait respirer la COULEUR ”

Niveau de maîtrise des compétences attendues
(voir colonnes de droite)
I = insuffisante
F = faible

Repères d’évaluation

S = satisfaisant
TB = très bien

Ouvrez votre palette d’outils, de gestes et de matériaux ; expérimentez
E1/ EXPLORER, Choisir, mobiliser et adapter des langages et des moyens plastiques variés en fonction de leurs effets dans une
intention artistique en restant attentif à l'inattendu. (note : I - F - S - TB)
E4/ Explorer les pratiques plastiques et leurs hybridations,
E6/ Exploiter des informations et de la documentation, notamment iconique, pour servir un projet de création.
A2/ Établir des liens entre son propre travail, les œuvres rencontrées ou les démarches observées.


Fleepit Digital © 2020